Des articles

Marcher à la guerre

Marcher à la guerre


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Après avoir terminé leur formation, les soldats ont été envoyés à l'étranger pour des tâches de combat. Dans de nombreux cas, les hommes ont défilé dans leur comté d'origine pour donner aux habitants l'occasion de montrer leur gratitude. Comme l'a souligné Tom MacDonald, membre du Royal Sussex Regiment : « Tous les villages en route étaient sortis pour nous accueillir et nous dire au revoir. Il y avait souvent des réceptions dans des endroits comme Southampton où les soldats étaient embarqués sur des navires pour la France.

Tous les villages en route étaient sortis pour nous accueillir et nous dire au revoir. Beaucoup de parents des hommes pleuraient. Nous nous sommes arrêtés pendant dix minutes à un carrefour près de Bolney et beaucoup de villageois s'y sont rassemblés et parmi eux se trouvait une vieille tante à moi, ma tante Eliza, que j'ai été très heureuse de voir.

J'ai quitté Devonport le 17 février 1915 en train spécial pour Southampton via Exeter et nous y avons été accueillis avec un excellent accueil et nous avons tous reçu du thé, ainsi qu'un sac contenant un sandwich, une orange, une pomme et des cigarettes avec la carte de la maire et du comité de Exeter avec les mots "Je vous souhaite bonne chance".

Son romantisme, son mystère et son incertitude, son enthousiasme éclatant et son idéalisme élevé : de notre plein gré, nous nous sommes embarqués dans cette glorieuse entreprise, prêts à endurer n'importe quelle épreuve et à faire n'importe quel sacrifice, inspirés par un patriotisme nouvellement réveillé. par le défi de l'honneur de notre pays. Rien n'aurait pu être plus romantique que notre évanouissement en pleine mer.

En attendant sur le quai pour embarquer un immense navire-hôpital est arrivé rempli de blessés. Du pont supérieur, une voix a crié : « Êtes-vous découragé ? à laquelle nous avons répondu à un homme, 'Non !' De retour la voix, "Alors tu le seras bientôt!"


Cette semaine dans l'histoire: Uticans prêts à marcher vers la guerre

LA GUERRE CIVILE COMMENCE à faire les gros titres audacieux en haut des journaux de toute la région de la haute vallée de la Mohawk. C'est un samedi matin, le 13 avril, et les habitants de la région se réveillent en apprenant que Jefferson Davis, président des États confédérés rebelles d'Amérique du sud, a ordonné à l'artillerie sudiste de bombarder Fort Sumter dans le port de Charleston, en Caroline du Sud.

Le fort est la propriété des États-Unis et le président Abraham Lincoln a déclaré publiquement que le gouvernement fédéral détiendra toutes les propriétés situées sur le territoire du sud. Il se rend également compte que son armée du Nord est assez grande ou assez forte pour empêcher le Sud de s'emparer des biens fédéraux. Ainsi, il demande aux États du Nord de mettre 75 000 miliciens au service du gouvernement fédéral.

Dans la nuit du 15 avril dans l'armurerie de l'État au centre-ville d'Utica &mdash du côté nord de Bleecker Street entre les rues Genesee et John &mdash, les membres du Utica Citizens Corps se rencontrent et acceptent de télégraphier à Lincoln que &ldquowe sont prêts à marcher avec un préavis de 48 heures, entièrement armé et équipé.&rdquo

Le Corps a été formé à Utica en 1837, évoluant à partir de la Utica Independent Infantry Company. La société a été constituée en 1808 pour être utilisée en cas de reprise des hostilités avec la Grande-Bretagne. Après la fin de la guerre de 1812 avec les Britanniques, la compagnie Utica a continué à s'entraîner chaque semaine et a souvent participé aux défilés du 4 juillet de la ville et a aidé les pompiers volontaires à lutter contre les incendies.

(En mai 1861, les membres du Utica Citizens Corps &ndash dirigés par le capitaine James McQuade &ndash ont été acceptés par l'État en tant que compagnie A avec le 14th New York Volunteer Infantry Regiment à cinq compagnies. McQuade a été élu à la tête du régiment et a été promu colonel. Il a combattu dans près de deux douzaines de batailles pendant la guerre et a subi 270 pertes et ndash 60 tués, 194 blessés et 16 disparus au combat.)


Alors, comment devrions-nous penser à la marche de Sherman?

J.D. Dickey est l'auteur de Rising in Flames : la marche de Sherman et le combat pour une nouvelle nation, à paraître en juin chez Pegasus Books.

Bien qu'il y ait maintenant plus d'un siècle et demi, la guerre civile est un sujet qui semble toujours présent dans l'actualité. Que les villes débattent de l'opportunité de retirer les statues des généraux confédérés ou que les parents se demandent comment les manuels scolaires devraient couvrir le conflit, les passions pour la guerre restent fortes dans de nombreuses régions du pays. De nombreuses personnalités de cette époque restent controversées, mais peu ont inspiré plus d'éloges et de mépris, souvent en même temps, que William Sherman.

Le général Sherman est, bien sûr, le plus connu pour sa marche vers la mer, qui a eu lieu pendant la guerre civile, en novembre et décembre 1864, à travers le centre et le sud de la Géorgie. Sherman a dirigé une force de 60 000 hommes sur 300 miles de terres agricoles, de pinèdes et de marécages, et a ordonné à ses troupes de voler des provisions et du bétail, de brûler toute infrastructure qui pourrait soutenir l'économie de guerre confédérée - des usines de coton aux lignes de chemin de fer - et d'endommager non seulement les ressources matérielles du Sud, mais la volonté de se battre de son peuple. Alors que la marche de Sherman était l'action militaire la plus notable du général, ce n'était qu'une partie d'une plus grande série de campagnes qu'il a menées en 1864 et 1865 qui ont également dévasté de grandes parties des Carolines et conduit à l'incendie de nombreuses villes de Géorgie, Atlanta en tête. La stratégie derrière l'invasion de Sherman, qu'il a qualifiée de "guerre dure", s'est avérée très efficace et a conduit plus tard des personnalités militaires vers la notion de "guerre totale", dans laquelle la population d'un ennemi deviendrait une cible autant que ses troupes.

Malgré l'influence indéniable de Sherman dans les cercles militaires, dans la conscience populaire, son héritage n'a jamais été fixé. Chaque époque, y compris la nôtre, s'est concentrée sur différents aspects de son combat et sur la façon dont il soutient ou s'oppose aux valeurs sociales de l'époque. Il est passé de héros à méchant, et vice-versa, selon qui écrit l'histoire et quel genre de William Sherman ils veulent représenter.

Au début de la guerre, les journaux et les politiciens ridiculisaient le général Sherman pour sa direction inepte du département du Cumberland et sa paranoïa et, selon certains, sa folie. Il a racheté sa réputation sur des champs de bataille comme Shiloh et Vicksburg, mais ce n'est que lors de son invasion de la Géorgie qu'il a été largement acclamé. En effet, tout au long de ces campagnes, le Nord a réagi avec beaucoup d'enthousiasme, voire de ravissement, aux actions effrontées et sans vergogne du général. Certains politiciens et journaux l'ont décrit comme un noble conquérant, comme le « chef de ses légions héroïques », tout en qualifiant la Marche vers la mer « une grande excursion de vacances continue ». Et ce point de vue a tenu pendant de nombreuses années après le conflit. Des chansons comme "Marching Through Georgia" de Henry Clay Work ont ​​suscité un vif esprit martial parmi les vétérans de l'Union, tandis que certains pensaient que Sherman pourrait faire un bon général commandant de l'armée américaine (qu'il est devenu plus tard) ou même président des États-Unis eux-mêmes (qui il a refusé de considérer).

Étonnamment, la vision initiale d'après-guerre de Sherman dans certaines parties du Sud n'était pas aussi maligne qu'elle le deviendrait plus tard. Il avait été le surintendant d'une académie militaire de Louisiane avant la guerre et avait généralement aimé les habitants de la région (mais pas ses sécessionnistes). Avec sa rhétorique ouvertement raciste, personne n'aurait confondu Sherman avec un abolitionniste. Il a interdit l'armement des troupes noires dans ses forces, et il a préconisé une politique de clémence pour le Sud pendant la Reconstruction, malgré la flambée généralisée de violence raciale stimulée par des groupes terroristes tels que le Ku Klux Klan. Même jusqu'en 1879, Sherman n'était pas universellement considéré comme un paria par les Sudistes et a été accueilli à nouveau à Atlanta par les chefs d'entreprise de la ville, dans l'espoir que son approbation apporterait une vague d'investissements du Nord pour la ville reconstruite.

L'attitude du Sud a commencé à changer radicalement dans les années 1880, d'abord avec les mémoires de Jefferson Davis, L'ascension et la chute du gouvernement confédéré, dans lequel l'ancien chef confédéré a condamné le général comme un vandale et une menace et plus tard avec la publication de journaux intimes et de journaux de femmes du Sud comme Dolly Lunt Burge, Fanny Cohen et Mary Chesnut, qui ont décrit les déprédations des marcheurs de Sherman dans les moindres détails. Cela a jeté les dés, et dans les années 1930, des livres comme Emporté par le vent dépeint les campagnes du général comme une étude sur la cruauté, basée sur la mythologie de la « Cause perdue » du Sud comme une arcadie rurale de manières distinguées et de coutumes galantes, ruinée par l'assaut de la guerre mécanisée des Yankees. La plupart des habitants du Sud en sont venus à croire en l'idée de Sherman comme un barbare, ainsi qu'une bonne partie des habitants du Nord.

De nombreux Sudistes adhèrent encore à cette perspective, en partie parce que la terreur et la dévastation de l'invasion sont factuelles – vivement rappelées dans les sagas familiales, commémorées dans la photographie en temps de guerre et enregistrées dans les comptes rendus officiels. Cependant, un autre héritage important des campagnes de Sherman a été consciemment ignoré dans le Sud, et c'était le rôle du général en tant que libérateur inattendu.

Plus de 10 000 esclaves ont quitté leur servitude dans les plantations et les fermes du Sud pendant l'invasion, beaucoup d'entre eux suivant les colonnes de l'armée de l'Union ou s'échappant et fuyant le nord. Alors que le général les voyait souvent comme un obstacle à la progression de son armée, il ne pouvait les empêcher de rechercher la liberté. Ainsi, alors que Sherman s'opposait à l'abolition en droit, il l'a non seulement promulguée dans la pratique, mais il a fait plus pour permettre la libération des esclaves que toute autre figure aux États-Unis, y compris le président Lincoln. Et c'est cette compréhension moderne du rôle de Sherman qui a conduit à sa transformation la plus récente.

À partir des années 1960, la cause perdue a décliné en faveur historique, remplacée par un accent mis sur le rôle de premier plan de l'esclavage dans le déclenchement de la guerre civile. Le conflit n'était plus une simple bataille sur les « droits des États », mais les écrivains contemporains ont commencé à voir que ces droits avaient été déployés pour soutenir la servitude humaine et la préservation d'un système de castes raciales appliqué par la terreur et la violence. En conséquence, une nouvelle génération d'historiens a vu dans les campagnes de Sherman un moyen d'écraser ce système et de détruire les bases matérielles de son existence - ruinant les usines de fabrication, les ateliers, les espaces où les esclaves travaillaient, incendiant les plantations qui les détenaient et leur donnant l'occasion de s'échapper s'ils le souhaitent. Comme le général l'a dit à un ancien esclave : « Partez quand vous voulez, nous n'en forçons aucun à devenir soldats… et nous vous paierons si vous choisissez de venir [pour aider l'armée] ». Dans les nouvelles histoires, Sherman n'était plus simplement un démon, c'était un ange vengeur, en quelque sorte.

Cette idée révisée de Sherman comme libérateur n'a cependant pas remplacé sa réputation de voleur et de vandale. Il a plutôt pris sa place à côté de la vision nettement différente et beaucoup plus dure de l'homme pour créer un étrange portrait hybride. De nos jours, les perspectives sur Sherman, contrairement à celles de nombreuses autres personnalités, ne se décomposent pas selon de simples divisions idéologiques entre droite et gauche. Au contraire, les historiens du Nord l'ont souvent loué, du conservateur Victor Davis Hanson affirmant que "détruire la capacité d'un ennemi à faire la guerre est plus moral et expéditif que de massacrer sa jeunesse" au progressiste Eric Foner décrivant son invasion comme apportant "un" grand jubilé de liberté », un vaste élan de fête et de fierté » pour les Noirs des villes libérées. Dans le même temps, les auteurs sudistes de divers horizons continuent d'être méfiants ou carrément hostiles à la mémoire du général - John B. Walters titrant même une biographie Marchand de terreur— tandis que d'autres historiens avancent de nouvelles perspectives sous des angles alternatifs. Dans mon propre livre, S'élever dans les flammes, j'examine comment son invasion a joué un rôle aussi important dans le changement du paysage social et culturel du Nord que dans l'endommagement du paysage physique du Sud. Le général avait donc un rôle encore plus important dans le remodelage de la nation qu'il ne l'avait peut-être imaginé.

En fin de compte, indépendamment des préjugés de section, les historiens réfléchis savent que Sherman ne peut jamais être pleinement célébré ou condamné, car faire le premier, c'est approuver sa politique de vol et d'incendie criminel contre des civils (qui n'étaient pas tous des propriétaires d'esclaves blancs), tandis que faire ce dernier est d'ignorer son rôle dans l'écrasement de l'esclavage des plantations. Sherman lui-même a compris cette dualité et la façon dont les réputations historiques sont en constante évolution, en fonction des besoins et des sympathies d'une époque donnée. Comme il l'a écrit dans les semaines qui ont précédé la marche vers la mer, « Dans les révolutions, les hommes tombent et se relèvent. Bien avant la fin de cette guerre, autant que vous m'entendez loué maintenant, vous pouvez m'entendre maudit et insulté. Lisez l'histoire, lisez Coriolanus, et vous verrez la vraie mesure des applaudissements populaires. Grant, Sheridan et moi sommes maintenant les favoris populaires, mais aucun de nous ne survivra à cette guerre. Un autre doit s'élever plus que nous, et il ne s'est pas encore manifesté. Sherman a en fait survécu à la guerre, mais 150 ans plus tard, sa réputation mène toujours la dernière bataille.


La marche

Bien que clairement dirigé vers l'est, Sherman était déterminé à cacher ses mouvements aux yeux des confédérés. Pour cette raison, il a divisé son corps expéditionnaire en deux groupes d'infanterie. L'armée du Tennessee, dirigée par le major-général Oliver O. Howard, comprenait l'aile droite. Sur la gauche, le major-général Henry W. Slocum commandait l'armée de Géorgie. Brick. Le général Judson Kilpatrick a dirigé la seule division de cavalerie de la force. Avec Kilpatrick comme écran mobile, Howard a pris l'aile droite au sud-est d'Atlanta en direction de Macon, tandis que l'aile gauche de Slocum a marché vers l'est en direction d'Augusta.

Sherman a donné des instructions explicites à ses troupes concernant leur conduite pendant la marche. Dans le Special Field Order No. 120, il a encouragé la recherche de nourriture et la confiscation du bétail, mais a interdit les invasions de domicile. Cependant, s'ils étaient contrariés par les soldats confédérés, les officiers de l'Union pourraient détruire la propriété privée et industrielle. L'ordre de campagne a également permis aux travailleurs noirs valides de se joindre à la marche, mais les commandants ont reçu l'ordre de rester au courant des fournitures destinées à leur groupe d'armées.

La plupart des soldats de l'Union obéirent aux ordres de Sherman. Cependant, certains hommes, appelés « bummers », parcouraient la campagne pour terroriser et piller intentionnellement les civils confédérés. Bien que les déceptions se soient livrées à des activités interdites, l'impact psychologique global sur la population locale était précisément le but de la marche. Cet effet a probablement été aggravé par la destruction continue des chemins de fer de l'armée. Les chemins de fer ont également servi de vecteur de croissance industrielle et de transport pour l'armée. En déchirant et en faisant fondre les voies, les soldats de l'Union ont lentement paralysé le potentiel industriel et militaire de l'État au vu et au su de ses civils.

La direction confédérée était incapable de discerner la destination finale de la force de l'Union à deux volets. Observant les mouvements de l'aile droite de Howard, le lieutenant confédéré. Le général William J. Hardee a d'abord supposé que son objectif était de capturer Macon. Cependant, un virage vers l'est l'a convaincu qu'Augusta était la cible. En conséquence, le 19 novembre, il dépêcha le corps de cavalerie du major-général Joseph Wheeler et quelques miliciens locaux pour ralentir le flanc droit de l'Union. Le véritable objectif de Sherman, caché même à ses propres rangs, était de s'emparer de la capitale de l'État, Milledgeville.

Juste avant de pivoter vers l'est après Macon, l'aile droite de Howard est tombée sur la ville industrielle de Griswoldville. Les troupes de l'Union l'ont incendié. Le 22 novembre, trois brigades de milice confédérées (comprenant quelque 4 500 hommes) de Macon découvrent le carnage avant de tomber sur 1 500 soldats de l'Union. La position défensive de l'Union était solide et les hommes de Howard étaient équipés de fusils à répétition. Malgré un avantage numérique écrasant, les miliciens confédérés ont été complètement écrasés, subissant plus de 1 000 pertes à moins de 100 pour l'Union. Au nord de cette action, Sherman a avancé avec l'aile gauche dans Milledgeville le 23 novembre. Sa force a fait face à peu de résistance. La législature de l'État de Géorgie ayant quitté la capitale, les troupes de l'Union ont tenu une simulation de session législative et ont voté l'abrogation de l'ordonnance de sécession de la Géorgie.

Le 24 novembre, plusieurs prisonniers de guerre de l'Union rattrapent l'aile gauche, s'étant échappés d'un camp confédéré à Andersonville. De nombreuses troupes qui ont appris leur arrivée ont riposté en incendiant des granges civiles et en massacrant leur bétail. Certaines déceptions ont intensifié leurs attaques contre la population locale. La cavalerie confédérée de Wheeler a répondu en tuant des prisonniers de l'Union. La violence n'a diminué qu'après que Sherman a menacé de tirer sur un nombre égal de ses propres captifs. Cependant, la nouvelle du traitement brutal des prisonniers au Camp Lawton incitera plus tard Sherman à ordonner la destruction de plusieurs kilomètres de voies le long de l'Augusta & Savannah Railroad.

L'aile gauche de Slocum a rencontré des problèmes une fois qu'ils ont quitté le camp pour continuer leur marche vers l'est. Les cavaliers de Wheeler descendirent sur la colonne fédérale à Sandersonville les 25 et 26 novembre et, le 28 novembre, ils lancèrent une attaque contre la cavalerie de l'Union de Kilpatrick à Buckhead Creek. La Confédération n'a subi que 70 pertes contre 100 pour l'Union, Kilpatrick lui-même échappant de justesse à la capture. Les deux unités de cavalerie s'affrontent à nouveau à Waynesboro, à proximité, le 4 décembre. La bataille intense qui s'ensuit fait 250 victimes confédérées et 190 pertes pour l'Union.

Malgré ces obstacles, les deux ailes de l'armée de Sherman commencèrent à converger vers Savannah début décembre. Le 9 décembre, cependant, la tragédie a frappé Brig. Le XIVe corps du général Jefferson C. Davis. Les hommes de Davis étaient à la traîne du reste de l'aile gauche et la cavalerie de Wheeler était à leurs trousses. L'ordre de campagne n° 120 avait permis aux ouvriers noirs d'accompagner la colonne, bien qu'il s'agisse d'une ponction potentielle sur les ressources et du ralentissement du rythme de l'armée. À seulement 40 km au nord de Savannah, les hommes de Davis traversaient un ruisseau Ebenezer gonflé lorsqu'ils ont reçu l'ordre de détruire leur pont. Cela empêcherait les anciens esclaves de traverser pour se mettre en sécurité. Avec Wheeler de près, beaucoup d'entre eux ont tenté de parcourir la distance à la nage. Des dizaines de personnes se sont noyées et Wheeler a capturé beaucoup de ceux qui ont survécu. Leurs destins restent largement inconnus. Sherman défendra plus tard les actions de Davis à Ebenezer Creek comme une réalité nécessaire de la guerre.

Le 12 décembre, la force de Sherman s'était approchée des défenses extérieures de Savannah. Hardee s'était depuis longtemps retiré dans la ville côtière et travaillait à ses fortifications, qui étaient efficaces pour compléter les défenses naturelles des marais et des rivières de Savannah. Déterminé à ne pas assiéger à moins que cela ne soit absolument nécessaire, Sherman ordonna à 4 000 hommes du XV Corps de s'emparer du fort McCallister, un élément crucial de la défense sud de la ville. Les troupes de l'Union arrivèrent devant le fort le 13 décembre. Il comptait une garnison de 230 confédérés et plus de 20 pièces d'artillerie. Les troupes fédérales ont sprinté sur le tronçon de 600 mètres jusqu'aux murs du fort et en 15 minutes, elles ont capturé la structure. L'Union a perdu 130 hommes dans cet assaut et la Confédération 40.

Savannah était maintenant encerclée sur terre. Sherman a demandé une reddition le 17 décembre, mais sa demande a été rapidement rejetée. Néanmoins, Hardee savait que sa position était intenable. Dans la nuit du 20 au 21 décembre, sa garnison confédérée se prépare à évacuer. Ils abandonnèrent tranquillement leurs tranchées et traversèrent la rivière Savannah en Caroline du Sud tenue par les Confédérés. Le 21 décembre, le maire de Savannah a officiellement cédé la ville à l'Union. Pour sa part, Sherman a pris immédiatement contact avec l'US Navy avant d'envoyer le télégramme suivant à Pres. Abraham Lincoln:

"Je vous prie de vous présenter comme cadeau de Noël la ville de Savannah, avec cent cinquante canons lourds et beaucoup de munitions, ainsi qu'environ vingt-cinq mille balles de coton."


Marching Men: War Verses/À notre bien-aimé

L es cœurs que vous avez connus dans ces années incontestées,
Les cœurs qui t'aimaient - plus doux grandi de larmes,
O laissez-les être votre lit vivant,
Revenez chez nous, bien-aimés morts !

Nous ne vous pleurerons pas ou ne vous louerons pas beaucoup,
Nous demandons seulement avec des lèvres mélancoliques de toucher
L'ourlet de ton vêtement, et pose de doux rameaux
Cultivé de la fierté du cœur sur vos sourcils.

Nous demandons seulement qu'avec toi nous puissions mourir
À tout ce à quoi tu es mort, mettant de côté
Les buts qui embrasaient autrefois la vie,
Les soucis qui vexaient ces jours agités.

Car quelque chose d'entre nous a péri à tes côtés,
Le moi plus léger que tu connaissais est mort quand tu es mort
Bien que nous ne soyons appelés par aucun nouveau nom,
Nous aussi, nous avons dépassé cette flamme purificatrice,—


Ont dépassé les anciens désirs et peurs
Dans une tendresse sans larmes
C'est dans ça que nous te plierions,
Le plus proche parent de nos esprits.

Ne pense pas, bien-aimé, que tu as subi un changement
Pour nous, c'est le monde qui est devenu étrange
Nous sommes plus entièrement à vous, en effet,
Alors que les marées rapides de la terre reculent

Car bien que condamnés à la vie, nous restons debout
Consciemment près de la Terre inconnue,
Se sentir lié d'amitié là-bas et connu
Dans la haute fraternité, la mort s'est manifestée.


Marcher pour la guerre - Histoire

Un tlanta tomba aux mains de l'armée de Sherman au début de septembre 1864. Il consacra les semaines suivantes à chasser les troupes confédérées à travers le nord de la Géorgie dans une vaine tentative de les attirer dans un combat décisif. Les tactiques évasives des confédérés ont condamné le plan de Sherman pour remporter la victoire sur le champ de bataille. Il a donc développé une stratégie alternative : détruire le Sud en dévastant son infrastructure économique et de transport.

"Les sentinelles de Sherman"
Seules les cheminées se dressent après
une visite de l'armée de Sherman
La campagne « terre brûlée » de Sherman a commencé le 15 novembre lorsqu'il a coupé le dernier fil télégraphique qui le reliait à ses supérieurs dans le Nord. Il a quitté Atlanta en flammes et a pointé son armée vers le sud. Aucun mot ne serait entendu de lui pendant les cinq prochaines semaines. À l'insu de son ennemi, l'objectif de Sherman était le port de Savannah. Son armée de 65 000 hommes a coupé une large bande alors qu'elle se dirigeait vers sa destination. Des plantations ont été incendiées, des récoltes détruites et des réserves de nourriture pillées. Dans le sillage de sa progression vers la mer, il laissa de nombreuses « sentinelles Sherman » (les cheminées de maisons incendiées) et des « cravates Sherman » (des rails de chemin de fer qui avaient été chauffés et enroulés autour des arbres.).

En cours de route, son armée a été rejointe par des milliers d'anciens esclaves qui ont fermé la marche parce qu'ils n'avaient pas d'autre endroit où aller. L'armée de Sherman a atteint Savannah le 22 décembre. Deux jours plus tard, Sherman a télégraphié au président Lincoln avec le message « Je vous prie de vous présenter, comme cadeau de Noël, la ville de Savannah.

C'était le début de la fin pour la Confédération. Sherman resta à Savannah jusqu'à la fin janvier, puis continua sa campagne de terre brûlée à travers les Carolines. Le 26 avril, les troupes confédérées du général Joseph E. Johnston se rendent à Sherman en Caroline du Nord, dix-sept jours après que Lee se soit rendu à Grant à Appomattox.

"Oh mon Dieu, l'heure du procès est arrivée !"

Dolly Sumner Lunt est née dans le Maine en 1817. Jeune femme, elle a déménagé en Géorgie pour rejoindre sa sœur mariée. Elle est devenue institutrice à Covington, en Géorgie, où elle a rencontré et épousé Thomas Burge, un propriétaire de plantation. À la mort de son mari en 1858, Dolly se retrouve seule à gérer la plantation et ses esclaves. Dolly a tenu un journal de ses expériences et nous nous joignons à son histoire alors que l'armée de Sherman s'approche de chez elle :

J'ai dormi dans mes vêtements la nuit dernière, car j'ai entendu dire que les Yankees étaient allés chez le voisin Montgomery jeudi soir à une heure, avaient fouillé sa maison, bu son vin et pris son argent et ses objets de valeur. Comme nous n'étions pas dérangés, j'ai marché après le petit déjeuner, avec Sadai [la fille de 9 ans du narrateur], jusqu'à M. Joe Perry, mon voisin le plus proche, où les Yankees étaient hier.

« Non, non ! » dis-je, et j'ai couru chez moi aussi vite que j'ai pu, avec Sadaï.

Je pouvais les entendre crier : « Halte ! Arrêt!' et leurs fusils partaient en succession rapide. Oh mon Dieu, l'heure de l'épreuve est arrivée !

Un homme est passé sur le chemin de Covington. Je l'ai salué en lui demandant s'il ne savait pas que les Yankees venaient.

— Oui, dis-je, ils ne sont pas à trois cents mètres d'ici.

— Bien sûr, dit-il. — Eh bien, je n'irai pas. Je ne veux pas qu'ils prennent mon cheval. Et même s'il entendait parler de leurs armes, il s'arrêtait et les cherchait. Bienheureuse ignorance! Ne sachant pas, n'entendant pas, il n'a pas subi le suspense, la peur, que j'ai depuis quarante-huit heures. J'ai marché jusqu'à la porte. Là, ils sont venus en file.

Je me suis précipité vers mes serviteurs effrayés et leur ai dit qu'ils feraient mieux de se cacher, puis je suis retourné à la porte pour réclamer une protection et un garde. Mais comme des démons, ils se précipitent ! Mes jardins sont pleins.

À mon fumoir, ma laiterie, mon garde-manger, ma cuisine et ma cave, comme des loups affamés, ils viennent casser les serrures et tout ce qui se trouve sur leur chemin. Les milliers de livres de viande dans mon fumoir ont disparu en un clin d'œil, ma farine, ma viande, mon saindoux, mon beurre, mes œufs, toutes sortes de cornichons - à la fois dans du vinaigre et de la saumure - du vin, des pots et des cruches ont tous disparu. Mes dix-huit dindes grasses, mes poules, poulets et volailles, mes jeunes cochons, sont abattus dans ma cour et chassés comme s'ils étaient eux-mêmes des rebelles. Complètement impuissant, je suis sorti en courant et j'ai fait appel au gardien.

— Je ne peux pas vous aider, madame, ce sont des ordres.

. Hélas! J'ai peu pensé en essayant de sauver ma maison du pillage et du feu qu'ils forçaient mes garçons [esclaves] à quitter la maison à la pointe de la baïonnette. L'un, Newton, a sauté dans son lit dans sa cabine et s'est déclaré malade. Un autre a rampé sous le sol, - un garçon boiteux qu'il était, - mais ils l'ont sorti, l'ont placé sur un cheval et l'ont chassé. Mi, pauvre Mi ! La dernière fois que je l'ai vu, un homme l'a fait faire le tour du jardin, cherchant, comme je le pensais, mes brebis, car il était mon berger. Jack est venu pleurer vers moi, les grosses larmes coulant sur ses joues, disant qu'elles le faisaient partir. J'ai dit:

Mais un homme le suivit, le maudissant et menaçant de lui tirer dessus s'il ne partait pas, si bien que le pauvre Jack dut céder.

Une famille fuit l'approche
de l'armée de Sherman
. Sherman lui-même et une plus grande partie de son armée sont passés devant ma maison ce jour-là. Toute la journée, alors que les moments tristes se déroulaient, est-ce qu'ils passaient non seulement devant ma maison, mais par derrière ils ont démoli les palissades de mon jardin, fait une route à travers mon arrière-cour et mon terrain, conduisant leur bétail et traversant, abattre mes clôtures et désoler ma maison - le faire sans raison quand ce n'était pas nécessaire.

. Alors que la nuit tirait ses rideaux de sable autour de nous, les cieux de chaque point étaient illuminés par les flammes des bâtiments en feu. Sans dîner et sans souper que nous étions, ce n'était rien en comparaison de la peur d'être chassés sans abri dans les bois mornes. Rien à manger! Je ne pouvais pas donner à souper à mon garde, alors il nous a quittés.

Mon Père céleste seul m'a sauvé du feu destructeur. Ma voiture-maison contenait huit balles de coton, avec ma voiture, ma poussette et mon harnais. Au-dessus du coton se trouvaient des rouleaux de coton cardé, d'une centaine de livres ou plus. Ceux-ci ont été jetés hors de la couverture dans laquelle ils étaient, et une grande torsion des rouleaux a été prise et incendiée, et jetée dans le bateau de ma voiture, qui était près des balles de coton. Grâce à mon Dieu, le coton n'a fait que brûler, puis s'est éteint. Oublierai-je jamais la délivrance ?

Vers dix heures, ils étaient tous passés, sauf un, qui entra et voulut faire du café, ce qui fut fait, et lui aussi continua. Quelques minutes s'écoulèrent, et deux courriers à cheval passèrent rapidement en arrière. Puis, bientôt, d'autres soldats sont arrivés, et cela a mis fin au passage de l'armée de Sherman à ma place, me laissant plus pauvre de trente mille dollars que je ne l'étais hier matin. Et un rebelle bien plus fort!"


Onze fois où les Américains ont manifesté contre Washington

Même dans une république construite par et pour le peuple, la politique nationale peut sembler déconnectée des préoccupations des citoyens américains. Et quand il y a des mois ou des années entre les élections, il y a une méthode vers laquelle les gens se sont tournés encore et encore pour exprimer leurs préoccupations : les marches sur Washington. La capitale a accueilli une flotte d'agriculteurs familiaux sur des tracteurs en 1979, une foule de 215 000 personnes dirigée par les comédiens Jon Stewart et Stephen Colbert lors du Rallye 2010 pour restaurer la santé mentale et/ou la peur, une brigade de 1 500 marionnettes défendant les médias publics (inspiré des commentaires du candidat à la présidentielle Mitt Romney sur Big Bird et le financement de la télévision publique), et le rassemblement annuel March for Life qui rassemble des évangéliques et d'autres groupes protestant contre l'avortement.

Contenu connexe

En prévision de la prochaine grande marche sur Washington, explorez dix des plus grandes marches sur Washington. Du Ku Klux Klan à la mobilisation populaire contre la guerre, l'histoire des marches de Washington témoigne de l'évolution constante du milieu social, culturel et politique de l'Amérique.

Suffrage des femmes Mars – 3 mars 1913

Le programme officiel de la Marche des femmes, 1913. (Wikimedia Commons) Le chef du défilé des suffragettes à Washington, 1913. (Wikimedia Commons)

Un jour avant l'investiture présidentielle de Woodrow Wilson, 5 000 femmes ont défilé sur Pennsylvania Avenue pour exiger le droit de vote. C'était le premier défilé des droits civiques à utiliser la capitale comme scène, et il a attiré beaucoup d'attention et les spectateurs ont regardé la procession. La marche était organisée par la suffragette Alice Paul et dirigée par l'avocate du travail Inez Milholland, qui montait un cheval blanc nommé Grey Dawn et était vêtue d'une cape bleue, de bottes blanches et d'une couronne. Les Washington Post l'a appelée "la plus belle suffragette", un titre auquel elle a répondu : plus essentiel.” 

Mars Ku Klux Klan – 8 août 1925

La marche du Ku Klux Klan à Washington, 1925. (Wikimedia Commons) Le rassemblement du Ku Klux Klan pour la marche sur Washington, 1925. (Wikimedia Commons) En formation pour la marche sur Washington, 1925. (Wikimedia Commons)

Stimulé par la haine des catholiques européens, des immigrés juifs et des Afro-Américains et inspiré par le cinéma muet Naissance d'une nation (dans lequel les hommes du Klan étaient décrits comme des héros), le Ku Klux Klan comptait 3 millions de membres dans les années 1920 (la population américaine à l'époque n'était que de 106,5 millions de personnes.) Mais il y avait des divisions entre les membres du Nord et du Sud, et pour combler ce fossé et faire connaître leur présence, ils se sont réunis à Washington. Entre 50 000 et 60 000 membres du Klan ont participé à l'événement et portaient leurs capes et chapeaux menaçants, bien que les masques soient interdits. Malgré les craintes que la marche ne conduise à la violence, ce fut un événement en grande partie silencieux et paisible et de nombreuses sections éditoriales de journaux ont encouragé le Klan. Un journal du Maryland a décrit ses lecteurs comme "tremblant dans l'attente excitée de 100 000 apparitions fantomatiques flottant dans les rues de la capitale nationale aux sons émouvants du "Liberty Stable Blues".

Bonus Army March – 17 juin 1932

Le campement de l'armée bonus, attendant leurs bonus du gouvernement américain. (Wikimedia Commons)

Quelques années après la fin de la Première Guerre mondiale, le Congrès a récompensé les anciens combattants américains avec des certificats d'une valeur de 1 000 $ qui ne seraient pas remboursables pour leur plein montant pendant plus de 20 ans. But when the Great Depression led to mass unemployment and hunger, desperate vets hoped to cash in their bonuses ahead of schedule. In the early years of the Depression, a number of marches and demonstrations took place around the country: a Communist-led hunger march on Washington in December of 1931, an army of 12,000 jobless men in Pittsburgh, and a riot at Ford’s River Rouge plant in Michigan that left four dead.

Most famous of all were the “Bonus Expeditionary Forces” led by former cannery worker Walter W. Walters. Walters assembled 20,000 vets, some with their families, to wait until a veterans’ bill was passed in Congress that would allow the vets to collect their bonuses. But when it was defeated in the Senate on June 17, desperation broke through the previously peaceful crowd. Army troops led by Douglas MacArthur, then the Chief of Staff for the U.S. Army, chased the veterans out, employing gas, bayonets and sabers and destroying the makeshift camps in the process. The violence of the response seemed, to many, out of proportion, and contributed to souring public opinion on President Herbert Hoover.

March on Washington for Jobs and Freedom – August 28, 1963

Leaders of the Civil Rights march of 1963. (U.S. National Archives)

Best remembered for Martin Luther King, Jr.’s “I Have a Dream” speech, this enormous demonstration called for fighting injustice and inequalities against African-Americans. The idea for the march dated back to the 1940s, when labor organizer A. Philip Randolph proposed large-scale marches to protest segregation. Eventually the event came to be thanks to help from Roy Wilkins of the NAACP, Whitney Young of the National Urban League, Walter Reuther of United Auto Workers, Joachim Prinz of American Jewish Congress and many others. The march united an assembly of 160,000 black people and 60,000 white people, who gave a list of 󈫺 Demands”, including everything from desegregation of school districts to fair employment policies. The march and the many other forms of protest that fell under the Civil Rights Movement led to the Voting Rights Act of 1965 and the Civil Rights Act of 1968—though the struggle for equality continues in different forms today.

Moratorium to End the War in Vietnam – October 15, 1969

Peace marchers, carrying candles, pass the White House during the hour-long procession which ended the Vietnam Moratorium Day activities in Washington at night on Oct. 15, 1969. (AP Photo)

More than a decade into the Vietnam War, with half-a-million Americans involved in the conflict, the public was increasingly desperate for an end to the bloodshed. To show united opposition to the war, Americans across the U.S. participated in street rallies, school seminars and religious services. The Peace Moratorium is believed to be the biggest demonstration in U.S. history, with 2 million people participating, and 200,000 of them marching across Washington. A month later, a follow-up rally brought 500,000 anti-war protestors to Washington, making it the largest political rally in the nation’s history. But despite the vocal outcry against the conflict, the war continued for six more years. 

Kent State/Cambodian Incursion Protest – May 9, 1970

Anti-war demonstrators raise their hands toward the White House as they protest the shootings at Kent State University and the U.S. incursion into Cambodia, on May 9, 1970. (AP Photo)

In addition to rallies at the capital, Americans across the country staged protests against the Vietnam War, especially at universities. Kent State in Ohio was one of the sites of demonstrations. When students heard President Richard Nixon announce U.S. intervention in Cambodia (which would require drafting 150,000 more soldiers), rallies turned into rioting. The National Guard was called in to prevent further unrest, and when confronted by the students the guardsmen panicked and fired about 35 rounds into the crowd of students. Four students were killed and nine seriously wounded none of them were closer than 75 feet to the troops who shot them.

The incident sparked protests across the country, with nearly 500 colleges shut down or disrupted due to rioting. Eight of the guardsmen who fired on the students were indicted by a grand jury, but the case was dismissed over lack of evidence. The Kent State shooting also spurred another anti-war protest in Washington, with 100,000 participants voicing their fears and frustrations. 

Anti-Nuclear March – May 6, 1979

Anti-nuclear rally outside the Pennsylvania State Capitol in Harrisburg, Pennsylvania (Wikimedia Commons) President Jimmy Carter leaving Three Mile Island for Middletown, Pennsylvania (Wikimedia Commons)

On March 28, 1979, the U.S. experienced its most serious accident in the history of commercial nuclear power. A reactor in Middletown, Pennsylvania, at the Three Mile Island plant experienced a severe core meltdown. Although the reactor’s containment facility remained intact and held almost all the radioactive material, the accident fueled public hysteria. The EPA and Department of Health, Education and Welfare both found that the 2 million people in proximity to the reactor during the accident received a dose of radiation only about 1 millirem above the usual background radiation (for comparison, a chest x-ray is about 6 millirem).

Although the incident ultimately had negligible effects on human health and the environment, it tapped into larger fears over nuclear war and the arms race. Following the Three Mile Island meltdown, 125,000 protestors gathered in Washington on May 6, chanting slogans like “Hell no, we won’t glow” and listening to speeches by Jane Fonda, Ralph Nader and California governor Jerry Brown. 

National March for Lesbian and Gay Rights – October 14, 1979

Button from March with a Harvey Milk Quote "Rights are not won on paper: They are on by those that make their voices heard" (Wikimedia Commons) Buttons from The National March on Washington for Lesbian and Gay Rights, October 14, 1979 (Wikimedia Commons)

Ten years after the Stonewall riots (a series of LGBTQ demonstrations in response to police raids in Manhattan), six years after the American Psychiatric Association took homosexuality off the Diagnostic and Statistical Manual as a mental illness, and 10 months after openly gay public official Harvey Milk was assassinated, 100,000 protestors marched on Washington for LGBTQ rights. To hold the event, the community had to overcome one obstacle that few other minority groups did: their members could hide their sexual orientation indefinitely, and marching would essentially mean “coming out” to the world. But as the coordinators Steve Ault and Joyce Hunter wrote in their tract on the event: “Lesbians and gay men and our supporters will march for our own dream: the dream of justice, equality and freedom for 20 million lesbians and gay men in the United States.”

A decade later, a second march involved more than𧋴,000 activists angry about the government’s lackluster response to the AIDS crisis and the 1986 Supreme Court decision to uphold sodomy laws. The movement continued to address issues faced by LGBTQ citizens, culminating with a major victory in June 2015 when the Supreme Court ruled state-level bans on same-sex marriage were unconstitutional.

People’s Anti-War Mobilization – May 3, 1981

With the Lincoln Memorial in the background, anti-war marchers cross the Memorial Bridge on their way to the Pentagon for a rally to protest U.S. military involvement in El Salvador and President Reagan's proposed cuts in domestic social programs, May 3, 1981. (AP Photo/Ira Schwarz)

The crowd that assembled to protest the Reagan Administration in 1981 was perhaps one of the most tenuous coalitions. The demonstration was co-sponsored by over 1,000 individuals and organizations across the country and they marched for everything from Palestinian autonomy to U.S. involvement in El Salvador. It seemed the march was meant in part to unify all the various groups, according to Bill Massey, spokesperson for the People’s Anti-War Mobilization: “This demonstration is a shot in the arm and will lead to greater unity among the progressive forces in this country.” Unlike the Vietnam protests that sometimes escalated to violence, these casual marchers were described as taking time to eat picnic lunches, drink beer and work on their tans. 

Million Man March - October 16, 1995

Million man march, Washington DC, 1995 (Wikimedia Commons)

Rallying to calls for “Justice or Else,” the Million Man March in 1995 was a highly publicized event with the goal of promoting African-American unity. The march was sponsored by the Nation of Islam and led by Louis Farrakhan, the controversial leader of the organization. In the past Farrakhan had espoused anti-Semitic views, faced complaints of sexual discrimination, and was subject to internecine battles within the Nation of Islam. 

But at the 1995 rally, Farrakhan and others advised African-American men to take responsibility for themselves, their families and their communities. The march brought together hundreds of thousands of people­—but exactly how many was yet another controversy. The National Park Service initially estimated 400,000, which participants said was far too low. Boston University later estimated the crowd at around 840,000, with an error margin of plus-or-minus 20 percent. Regardless of the specific number, the march helped mobilize African-American men politically, offered voter registration and showed that fears over African-American men gathering in large numbers had more to do with racism than reality.

Protest Against the Iraq War – October 26, 2002

Demonstrators by the thousands gathered near the Vietnam Veterans Memorial in Washington Saturday, Oct. 26, 2002, as organizers marched against President Bush's policy toward Iraq. (AP Photos/Evan Vucci)


Sherman's March to the Sea

Anne J. Bailey, The Chessboard of War: Sherman and Hood in the Autumn Campaigns of 1864 (Lincoln: University of Nebraska Press, 2000).

Anne J. Bailey, War and Ruin: William T. Sherman and the Savannah Campaign (Wilmington, Del.: Scholarly Resources, 2003).

William Harris Bragg, Griswoldville (Macon, Ga.: Mercer University Press, 2009).

Barry L. Brown and Gordon R. Elwell, Crossroads of Conflict: A Guide to Civil War Sites in Georgia (Athens: University of Georgia Press, 2010).

James A. Connolly, Three Years in the Army of the Cumberland: The Letters and Diary of Major James A. Connolly, ed. Paul M. Angle (1928 reprint, Bloomington: Indiana University Press, 1996).

Joseph T. Glatthaar, The March to the Sea and Beyond: Sherman's Troops in the Savannah and Carolinas Campaign, new ed. (Baton Rouge: Louisiana University Press, 1995).

Jacqueline Jones, Saving Savannah: The City and the Civil War (New York: Knopf, 2008).

Lee B. Kennett, Marching through Georgia: The Story of Soldiers and Civilians during Sherman's Campaign (New York: Harper Perennial, 2001).

Noah Andre Trudeau, Southern Storm: Sherman's March to the Sea (New York: Harper, 2008).


Concentration: the massing of overwhelming effects of combat power to achieve a single purpose.

In spite of Sherman’s overriding concern for speed, he would not compromise in the size of his force. Sherman’s army consisted of four divisions — two from McPherson’s corps at Vicksburg and two from Hurlbut’s at Memphis — for a total of 20,000 infantry, plus some 5,000 attached cavalry and artillery. Sherman’s adversary Polk could muster a force only half that size and it was widely scattered, with a division each at Canton and Brandon, and cavalry spread between Yazoo City and Jackson.

Sherman devoted his forces to the aim to “do the enemy as much damage as possible.” On February 9, his army entered Morton and spent several hours tearing up the railroad track, using the usual method of burning crossties to heat the rails and then bending the hot rails into useless configurations dubbed “Sherman’s neckties.”

At Lake Station on February 11, Sherman destroyed “the railroad buildings, machine-shops, turning-table, several cars, and one locomotive.” But it was after reaching Meridian itself that Sherman unleashed his full fury. For five days he dispersed detachments in four directions with Hurlbut leading the destruction north and east of Meridian, and McPherson focusing on the south and west. For his part, McPherson destroyed 55 miles of railroad, 53 bridges, 6, 075 feet of trestle work, 19 locomotives, 28 steam cars, and 3 steam sawmills. Hurlbut claimed 60 miles of railroad, one locomotive, and 8 bridges. Sherman reported, 󈫺,000 men worked hard and with a will in that work of destruction, with axes, crowbars, and with fire, and I have no hesitation in pronouncing the work as well done. Meridian, with its depots, store-houses, arsenal, hospitals, offices, hotels, and cantonments no longer exists.” His work done, Sherman returned to Vicksburg on February 28.

The Confederates were able to repair their railroads within a month. But the weak Confederate industrial base could not replace the locomotives, and that placed the Confederate forces in a critical situation.


Marching to War - History

Historical events in the month of March by day:

March 1, 1790 - The U.S. Supreme Court convenes for the first time.

March 1, 1872 - Yellowstone becomes the U.S.'s first national park.

March 1, 1932 - The Hoover Dam is completed.

March 1, 1958 - U.S. launches Explorer I, its first satellite.

March 1, 1961 - The U.S. Peace Corps was founded.

March 1, 1982 - Late Night with David Letterman premieres on NBC.

March 2, 1836 - Texas declared its independence from Mexico.

March 2, 1887 - The first Ground Hog Day is observed in Punxsutawney, PA

March 2, 1933 - The movie King Kong premieres.

March 2, 1962 - Wilt Chamberlain of the Philadelphia Warriors scores 100 points in a basketball game.

March 3, 1931 - The Star Spangled Banner becomes the National Anthem

March 3, 1791 - Congress establishes the U.S. Mint.

March 3, 1855 - The U.S. Congress authorizes $30,000 to study the feasibility of using camels for military purposes.

March 3, 1899 - George Dewey becomes the first Admiral of the U.S. Navy.

March 3, 1931 - Congressional resolution makes the "Star Spangled Banner" the official U.S. anthem.

March 3, 1933 - Mount Rushmore is dedicated.

March 3, 1997 - The Howard Stern Radio Show premieres in Fayetteville, NC

March 4, 1789 - The Constitution of the United States of America goes into effect.

March 4, 1924 - "Happy Birthday to You" is published by Claydon Sunny/

March 4, 1930 - Mrs. Charles Fahning of Buffalo N.Y. is recognized as the first woman to bowl a perfect 300 game.

March 4, 1966 - John Lennon proclaims "We (Beatles) are more popular than Jesus."

March 5, 1770 - The Boston Massacre occurred.

March 5, 1836 - Samuel Colt manufactures the first pistol, the 34 caliber "Texas".

March 5, 1868 - C.H. Gould patents the Stapler in England.

March 5, 2004 - Martha Stewart is convicted of Obstructing Justice, a felony.

March 6, 1836 - The battle of the Alamo ends as Mexican forces overwhelm and kill all defenders.

March 6, 1899 - Felix Hoffmann at German Bayer company patents aspirin.

March 6, 1950 - Silly putty is invented.

March 6, 1964 - Boxing great Cassius Clay converts to Islam and changes his name to Muhammad Ali.

March 6, 1981 - Well known and loved Walter Cronkite signs off as anchorman off the CBS Evening News

march 7, 1857 - Baseball determines that nine innings constitutes a full game, not nine runs.

March 7, 1876 - Alexander Graham Bell patents the Telephone.

March 7, 1933 - Monopoly board game is invented.

March 7, 2011 - Charlie Sheen is fired from CBS comedy sitcom "Two and a Half Men"

March 8,1531 - King Henry III is officially recognized as the Supreme Head of the Church of England by the Convocation of Canterbury.

March 8, 1817 - The New Your Stock Exchange is founded.

March 8, 1936 - The first stock car race is run at Daytona Beach.

March 8, 1983 - President Ronald Reagan calls the USSR an "Evil Empire".

March 8, 1999 - Baseball great Joe DiMaggio dies.

March 9, 1562 - Kissing is banned in Naples, Italy, punishable by death.

March 9, 1862 - Ironclad ships the Monitor and the Merrimack battle in the Civil war.

March 9, 1959 - Mattel debuts Barbie dolls at the International American Toy Fair in New York City. See Barbie Doll Day

March 9, 1964 - The first Ford Mustang rolls off the assembly line.

March 10, 1862 - The U.S. government issues paper money for the first time.

March 10, 1876 - Alexander Graham Bell places the world's first telephone call, to his assistant in the next room.

March 11, 1669- Mt. Etna in Sicily erupts in its largest eruption ever, killing over 15,000 people.

March 11, 1888 - The most famous storm in American history begins. the Blizzard of 1888.

March 11, 1997 - The ashes of Star Trek creator Gene Roddenberry are launched into space.

March 11, 1997 - Paul McCartney is knighted by Queen Elizabeth II.

March 12, 1894 - Coca Cola is sold in bottles for the first time in a candy store in Vicksburg, Mississippi.

March 12, 1912 - Girl Scouts of USA were founded by Juliette Low of Savannah, GA..

March 12, 1942 - Baseball great Joe DiMaggio agrees to a new contract with the NY Yankees, and gets a $6,250 raise. My, how times have changed!

March 12, 1965 - The song "Wooly Bully" by Sam the Sham and Pharaohs is released as a single. Karaoke anyone!?

March 13, 1639 - Harvard University is named after clergyman John Harvard.

March 13, 1868 - Senate begins impeachment trial of President Andrew Johnson.

March 13, 1887 - Greenwood patented earmuffs, originally called the "Champion Ear Protector". See Ear Muff Day

March 13, 1936 - Work on the Boulder dam is completed.

March 13, 1969 - Disney releases movie "The Love Bug".

March 13, 2012 - Encyclopedia Britannica announces it will no longer produce a printed version of its encyclopedia.

March 14, 1794 - Eli Whitney patents the Cotton Gin.

March 14, 1899 - German inventor Ferdinand von Zeppelin receives a U.S. patent for a "navigable balloon".

March 14, 1932 - George Eastman, founder of Eastman Kodak Company, commits suicide rather than facing the ravages of cancer.

March 15, 44 B.C. - "The Ides of March" Julius Caesar is stabbed to death by Marcus Junius Brutus.

March 15, 1892 - Inventor Jesse W. Reno receives a patent for the world's first escalator.

March 15, 1965 - TGI Friday's opens their first restaurant, in NYC.

March 15, 2018 - After filing for bankruptcy, Toys R Us announces it will close all of its toy stores.

March 16, 1926 - Professor Robert Goddard launches the first liquid fuel rocket.

Marc 16, 1968 - General Motors produces their 100 millionth automobile, an Oldsmobile Toronado.

March 17 - On this day everyone is a little bit Irish- It's Saint Patrick's Day!

March 17, 1762 - First Saint Patrick's Day parade in NYC.

March 17, 1845 - The rubber band was invented by Stephen Perry in London. Can you imagine life without them.

March 17, 1969 - Golda Meir becomes the first female Prime Minister of Israel.

March 18, 1818 - The U.S. government approves the first pensions for government service.

March 18, 1931 - Shick introduces the first electric shaver to the marketplace.

March 18, 1965 - Soviet Union cosmonaut Aleksei Leonov becomes the first person to take a space walk.

March 19, 1911 - First International Women's Day, over 1 million men and women attend rallies around the world.

March 19, 1918 - Congress approves Daylight Savings Time

March 20, 1852 - Harriet Beacher Stowe publishes the book Uncle Tom's Cabin .

Mach 20, 1922 - The U.S. Navy commissions the first aircraft carrier, the USS Langley.

March 20, 1930 - Kentucky Fried Chicken is founded by "Colonel" Harlan Sanders in North Corbin, KY. It proves to be "finger lickin' good!"

March 20, 1941 - General Douglas McArthur escapes Japanese occupied Philippines, vowing "I shall return!"

March 21, 1935 - Persia is formally renamed Iran.

March 21, 1963 - The infamous Alcatraz prison is closed.

March 21, 2006 - Twitter was created. Social media will never be the same.

March 22, 1960 - The first patent for a laser is issued to Arthur Schlow and Charles Townes.

March 22, 1963 - The Beatles first album "Please, Please Me" is released in England.

March 23, 1775 - Patrick Henry declares "Give me liberty, or give me death!"

March 23, 1857 - Elisha Otis installs the first elevator at 488 Broadway in New York City.

March 24, 1882 - German scientist Robert Koch announces he has discovered the bacillus that causes Tuberculosis.

March 24, 1958 - Elvis Presley joins the U.S. Army.

March 24, 1964 - The Kennedy half dollar is put into circulation.

March 24, 1989 - The super tanker Exxon Valdez runs aground in Alaska's Prince William Sound and ruptures, spilling millions of gallons of oil.

March 25, 31 - The First Easter celebration is held.

March 25, 1954 - RCA manufactures the first color television.

March 25, 1957 - The European Economic Community (ECC) is established by the Treaty of Rome.

March 25, 1970 - The Concorde jet makes its maiden supersonic flight.

March 26, 127 - Greek Astrologer and mathematician Ptolemy begins his observations of the heavens.

March 26, 1827 - Ludwig von Beethoven dies in Vienna, Austria.

march 26, 1830 - The Book of Mormon is published in Palmyra, New York.

March 26, 1885 - The Eastman Dry Plate and Chemical Company manufactures the first motion picture film.

March 26, 1945 - U.S. Marines raise the American flag at Iwo Jima.

March 27, 1855 - Abraham Gesner receives a patent for kerosene.

March 27, 1909 - Fingerprints are used as evidence in a murder trial for the first time.

March 27, 1964 - The biggest earthquake ever recorded strikes Anchorage, Alaska. It measured 8.3 on the Richter scale.

March 28, 1797 - Nathaniel Briggs patents the washing machine.

March 28, 1866 - The first ambulance goes into service.

March 28, 1939 - The city of Madrid falls to the forces of Francisco Franco, ending the Spanish Civil War.

March 28, 1963 - The AFL's NY Titans become the NY Jets.

March 28, 1979 - Three Mile Island nuclear power plant accident occurs in Middletown, Pa.

March 29, 1795 - At age 24, Ludwig von Beethoven debuts as a pianist in Venice

March 29, 1848 - Ice jams stop the flow of water over Niagara Falls.

March 29, 1882 - The Knights of Columbus is founded.

March 29, 1886 - Coca Cola is invented.

March 30, 240 B.B. - First recorded perihelion passage of Halley's Comet.

March 30, 1842. Ether is used as an anesthesia for the first time by Doctor Crawford Long in Georgia. See Doctor's Day.

March 30, 1858 - A pencil with an attached eraser is patented by Hyman L. Lipman of Philadelphia, PA.

March 30, 1867 - The United States buys Alaska from Russia for $7.2 million.

March 30, 1870 - The 15th amendment goes into effect, giving black men the right to vote.

March 30, 1964 - Jeopardy debuts on television.

March 30, 2020 - The International Olympic Committee announces the postponement of the 2020 summer games until 2021 due to the COVID-19 Pandemic.

March 31, 1880 - Wabash, Indiana claims to be the first town to be illuminated 100% by electricity.

March 31, 1958 - The Eiffel Tower opens in Paris, France

March 31, 1918 - Daylight Savings Time goes into effect for the first time in he U.S.

Holiday Insights , where every day is a holiday, a bizarre or wacky day, an observance, or a special event. Join us in the daily calendar fun each and every day of the year.

Did You Know? There are literally thousands of daily holidays, special events and observances, more than one for every day of the year. Many of these holidays are new. More holidays are being created on a regular basis. At Holiday Insights, we take great efforts to thoroughly research and document the details of each one, as completely and accurately as possible.

Note: If you are using the dates or historical information on our site for calendar or other publishing purposes, we recommend you double check with other sources.


Voir la vidéo: La marche à la guerre (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Chester

    Je pense que tu n'as pas raison. Écrivez-moi en MP.

  2. Jarren

    Tout est cool: à la fois l'image et l'information

  3. Reno

    Le message est loin

  4. Taavet

    Cela ne me vient pas tout à fait. Les variantes peuvent-elles encore exister?



Écrire un message