Des articles

L'araignée universelle: le roi Louis XI

L'araignée universelle: le roi Louis XI



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par Susan Abernethy

L’administration du roi Louis XI, la consolidation de son royaume et son sens de la diplomatie lui ont valu le sobriquet du «Prudent». Mais ses passe-temps préférés étaient le complot et la conspiration. Il a même gagné les noms de «Cunning» et «Universal Spider» en raison des réseaux d'intrigues qu'il ferait tourner en Europe. Il semble qu'il n'a jamais été plus heureux que lorsqu'il planifiait son prochain projet.

Le Dauphin Louis est né vers trois heures de l’après-midi le 3 juillet 1423 à Bourges. Il était le fils de Charles VII, roi de France et de Marie d'Anjou. En raison de la faiblesse de l'emprise de son père sur le royaume de France, il y a eu des conflits internes au moment de la naissance de Louis et Bourges a été menacé. Comme Charles était inquiet pour la sécurité de son héritier, il fit transférer Louis au château fortifié de Loches en Touraine à l'âge de deux ans. Louis devait vivre ici dans l'isolement jusqu'à l'âge de dix ans.

Quand Louis eut six ans, un programme d’instruction fut élaboré pour l’éducation de Louis. Louis a étudié l'histoire, la rhétorique, la grammaire latine, les mathématiques et la musique. Quand il n'étudiait pas, il pratiquait l'équitation et comment manier des armes comme l'arc et les flèches, la lance et l'épée. Il n'a cependant jamais pris le goût de la joute. Dans sa maison loin de la cour, il a appris à vivre comme un homme simple parmi des gens simples. Pas de nourriture, de vêtements ou de quartiers de fantaisie pour ce prince. Parce qu'il a grandi loin de l'amour parental, il a trouvé l'affection d'animaux de compagnie comme les chiens, les oiseaux et autres animaux exotiques.

En 1433, l’instabilité politique grandissante affecta la cour du roi et Louis partit vivre avec sa mère et ses sœurs à Amboise. Il a finalement été traité selon son rang de Dauphin de France. Là-bas, il apprit comment le royaume était tombé dans le chaos, constamment en guerre avec l'Angleterre dans un conflit appelé la guerre de cent ans. Il a appris comment un groupe de soldats non affiliés appelés les Écorcheurs brûlaient et pillaient la campagne, forçant les paysans à courir pour sauver leur vie. Il prit conscience de la faiblesse de son père, dont l'incapacité à exploiter le pouvoir des nobles français ajoutait à l'instabilité. Lorsque Jeanne d'Arc a remporté sa victoire à Orléans au printemps 1429, le père de Louis avait finalement été couronné roi. Mais l’humiliation et la honte du règne de son père avaient marqué Louis.

À l'été 1436, Louis fit sa première apparition publique sur la scène mondiale. L'occasion était son mariage avec Margaret Stewart, une fille du roi Jacques Ier d'Écosse. Son père n'est pas venu saluer la nouvelle mariée le premier jour des cérémonies et le jour du mariage, Charles est arrivé et a assisté au service de mariage dans ses vêtements d'équitation et ses leggings. Il n’a même pas retiré ses éperons. C'était une insulte publique et flagrante à Louis. À l'âge de seize ans, Louis était prêt à conspirer avec d'autres nobles mécontents pour prendre le gouvernement du royaume. Louis rejoindra le duc de Bourbon, le duc d’Alençon et d’autres en rébellion ouverte en 1440. Leur objectif était de capturer le roi Charles et de le remplacer par Louis. Le complot a échoué et Louis a été contraint de se soumettre à son père. La rébellion était connue sous le nom de «Praguerie» car une rébellion similaire avait éclaté à Prague, en Bohême, à peu près au même moment. Louis réussit à négocier un meilleur revenu et un contrôle partiel du Dauphiné avec le roi Charles.

En 1441, Louis entreprit une succession de diverses campagnes de combat pour son père et prit finalement sa place au conseil du roi. La paix avec l'Angleterre était faite mais les Écorcheurs ravageaient toujours la campagne française. Louis a été choisi pour rassembler ces soldats chevronnés pour aller combattre les Suisses. Louis s'acquitta impeccablement de ses fonctions et prévoyait d'autres conquêtes lorsque son père le rappela à la cour. Il devait y rester, isolé et renfermé. La Dauphine Margaret est décédée de façon inattendue en août 1445. Jusqu'à la fin de 1446, il y a très peu de choses sur les allées et venues ou les activités de Louis. Il émerge alors, complotant, intrigant et recherchant du soutien et une sorte d'emploi. Il obtient enfin la permission de son père de se rendre dans le Dauphiné pour recevoir des hommages et tenter de promouvoir les intérêts français dans le nord de l'Italie.

Le Dauphiné avait autrefois fait partie du Saint Empire romain germanique mais a finalement été légué à l'héritier de la France à la condition qu'il ne soit jamais uni au royaume de France. C'était un fouillis d'entités féodales et épiscopales. Louis arrive en janvier 1447 et transforme la petite province en État, double sa taille et centralise sa gouvernance. Il se glorifiait d’être loin du contrôle de son père et d’avoir la vie personnelle à laquelle il aspirait. Il prenait des maîtresses, montait sans cesse à cheval, mangeait et buvait à sa guise tout en gagnant des adeptes

En 1450, il avait fait tout ce qu'il pouvait dans le Dauphiné et cherchait à se remarier. Il demanda au roi l’autorisation de poursuivre Charlotte, la fille du duc de Savoie. L'autorisation a été refusée. Louis envoya quand même une ambassade en Savoie, signa un contrat et épousa Charlotte, douze ans, en mars 1451. Le mariage ne devait être consommé que lorsque Charlotte serait plus âgée. Louis était maintenant en conflit direct avec son père en désobéissant à ses ordres et en se mariant contre son gré.

Au cours des années 1454 et 1455, Louis et Charles se disputèrent, chacun essayant d'affirmer sa propre volonté. Finalement, le roi Charles leva une armée et allait attaquer Louis dans le Dauphiné. Louis s'enfuit à la cour de Philippe le Bon, duc de Bourgogne où il resta jusqu'à la mort de son père en juillet 1461. Pendant qu'il y était, il eut une bonne occasion d'enquêter et d'analyser les personnalités du duc Philippe et de son fils Charles, comte du Charolais. Cette étude approfondie serait bien utile à Louis lorsqu'il devint roi et que Charles devint duc de Bourgogne, l'ennemi mortel de Louis.

À la mort du roi Charles VII, Louis rentra en France à la hâte. Il fut couronné à Reims en août 1461 puis fit son entrée d'État à Paris. Il se mit rapidement au travail, organisant et centralisant son gouvernement. Par la diplomatie et sa volonté royale, il entreprit de sécuriser le comté français de Rousillion et la région de Cerdagne, fit alliance avec Francesco Sforza, fit des ouvertures au comte de Warwick et s'installa avec les Anglais, et regagna une partie du nord de la France et le Villes de la Somme. Il a également réussi à provoquer la peur et la méfiance parmi les nobles français.

Louis n’a pas agi comme un roi. Il n’a pas gardé une cour magnifique mais est resté sur la route avec une petite escorte, constamment à cheval. Il s'habillait simplement, généralement en tenue de chasse pour pouvoir quitter la route et chasser quand l'envie le frappait. Il soupait avec des paysans et évitait les accueils officiels dans les villes en fermant la route principale à l'arrivée. Il travaillait parfois, chassait et chevauchait simultanément. Il laissait la reine Charlotte et ses serviteurs au château d'Amboise et lui rendrait visite quand cela lui convenait. Pour la plupart, il était fidèle à Charlotte. Ils auront deux filles, Anne et Joan, puis un fils, Charles, né en 1470.

Parce que Louis était autosuffisant en tant que monarque et ne comptait pas sur les mécanismes habituels du gouvernement et de l'aristocratie, les nobles français ont commencé à se sentir menacés. Ils formaient une alliance pour se soulever contre Louis. Certains des hommes les plus puissants du pays, dont le propre frère de Louis, le duc de Berry, rassemblaient des troupes pour attaquer. Ils ont formé la Ligue du bien public, utilisant l'excuse d'aider le peuple français alors qu'en réalité il ne se battait que pour ses propres intérêts.

Louis lui-même leva une armée mais fit tout ce qu'il put pour éviter une bataille rangée. Les nobles, dont Charles, comte de Charolais de Bourgogne, rencontrent Louis à Montl’héry tôt le 16 juillet 1465. Les combats sont féroces et Charles est blessé. Mais Louis a senti la défaite venir et s'est en fait éloigné du site de la bataille. Charles a remporté une victoire creuse. Louis se rendit à Paris et les nobles suivirent le début d'un siège de la ville. Le siège n'a pas duré longtemps. Une trêve a été appelée et Louis et les nobles ont négocié un règlement.

Du printemps de 1466 au printemps de 1467, Louis est entré dans un exil volontaire. Il méditait sur ce qu'il avait fait de bien et de mal dans son combat avec les nobles. En 1468, Charles, comte de Charolais devient duc de Bourgogne à la mort de son père. Il était au milieu de ses célébrations de mariage, épousant Margaret d'York, dans le premier grand événement de son règne en tant que duc. Louis menaçait d'attaquer et de prendre les villes le long de la Somme que Charles avait gagnées au lendemain de la Ligue du bien public. Louis ne voulait pas vraiment de la guerre et a accepté de venir à Péronne pour négocier la paix. Le règlement a été signé en novembre 1468.

En 1470, Louis tombera gravement malade. Il avait souffert d'hémorroïdes pendant vingt ans et avait eu une violente attaque de la maladie avec une forte fièvre et des maux de tête. Il était à peine rétabli lorsqu'il est allé rencontrer le comte anglais de Warwick et a conclu une trêve, l'un de ses objectifs les plus chers. Warwick et Louis ont comploté pour renverser Edward IV et le remplacer par Henry VI, ce que Warwick a fait.

L'union de Louis avec les Anglais a irrité Charles le Téméraire, duc de Bourgogne et il a accusé Louis d'avoir rompu leur accord de paix de Péronne. À l'été 1472, Charles leva une armée et attaqua la France, prenant plusieurs villes et assiégeant Beauvais. Le siège fut un désastre pour Charles en raison de la bravoure des hommes, des femmes et des enfants de la ville. Louis n'a jamais vraiment engagé Charles dans une bataille rangée. Charles est devenu frustré et a finalement accepté une trêve avec Louis qui devait durer jusqu'en avril 1473.

En 1473, Louis avait cinquante ans, calvitie et malade. Il devenait moins tolérant et peut-être un peu paranoïaque. Il a commencé à attaquer les villes le long de la Somme et d'autres endroits dans le but de frustrer Charles le Téméraire. En 1475, le roi Édouard IV d'Angleterre a décidé de renouveler la guerre de Cent Ans et a amené l'armée anglaise en France. Louis a de nouveau levé sa propre armée mais n'avait aucune intention de se battre. Il finit par négocier habilement avec Edward et signa le traité de Picquigny, versant essentiellement à Edward d'énormes sommes d'argent et une pension annuelle que les Anglais appelaient «tribute».

Peu de temps après que les Anglais quittent la France, Louis conclut une paix de neuf ans avec Charles le Téméraire en septembre 1475. Cela laisse Charles libre de poursuivre sa quête d'un royaume en attaquant les Suisses et le duché de Savoie. Louis bloquait progressivement le commerce franco-bourguignon avec les Pays-Bas, étouffant la capacité de Charles à lever des fonds pour continuer à mener ses guerres. En janvier 1477, Charles le Téméraire mourut au combat à Nancy. En février, presque toutes les terres le long de la Manche et les villes de Picardie s'étaient rendues aux représentants de Louis. Le duché de Bourgogne et le comté de Bourgogne acceptent de se réunir avec le royaume de France. Arras capitula devant Louis et il assiégea Hesdin. Louis a continué à prendre ville après ville. Finalement, la fille de Charles et héritière Marie de Bourgogne et son nouveau mari, l’archiduc Maximilien d’Autriche, demandèrent la paix. Louis avait gagné les Bourgogne, l'Artois et une bonne partie de la région du nord de la France qu'il avait reconquise à Charles le Téméraire.

La paix était faite et Louis ne retourna plus jamais en guerre. Louis était maître de la France. Les trois domaines des communs, les ecclésiastiques et les nobles étaient tous soumis à la couronne. Louis avait brisé le pouvoir de la féodalité. L'industrie prospéra dans tout le royaume et la couronne percevait régulièrement des impôts suffisants. Il a continué à chasser sans cesse, mais a essayé de voyager davantage par eau en raison de sa mauvaise santé. En février 1481, il souffrit de ce qui semblait être une hémorragie cérébrale, puis fut de nouveau frappé en septembre. A présent, il s'était retiré et n'apparaissait pas en public. En avril 1482, il en sort pour faire un pèlerinage dans un sanctuaire de Bourgogne puis se rend dans la Loire pour séjourner à Cléry, enfermé jusqu'en septembre.

La duchesse Marie de Bourgogne est décédée après être tombée d'un cheval en mars 1482. Louis a négocié un traité avec son mari Maximilien qui a été assermenté par Louis et son fils Charles en janvier 1483. Louis vivait maintenant isolé dans une forteresse, craignant son l'autorité lui serait enlevée. Le lundi 25 août, il a subi une autre hémorragie. Le 30 août, il a appelé aux derniers sacrements et est mort entre huit et dix heures ce soir-là. Il a été inhumé en l'église Notre-Dame de Cléry le 6 septembre. Son épouse Charlotte est décédée le 1er décembre de la même année. La tombe de Louis a été détruite pendant les guerres de religion du XVIe siècle. L’église est toujours présente et le crâne de Louis subsiste encore comme une relique.

Sources: Louis XI: l'araignée universelle, par Paul Murray Kendall, Charles le Téméraire, par Ruth Putnam

Susan Abernethy est l'écrivain deLe rédacteur d'histoire indépendant et un contributeur àSaints, sœurs et salopes. Vous pouvez suivre les deux sites sur Facebook (http://www.facebook.com/thefreelancehistorywriter) et (http://www.facebook.com/saintssistersandsluts), ainsi que surAmoureux de l'histoire médiévale. Vous pouvez également suivre Susan sur Twitter@ SusanAbernethy2


Voir la vidéo: Medieval music III. - Ai vist lo lop (Août 2022).