Des articles

Le règlement de Jacques I concernant les prêteurs juifs: un rapport préliminaire

Le règlement de Jacques I concernant les prêteurs juifs: un rapport préliminaire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le règlement de Jacques I concernant les prêteurs juifs: un rapport préliminaire

Par Jaume Riera

Imago temporis: Aevum moyen, N ° 4 (2010)

Résumé: Le discours sur le stéréotype des usuriers des juifs au XIIIe siècle a été construit sans travail heuristique préalable sur la législation pertinente. Cet article énumère les constitutions et les statuts dictés par Jacques Ier concernant les usuriers et les usuriers des juifs, entre 1228 et 1251, de peu avant à peu après la conquête des royaumes de Majorque et de Valence. Étonnamment, il y en a quatorze, qui ne figurent dans aucun annuaire. Les statuts sont décrits par ordre chronologique, la date et la portée territoriale sont établies, ainsi que les meilleurs exemplaires et les tirages qui les ont rendus accessibles. De nombreuses confusions et interprétations défectueuses sont également corrigées et des citations de lois inexistantes sont rapportées.

Introduction: Les notes qui suivent démontrent plusieurs des lacunes que nous éprouvons dans le domaine de l'histoire. Nos prédécesseurs ne se sont pas efforcés de publier des documents et des répertoires, de manière positiviste, et nous tombons sur des sources documentaires. Par conséquent, ce qui ne devrait être que de petites lacunes d’information apparaît, dans plusieurs thèmes majeurs, comme une mer d’ignorance. Voulant comprendre la signification des règlements de Jacques Ier sur l’usure juive, j’ai trouvé un certain nombre de ces lacunes, et il me semble utile de les éditer et de les présenter ici.

L'usure des juifs est un thème tellement exagéré et délabré qu'on pourrait imaginer qu'il aurait été clarifié il y a des années, du moins dans son aspect législatif. Non. Francesc de Bofarull, dans son étude bien connue de Jacques Ier et des Juifs - préface à la publication de 168 documents inédits - aborde la question de l'usure mais ne mentionne sommairement que deux lois promulguées en décembre 1228 et le 31 mars 1229. Une fois rapporté, il ajoute: «d'autres décrets sur l'usure existent, et ils apparaissent dans divers ouvrages. Il ressort clairement de ses propos que Bofarull ne se souvenait pas des autres statuts auxquels il fait allusion et qu'il ne se souciait pas non plus de déterminer quels registres les contenaient. Des années plus tard, le notaire Arcadi Garcia consacra une monographie aux emprunts des Juifs de Vic au XIVe siècle. Lors de l'introduction, où il prétend présenter la législation alors en vigueur, il dispose de la question avec une seule note de bas de page qui stipule: «Les préceptes ne sont pas cités parce qu'ils sont universellement connus»; quelque chose qui n'était pas du tout vrai. Il donne alors immédiatement la preuve que lui-même ne savait pas ce qu'ils étaient.

Il en est ainsi aujourd'hui. Maintenant, motivé par le huitième centenaire de la naissance de Jacques Ier, je voudrais clarifier ce que disent les statuts sur l'usure juive, quand ils ont été publiés, lesquels sont encore disponibles et où nous pouvons les lire aujourd'hui. J'ai constaté que les études précédentes crachent une confusion, des inexactitudes, des omissions et des erreurs presque inextricables.


Voir la vidéo: J. ATTALI. Lavenir des juifs au XXIe siècle (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Atlas

    Je suis désolé que toute ma vie soit passée à apprendre à vivre.

  2. Shakashicage

    frais !!!!

  3. Aten

    chtoli de conte de fées?

  4. Maur

    Cette phrase est nécessaire juste au fait

  5. Harlon

    Bonne chance en affaires avec un tel blog :)

  6. Verrill

    Agreed, it's an excellent thought



Écrire un message