Des articles

Grandir dans les années 60

Grandir dans les années 60


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Cette vidéo de la chaîne History couvre les jeux et jouets des années 60 comme Etch a Sketch, Game of Life et les jeux les plus populaires de Slip 'n Slide et Twister. Découvrez pourquoi le jeu Twister a atteint plus de 3 millions de ventes en un an. Il couvre également des jeux tels que Mouse Trap, Air Blaster, The Superball, Battleship, Hot Wheels, Big Wheel et Operation.


Pourquoi les années 1960 ont été la meilleure décennie pour grandir dans

Back In Time For The Weekend, l'émission de la BBC où une famille fait l'expérience de ce que c'est que de vivre dans une décennie particulière (des années 1950 aux années 1990) a lancé un débat : dans quelle décennie a-t-elle été la meilleure pour grandir ?

La famille impliquée, les Ashby-Hawkins, considérait que les années 1970 étaient les meilleures. Mais notre écrivain Tessa Cunningham croit que les années 1960 ont été l'une des meilleures périodes pour être jeune. Voici 12 très bonnes raisons.

1. Télévision pour enfants
Qui a besoin d'Harry Potter alors qu'ils pourraient avoir Samantha, la sorcière blonde au nez crispé, le mari tout américain et la belle-mère de l'enfer ?

La série télévisée américaine Bewitched, avec Elizabeth Montgomery, nous a tous envoûtés.

2. Télévision du samedi soir
Nous n'avons eu qu'à entendre les mots immortels de PC Dixon : &lsquoEvening all&rsquo, qui a lancé chaque épisode de la série policière confortable Dixon Of Dock Green, pour savoir que tout allait bien dans le monde.

Happy Valley, c'était définitivement le cas, mais personne ne s'est jamais couché avec des cauchemars. Et, si nous voulions quelque chose d'un peu plus excitant, il y avait toujours Juke Box Jury et Double Your Money.

3. Des bonbons à gogo

Si vous n'avez pas apprécié le frisson de fourrer un Gobstopper dans votre bouche, vous n'avez pas vécu.

Le rationnement des sucreries avait pris fin en 1953 et les fabricants se bousculaient pour nous vendre des friandises sucrées. Et devinez ce que nos parents ont approuvé (tant que nous nous sommes brossés les dents avant de nous coucher.)

Les fontaines Sherbert, les Black Jacks, les Pear Drops et bien sûr les Gobstoppers ont comblé ces longs écarts entre les repas.

4. Nourriture
Les repas étaient peut-être plus simples, mais personne n'a payé de supplément pour le bio. Il est venu en standard.

Et personne n'avait blasé le palais de manger trop d'aliments exotiques. Pour des sensations gustatives excitantes, nous avions Spaghetti Hoops (oui, il fut un temps où ce n'était qu'un scintillement dans un œil publicitaire), Vesta Curries et & ndash pour le summum du luxe & ndash Arctic Rolls et Ski Yogurt prêts à l'emploi. Miam miam.

Nous pouvions avoir assez de sucre, même dans notre musique.

Vous vous souvenez d'Archies et de Sugar Sugar ? Et si vous vous êtes déjà demandé ce que les filles voient dans One Direction, rappelez-vous simplement que nous y sommes arrivés en premier avec les Monkees et le groupe pop original (et le meilleur?).

Le seul débat était de savoir lequel de ces chanteurs aux cheveux éponge était le plus mignon.

6. Livres
Si vous pensez que 50 Shades Of Grey est racé, vous n'avez jamais lu Lady Chatterley Lover.

C'était la décennie où l'histoire coquine d'une dame et de son amant garde-chasse de DH Lawrence a finalement été publiée.

La plupart d'entre nous n'ont jamais eu l'occasion de lire en douce la copie de maman. Au lieu de cela, nous avons reçu notre éducation sexuelle de chers vieux livres de poche Barbara Cartland et Mills & Boon.

OK, il n'y avait pas le choix. Mais était-ce libérateur ?

Quand tu n'avais que deux jupes, deux pantalons, trois robes et quelques hauts, s'habiller le matin était si simple et rapide.

Et maman s'en souciait trop si vous vous saliez parce qu'elle vient de recevoir sa première machine à laver automatique. Hourra !

Personne ne s'est jamais plaint que nous passions trop de temps dans nos chambres. Si nous ne jouions pas à Cluedo à la table de la cuisine, nous sautions dans le jardin ou jouions à cache-cache dans le parc local.

Tant que nous étions à la maison pour le thé, personne n'a sourcillé.

Aller au cinéma était un événement toute la journée parce que nous avions le film B à regarder en premier (gratuitement.)

Et nous n'avions pas besoin de films 3D fantaisistes pour nous divertir quand Sean Connery nous ravissait tous en tant que James Bond.

10. Se déplacer

Nous n'avons jamais eu besoin de supplier maman pour un ascenseur. Nous sommes allés partout sur nos vélos.

Les routes étaient si silencieuses et sans circulation que le vélo était une joie. Et personne n'a jamais rêvé de suggérer que nous portions un casque.

11. Loisirs
Oubliez les jeux informatiques coûteux et tout ce que nous avons fait était soit gratuit, soit vraiment bon marché.

Nous décollions fanatiquement des timbres sur des enveloppes et les collions dans des livres. Nous avons collecté de jolies billes colorées. Et nous avons tricoté et crocheté comme des fous.

Nos théières avaient tellement de douillettes qu'elles étaient mieux habillées que nous.

12. Jours fériés

Il n'y avait pas besoin d'avoir peur du soleil. Dans les jours qui ont précédé les vacances à forfait, nous ne nous sommes pas cuits au rouge sur la Méditerranée. Au lieu de cela, nous nous sommes précipités pour être au bord de la mer à Bournemouth ou à Scarborough et avons profité de chaque instant de soleil que nous pouvions entre les averses.

Nous avons construit des châteaux de sable, sommes allés pêcher au crabe et avons passé des heures à enterrer papa.

Comme ça? Abonnez-vous à la newsletter Good Housekeeping.


Grandir dans les années 50 et 60

Nous vous demandons de nous aider à montrer aux jeunes visiteurs de nos galeries ce que c'était que de grandir dans les années 50 et au début des années 60.

Les musées Pause et lectureLe salon d'activité comprend des artefacts et des activités liés à la croissance à cette époque. Nous affichons un costume de Superman porté par George Reeves dans Les Aventures de Superman, fan des magazines et des marionnettes du Capitaine Kangourou afficher.

Pour compléter ces matériaux de notre collection, nous avons pensé qu'il serait intéressant de demander aux gens ordinaires de toute l'Amérique de contribuer leurs photos de famille pour décorer les murs. Jusqu'à présent, plus de 100 photos ont été soumises, et nous en soulignons quelques-unes ici sur le blog.

Pour nos visiteurs, nous espérons que ces photos donneront un point de vue diversifié et personnel sur l'époque. Nous espérons que les enfants d'aujourd'hui s'asseoiront devant les images et regarderont de près comment les choses ont changé ou n'ont pas changé au fil du temps. Et nous espérons vraiment inspirer des discussions « Quand j'étais enfant… » entre les enfants, les parents et les grands-parents.

Mais que vous puissiez ou non nous rendre visite à Washington, nous espérons que vous feuilleterez votre album photo de famille. Peut-être aurez-vous des discussions « Je me souviens quand… » avec votre famille. Et si vous trouvez de superbes images que vous aimeriez avoir prises en compte pour cette galerie, rejoignez notre groupe Flickr pour soumettre les photos de votre famille.

Nous sommes ravis que des personnes de tout le pays partagent généreusement leurs photos pour améliorer notre galerie. Nous espérons que vous en partagerez également !

Jenny Wei est une spécialiste de l'éducation qui a eu un moment « aha » en réalisant que beaucoup d'enfants d'aujourd'hui n'ont pas de parents qui ont grandi dans les années 60, ils ont des grands-parents qui ont grandi dans les années 60 !


Grandir dans le nord de l'Angleterre dans les années 1960 et 1970

Dîners scolaires, “kiss-catch”, lait gratuit, semaine bob-a-job, Bonfire Night, batailles de boules de neige, coupures de courant. . . ee bah gomme !

Wath-upon-Dearne se trouve dans le South Yorkshire (dans ce qu'on appelait autrefois le West Riding). Les guides vous diront que les autoroutes A1(M), M18 et M1 sont facilement accessibles et que les habitants du South Yorkshire sont réputés pour leur gentillesse. C'est là que j'ai grandi. . .

La région était autrefois un district minier de charbon prospère car elle est proche de Sheffield, la capitale sidérurgique de l'Angleterre. Wath-upon-Dearne est ainsi appelé car il est situé sur la rivière Dearne, mais la voie navigable dont je me souviens quand j'étais enfant était un canal sale qui a depuis longtemps été bétonné.

J'adorais ce rond-point quand j'étais gamin, mais (tragiquement) comme tant de choses que j'aimais quand j'étais enfant, il n'est plus aujourd'hui pavé pour permettre aux bus Yorkshire Traction d'entrer et de sortir plus facilement du centre. .

Bien que je sois né dans la ville voisine de Bolton-On-Dearne, de 1961 à 1974, j'ai vécu avec ma famille à Chapel Street dans une maison mitoyenne (celle du milieu sur trois).

Mon père travaillait comme maçon pour une entreprise de construction locale appelée Tabors (qui opérait à West Melton et possédait un vieux camion de couleur crème qui me fascinait quand j'étais enfant).

École pour nourrissons Park Road

Mes premiers souvenirs sont ceux de l'école Park Road Infants. Je me souviens très bien à quel point l'école semblait chaleureuse et colorée au milieu de l'hiver, principalement en raison, je suppose, du chauffage central (un luxe que nous n'avions pas à la maison).

Autant que je me souvienne, nous n'avons pas fait beaucoup de travail à Park Road, juste beaucoup de peinture et de jeux dans des bacs à sable et des réservoirs d'eau, etc. J'ai adoré peindre et jouer Oiseaux-tonnerres dans le bac à sable.

Park Road Infants School, Wath On Dearne

Certains de mes souvenirs les plus marquants de cette époque sont la fête des récoltes, lorsque nous rassemblions des paniers de fruits pour les vieux du village de retraite, et Noël, lorsque nous lancions invariablement une pièce de théâtre de la crèche. Un an, j'ai en fait décroché un rôle principal en tant que l'un des trois sages, mais je l'ai troqué à cause du trac pour le rôle de "Pedro, du Mexique" (ne demandez pas...).

L'hiver semblait beaucoup plus froid dans les années 60, et ma sœur et moi glissions et glissions souvent jusqu'à Park Road jusqu'à l'école sur la glace et dans la neige fondante et épaisse.

Pendant que j'étais à l'école des nourrissons, une entreprise de constructeurs appelée “Wimpey” a complètement ruiné la vue depuis la fenêtre de ma chambre en rasant le verger dans lequel je jouais derrière notre jardin arrière et en construisant un très grand domaine sanglant.

En regardant les bulldozers, les bétonnières et les camions à benne basculante, j'aimais un peu avoir mon propre Jouer à l'école "Fenêtre ronde" dans ma chambre, ce verger me manquait (et l'odeur de menthe sauvage me rappelle encore cet endroit à ce jour).

De Park Road Infants, c'est parti pour Wath Central Junior School (sur Festival Road). Cela m'a obligé à marcher quelques pâtés de maisons de plus jusqu'à l'école - un signe certain que je grandissais!

École primaire Wath Central

Mes souvenirs de Wath Central sont de nombreuses visites à l'église locale (All Saints) pour frotter les cuivres, des voyages à la caserne des pompiers et des fermes locales, des dessins à l'extérieur sur l'herbe sous un énorme saule pleureur les jours ensoleillés glorieux, des dîners scolaires à la cantine où chaque table avait un « moniteur » dont la responsabilité était de couper la nourriture en la quantité requise de portions et de servir la table (et si vous étiez très malchanceux, ce devoir incomberait à un enseignant).

École primaire Wath Central

À la fin de l'école, chaque jour, nous placions nos chaises sur les bureaux et disions nos prières (les mains jointes, les yeux fermés).

Une pause en milieu de matinée chaque jour pour une bouteille de lait (invariablement chaude après avoir été assise au soleil), peindre sur d'énormes chevalets avec de la peinture en poudre (qui n'avait pas aussi bon goût que les couleurs vives le suggéraient), la boutique de l'école où Les roues de chariot étaient le mets principal.

Lors des journées sportives à l'école, je suis devenu un coureur de longue distance accompli, participant éventuellement régulièrement à des courses de cross-country. Je préférais les billes et les conkers, de bons sports pour jouer dans la cour de récréation où nous nous blottissions avec les lèvres gercées et le nez qui coule en automne.

Voyages scolaires

Nous partions toujours en voyage scolaire pour visiter les stations de sauvetage, les maisons de retraite, les banques et les usines, et c'est lors d'un voyage d'une semaine à Grasmere dans le Lake District en 1973 que j'ai assisté au tournage du film. Hirondelles et Amazones. Mémorable pour moi car le livre (d'Arthur Ransome) avait été l'un de mes préférés.

Sur les bus. . .

Mon grand-père et mon père conduisaient tous les deux des bus pour Dearneways (une compagnie de bus locale autour de la vallée de Dearne) et pendant les vacances scolaires, je passais des journées entières à voyager dans les bus avec eux.

Souvent, les voyages se faisaient aux charbonnages avec les mineurs que j'aimais parce que j'avais le droit de porter une grande sacoche en cuir et de percevoir les tarifs (un peu de trois sous à Wath Main si ma mémoire est bonne).

Voici le bus. Ee, je peux les sentir en train de m'appeler !

Les voyages avec mon grand-père dans le bus pour Sheffield se terminaient généralement par une assiette de tripes et de vinaigre sur les marchés près du dépôt de bus.

Mon père et mon grand-père conduisaient également occasionnellement des autocars au bord de la mer, etc. pour une société appelée Phillipsons Coaches, opérant également à partir du dépôt de Dearneways.

La photo ci-dessous montre leur flotte d'autocars alignés dans leur cour le 17 février 1963.

Phillipsons a opéré pendant de nombreuses années à partir de Goldthorpe, transportant des générations de voyageurs locaux vers la côte et le pays, ainsi que des services locaux réguliers. La société a cessé ses activités dans les années 1970.

Papa conduisait occasionnellement des autocars pour une autre entreprise (basée à Huddersfield) appelée Hanson qui avait quatre autocars basés à Bolton, opérant dans une cour de ferme près de la gare.

Lycée Wath

En septembre 1973, j'ai traversé Festival Road et j'ai commencé à la « grande école ». J'allais maintenant à Wath Grammar (plus tard appelé Wath Comprehensive).

Probablement la meilleure chose à propos de Wath Grammar (à part les magnifiques blazers marron et or qui étaient une nouveauté pour moi car je n'avais jamais eu à porter d'uniforme auparavant) était le club de jeunes sur Festival Road.

Le club de jeunes était un endroit idéal pour écouter les derniers disques, manger des Mars Bars, boire du Tizer et essayer de discuter avec des filles.


Grandir dans les années 󈨀, 󈨊 et 󈨔

Enquêtez sur les artefacts de ces décennies remarquables pour en savoir plus sur les modes et les fantaisies qui ont façonné Chicago à la fin du XXe siècle.

Smiley Face Cercle Histoires
Les élèves exploreront des artefacts des années 1970 pour en apprendre davantage sur les modes et les fantaisies qui ont façonné cette décennie remarquable. Ils écriront ensuite des « histoires de cercle » collaboratives sur les objets. Étant donné que de nombreux enseignants d'aujourd'hui ont grandi dans les années 80, les élèves ont la possibilité d'avoir un aperçu de leurs propres expériences d'enfance, de développer une empathie historique et de mieux comprendre la relation entre le passé, le présent et l'avenir. Téléchargez Smiley Face Circle Stories.

Stampin' Autour de Chicago
Pour en savoir plus sur les modes et les fantaisies qui ont façonné les années 1960, 1970, 1980 et 1990, les élèves exploreront des artefacts de ces décennies emblématiques, puis créeront un timbre-poste inspiré de ce qu'ils ont appris.
Téléchargez Stampin’ Autour de Chicago.

Je plaisante dans les années 1980
En échantillonnant la culture pop des années 1980 à travers des films, de la musique, des jouets et des magazines, les élèves établiront des liens personnels avec la façon dont les enfants se divertissaient à cette époque. Télécharger Kidding Around dans les années 1980.

Retour vers le futur
Inspiré du film de 1985 Retour vers le futur, les élèves écriront une histoire en imaginant ce que ce serait de voyager dans le temps et de rencontrer leurs parents en tant qu'élèves du primaire. Télécharger Retour vers le futur.

Conseils pour assembler votre kit d'artefacts
Nos conseils et ressources vous aideront à créer un kit d'artefacts à utiliser avec ces leçons.

Les enseignants locaux ont écrit les leçons History in Your Hands dans le cadre de History Connections and Artifact Collections, un projet rendu possible grâce à une généreuse subvention de la Polk Bros. Foundation.


L'agriculture dans les années 50 et 60

En 1965, VOIR magazine a publié un article intitulé "Grandir dans une ferme, la vie qui s'évanouit". Pendant dix ans avant et 30 ans après, le photographe Archie Lieberman a suivi la vie d'une communauté - Scales Mound, Illinois, population de 399 en 1965 - et en particulier une famille – la famille Bill Hammer, Sr..

Au milieu des années 60, la grande question était de savoir si la ferme familiale et son fils Bill, Jr., pourraient rester dans l'agriculture. VOIR a écrit -

“Pour Bill, [Jr.,] il n'y a pas de meilleure vie que la vie d'un agriculteur, mais s'il peut rester à la ferme est problématique. Il y a trente ans, il y avait environ 7 millions de fermes. Aujourd'hui, moins de 3,5 millions de fermes nourrissent 53 % de personnes en plus. En 1980, selon les experts, il ne restera peut-être plus qu'un million de fermes.”

L'inquiétude était justifiée. L'agriculture dans les années 50 et 60 présentait de sérieux défis et des millions d'agriculteurs sont partis travailler en ville ou en ville.

Mais, à bien des égards, les années 50 et 60 ont été à la fois les meilleures et les pires époques. Le nombre d'exploitations a diminué, surtout au cours de ces deux décennies. Mais, le taux de déclin s'est stabilisé et en 1980 - lorsque VOIR prévoyait qu'il ne restait plus qu'un million d'agriculteurs – il y en avait, en fait, environ 2,5 millions encore dans les exploitations. Les agriculteurs qui ont pu rester gagnaient pas mal d'argent au cours de ces deux décennies. Après la Dépression et la Seconde Guerre mondiale, les fabricants de machines agricoles ont trouvé des acheteurs enthousiastes pour des machines de plus en plus sophistiquées. Une explosion de la recherche agricole a abouti à de meilleures récoltes et à de meilleurs pesticides.

étaient plusieurs années de sécheresse sévère au cours des années 50, mais le développement de systèmes d'irrigation à pivot central a permis d'atténuer une partie de cette douleur pour ceux qui en avaient les moyens.

La vie dans l'Amérique rurale était dominée par les guerres chaudes et froides. Cette période a commencé en 1950 avec le conflit coréen. Cela s'est terminé avec la guerre du Vietnam. Et tout le monde a vécu avec une guerre froide difficile entre les deux, alors que la vie semblait vaciller au bord d'une attaque nucléaire totale.

Pour la famille Hammer, il y avait des préoccupations plus immédiates, comme cela a peut-être été le cas pour la plupart des familles d'agriculteurs à cette époque. Ils étaient au courant des événements mondiaux, mais étaient plus soucieux de garder la famille et la ferme familiale ensemble.

En 1965, Bill, Sr., a déclaré : « Il y a dix ans, deux familles pouvaient vivre d'une ferme de 335 acres comme la nôtre, mais pas plus. » Bill, Jr., louait 90 acres de terres cultivées près de son père& Lieu d'origine des #8217. Il traitait des vaches et cultivait du fourrage. Mais son revenu net total cette année-là était inférieur à 2 000 $. Ainsi, chaque soir, Bill conduisait 18 milles jusqu'à une meunerie pour se rendre au travail. Deux jours par semaine, sa femme Dorothy déposait son fils et sa fille chez sa belle-mère et faisait un quart de huit heures dans une usine.

Mais Bill, Jr., ne s'est pas plaint. « Un agriculteur est quelqu'un qui aime travailler et aime voir pousser les choses », a-t-il déclaré. “Cela le maintient sur la terre… Tout comme les animaux. Vous devez les aimer et les chouchouter. De la même manière que la terre. Vous devez tout vivre.

Dorothy, la femme du jeune Bill, était parfaitement capable de monter sur un tracteur et de creuser un champ si besoin était. Elle a également occupé divers emplois à temps partiel pour aider à joindre les deux bouts à la ferme ou pour acheter de l'équipement supplémentaire. Elle a reconnu son rôle, « Dans une ferme, la femme est le coup de main et un partenaire. Mais je préfère être la femme que l'homme. Je ne pouvais pas supporter une partie de la pression qu'il subit. Je m'en inquiète, oui, mais je pense toujours qu'il s'en occupera. Je veux dire, il le fait toujours.”

Quand le fils de Bill et Dorothy, Jim, est né, Bill a dit : « Je pensais qu'il était agriculteur, tout comme papa et moi. Mais j'ai ressenti la même chose que papa, et je ressens toujours, que Jim va devoir trouver sa propre voie. Si Jim veut être agriculteur, très bien ! Et je vais l'aider aussi.

Dix ans plus tard, Jim avait appris d'importantes leçons en travaillant aux côtés de son père et de son grand-père. “Je sais ce qu'il faut pour être agriculteur. C'est un homme fort, un gémissement qui peut penser, prendre des décisions rapides, et tout ça. Un homme comme mon père.”

Aujourd'hui, voici la situation -

  • Scales Mound compte 401 personnes, deux de plus qu'en 1965.
  • L'ancienne génération, Bill, Sr. et Mildred, sont décédées, Bill en 1977 et Mildred en 1993.
  • Bill, Jr., est décédé d'une crise cardiaque en 1990. Une semaine avant sa mort, il a vendu la maison. Dorothy vivait encore en 2006, et travaillait toujours à temps partiel.
  • Le fils de Bill et Dorothy, Jim, est toujours dans une ferme juste de l'autre côté de la frontière dans le Wisconsin. Il a 60 vaches laitières et dit : « Nous nous accrochons par les ongles. » Il dit que l'agriculture est « comme une dépendance. Mais tout le monde dans la famille l'a beaucoup aimé.”

Écrit par Bill Ganzel, le groupe Ganzel. Publié pour la première fois en 2007. Une bibliographie partielle des sources est ici.
Les baby-boomers dans les guerres chaudes et froides


La Geneva Historical Society est un musée d'histoire dans la région des Finger Lakes de l'État de New York qui se concentre sur l'histoire de Genève, NY, l'architecture historique, la généalogie et l'industrie et l'agriculture de la région. La Société gère quatre propriétés historiques du XIXe siècle, des archives et une bibliothèque, un musée et organise des programmes et des événements liés à l'histoire de Genève et de la région des Finger Lakes.

Grandir dans les années 60

Par Karen Osburn, archiviste

Les années 1960 ont été une décennie qui a englobé certains des pires et des meilleurs événements de mon jeune âge. Née en 1952, les années 1960 ont couvert ma vie de 8 à 18 ans. À cette époque, je suis passé de jouer avec des jouets à m'intéresser aux garçons. En grandissant dans les années 1960, nous avons vu des assassinats, une course à l'espace, des hommes marchant sur la lune, la guerre du Vietnam, des marches pour les droits civiques, la ségrégation, l'intégration, les Beetles, les Rolling Stones, les Beach Boys, les Doors, l'avion Jefferson, le Strawberry Alarm Clock, The Animals, Dave Clark Five, Credence Clearwater Revival, des muscle cars, des manifestations et des alertes à la bombe nucléaire. Je suis passé de la troisième année au début de ma dernière année au lycée dans les années 1960. Nous avions des abris anti-bombes, du canard pour les exercices de couverture, et j'ai pu voter !

J'ai lu Magazine fou, Robert Heinlein, les Bobbsey Twins, Nancy Drew et le Black Stallion pour ne citer que quelques morceaux de « littérature ».

En tant qu'adolescente dans les années 1960, il y avait probablement beaucoup moins de drames dans ma vie que je ne le pensais à l'époque. Ne pas avoir assez d'expérience de la vie pour savoir quels événements étaient vraiment sérieux et lesquels ne semblaient que de cette façon, presque tout dans ma vie dans ma vie prenait une importance disproportionnée par rapport à la réalité. N'ayant pas grandi à Genève, je ne peux que deviner certains des événements locaux qui ont eu un impact sur la vie des gens dans les années 1960, mais les événements nationaux étaient suffisamment importants pour avoir une réponse émotionnelle pour la plupart d'entre nous.

Le président John F. Kennedy a été assassiné en 1963 et son frère, Robert F. Kennedy, a été assassiné en juin 1968, quelques mois seulement après l'assassinat de Martin Luther King Jr.. Medgar Wiley Evers, militant des droits civiques, a été assassiné en juin 1963 environ cinq mois avant que John Kennedy ne soit tué en novembre. En 1969, environ 400 000 personnes ont assisté au Woodstock Music Festival. La guerre du Vietnam qui a commencé en 1955 a finalement vu des troupes de combat américaines régulières déployées en 1965. Tous ces événements, la musique et les émissions de télévision ont tissé un lien autour des Américains, même des adolescents.

Dans mon lycée dans les années 1960, nous avons finalement réussi à convaincre l'administration qu'il serait bien que les filles portent des pantalons à l'école, des pantalons attention, pas des jeans. Je pense que la raison pour laquelle le principal a cédé était que les pantalons étaient plus modestes que le style mini-jupe que la plupart d'entre nous portaient. Les garçons de notre école ne l'ont pas aimé (je ne peux pas imaginer pourquoi) et nous l'ont fait savoir sans équivoque. Le lycée dans les années 1960 enseignait encore l'économie domestique uniquement aux filles et le magasinage uniquement aux garçons. Il n'y avait qu'une seule fille dans l'équipe de cross-country dans ma dernière année et comme elle était meilleure que certains garçons, ils n'étaient pas contents non plus. Je pense que notre district scolaire a dû être un peu en avance sur son temps en la laissant participer puisque le titre IX n'est entré en vigueur qu'en 1972.

Les années 1960 ont vu l'essor des centres commerciaux. Je me souviens avoir vu Midtown Plaza à Rochester pour la première fois vers 1966 et avoir été si impressionné que mon ami (un an de plus et plus sophistiqué que moi) a suggéré que je ferme la bouche avant d'attirer l'attention sur moi. Maintenant, je me promène dans le centre commercial Eastview et je m'ennuie des « vieux » jours des centres-villes animés.

A quoi ressemblait Genève dans les années 60 ? J'ai vérifié les annuaires de la ville de Genève de 1965 et j'ai découvert quelques choses sur notre ville de 19 910. Les annuaires répertorient 4 vétérinaires, 4 architectes, 18 avocats, 4 boulangeries, 18 salons de coiffure et 36 salons de beauté, 4 banques avec clubs de Noël, 30 cafés et 17 tavernes, 27 églises, 5 salons funéraires et 5 maisons de convalescence, 26 épiceries, 13 fabricants , 16 organisations fraternelles, 12 organisations syndicales, 7 organisations patriotiques, 6 organisations religieuses, 10 organisations sociales, 10 terrains de jeux et 29 médecins et chirurgiens.

L'annuaire Seneca Saga 1965 pour le lycée de Genève montre des jeunes hommes et femmes enthousiastes, les hommes portant des costumes et des cravates et les femmes portant des pulls de couleur claire avec un faux col roulé ou un décolleté bijou et un collier de perles. Les jupes sont juste en dessous du genou et plissées, trapèze ou ample. Les lunettes sont en forme d'œil de chat pour les femmes et de style "Clark Kent" pour les hommes. (Cinq ans plus tard, les jupes seraient toutes bien au-dessus du genou ou jusqu'à la cheville, les lunettes commenceraient à avoir des montures métalliques et les cheveux des hommes et des femmes seraient beaucoup plus longs).

La vie sociale après l'école peut inclure Girl's Bowling Club, Math Club, Monitors Club, Biology Club, Art Club, Auditors Club, Stage Crew, Conservation Club, Ushers Club, Russian Study, Advanced Russian Study, National Honor Society, Leaders Club, Varsity Club , Girls Track (rappelez-vous qu'il n'y avait pas de titre IX), Future Homemakers of America, Future Teachers of America, Future Farmers of America, Club de tricot, Chefs seniors, Chefs juniors, Séminaire sur les droits de l'homme, Prise de parole en public, Club espagnol, Club français, Classique Club, céramique, service photo, audiovisuel, club de ski, Glee Club, majorettes, orchestre de scène, orchestre de jazz, orchestre d'harmonie, choeur universitaire, bowling mixte et hockey féminin. Les équipes sportives sont répertoriées séparément et les femmes ne faisaient pas partie des équipes sportives. Les filles sont dans les activités sportives, pas dans les équipes. La section sportive a même une équipe de tir et il y a une photo d'une femme tirant au fusil, mais je ne peux pas savoir si elle est membre du club. Son nom n'est pas répertorié.

J'écrirai plus sur les années 1960 dans mon blog chaque mois car notre collecte de fonds d'hiver aura un thème des années 1960. Pour l'instant, je veux juste que vous pensiez aux années 1960 et à votre relation avec elles.


Souvenirs des années 60 de nos visiteurs

Je me souviens que dans les années 60, mon père est tombé malade et a été malade mentalement pendant un certain temps depuis qu'il était à la guerre et c'était la période de Noël et que maman avait encore deux enfants à s'occuper, ne sachant pas alors mais la marine et les jouets pour les tout-petits est venu et nous a donné notre Noël et c'était beaucoup de choses pas un cadeau ou deux que nous avions beaucoup de ne pas savoir d'où il venait, on nous a dit que le Père Noël l'avait donné puis pour nous l'apporter. que cela fait 45 ans maintenant et je sais ce qui se passe merci pour tout ce que vous avez fait pour que Noël de deux enfants devienne réalité

Acheter du poisson frais au Royaume-Uni dans les années 1960

La lecture de l'article ci-dessous m'a rappelé les courses hebdomadaires avec ma mère quand j'étais jeune, nous allions dans les magasins suivants chaque semaine dans notre ville locale.
Le poissonnier local achète le plus souvent du poisson frais quel que soit le poisson pêché localement et tous les crustacés locaux, car cela dépendrait de la saison où nous pourrions manger de la morue, de la plie, du maquereau, des crevettes ou de la raie et souvent des coques ou des muscles.
Les bouchers locaux pour acheter du foie, des saucisses, du poulet, un joint du dimanche et du boeuf haché
L'épicier local pour les fruits et légumes frais, tout ce qui était actuellement de saison et bon marché Dommage que tant de ces magasins locaux aient disparu car les supermarchés / hypermarchés ne donnent pas la même touche personnelle

Souvenirs d'enfance de la chute aux États-Unis des années 60

Mémoire Posté par : Laur

Ma période préférée de l'année a toujours été l'automne. J'ai grandi dans une petite ville de l'État de New York, dans les Appalaches. Les érables en automne sont si colorés et magnifiques. Bien sûr, l'automne signifie Halloween, la fête que j'aime le plus. C'était simple au début des années 60. Nos costumes ont été achetés en magasin pour 0,69 $ ou nous fabriquions les nôtres (un clochard ou un fantôme). Un an, je suis allé en tant qu'homme de l'espace. La coutume était en argent avec un masque d'astronaute - j'étais si fier. Je me souviendrai toujours des feuilles qui craquaient sous nos pieds alors que nous courions de maison en maison, des citrouilles sur les porches et du froid dans l'air. Il y avait toujours une maison qui était hantée ou dans laquelle vivait une vieille sorcière méchante. Nous avions peur de nous en approcher au cas où nous ne reviendrions jamais

Les petits-enfants aiment mes jouets des années 60 États-Unis

Noël terminé et petits-enfants heureux, mais une chose intéressante s'est produite. Je leur ai montré quelques-uns de mes jouets d'enfance à la fin des années 50 et 60 et ils ont passé plus de temps à jouer avec eux qu'avec les super jouets électroniques qu'ils ont reçus pour Noël et même demandé à prendre eux à la maison. J'ai décidé de dire non et qu'ils pouvaient jouer avec eux chaque fois qu'ils venaient nous rendre visite. Vous trouverez ci-dessous quelques-uns des jouets qu'ils aimaient Mon vieux Viewmaster rouge avec 3 jeux de diapositives mickey mouse Je les ai vérifiés sur ebay, alors je peux leur en acheter un pour leur anniversaire, cette photo est celle que je regarde sur ebay.

L'autre jouet qu'ils aimaient était mon ancien ensemble de pistolets à casquettes Roy Rogers avec étuis et ceintures avec lequel mon frère et moi avons joué, ils ont utilisé les quelques casquettes qui restaient ET ILS FONCTIONNENT ENCORE. un magasin de jouets. Les regarder jouer m'a ramené près de 50 ans en arrière quand mon frère et moi étions enfants

Mémoire des amis d'enfance aux États-Unis des années 60

Mémoire Posté par: Connie Wilson

Je chéris le souvenir de mes amis d'enfance et je courais dans un groupe en chantant les chansons des années 60 dans notre quartier qui était comme une île pour nous. C'était vraiment le bon vieux temps.

Il y a 43 ans ce soir États-Unis

Mémoire Posté par: Pingouin

Il y a 43 ans ce soir - La répétition du mariage de ma sœur a eu lieu le 25 février. Mon père et moi avons conduit jusqu'à la ville où le mariage devait avoir lieu. Ma mère et ma sœur étaient déjà là. Nous avons traversé 2 hauts remblais de neige (un de chaque côté de la route) sur une route sinueuse d'Ozark Mountain pour y arriver. J'étais content quand nous sommes arrivés. Je n'étais pas sûr que nous allions y arriver.

N'oubliez pas que The People History est utilisé par les enfants pour les devoirs, donc pas de blasphème ou toute chose à laquelle vous ne voudriez pas que vos propres enfants ou petits-enfants soient exposés.

Souvenir des années 60

L'homme s'est posé sur la lune et les mots immortels « Un petit pas pour l'homme, un pas de géant pour l'humanité » ont été prononcés par un homme marchant sur la lune.

La guerre du Vietnam a été l'une des seules guerres de l'histoire où les hommes qui se sont battus pour leur pays n'ont pas été accueillis en héros à leur retour.

Deux dirigeants charismatiques qui ont capté les projecteurs dans le monde entier à la télévision ont tous deux été assassinés le président John F Kennedy et Martin Luther King

Avec la prise de conscience de la génération d'adolescents dans les années 60 qu'ils avaient une voix qui pourrait être utilisée pour protester contre la guerre du Vietnam, la naissance de la culture hippie qui vit encore de beaucoup de cette génération comme un moyen de protester contre notre société moderne.

Musique des années 60
Après le rock and roll des années 50 avec Bill Haley et Elvis Presley, de nouveaux groupes apparaissent dans les années 60 qui sont considérés comme une culture musicale alternative mais deviennent si populaires qu'ils deviennent rapidement mainstream, deux des forces dominantes étant THE BEATLES et THE ROLLING STONES qui gagnent en notoriété et en popularité dans le monde entier auprès d'une génération d'adolescents qui ont également découvert qu'ils peuvent faire entendre leur voix à travers la protestation politique.

Mode:
Avec les attitudes plus libérales sont venues des modes qui, 5 ans plus tôt, auraient provoqué des protestations majeures et la naissance de la minijupe qui devenait de plus en plus courte chaque année, car la jeune génération qui pouvait montrer des jambes voulait en montrer autant qu'elle pouvait s'en tirer.

Please try to speak to parents and grandparents to try to understand how different it was in the 60's and what they can remember from some of the major events from that decade including man landing on the moon, the assassination of JFK and Martin Luther King, The Vietnam War, The Invasion of British Music including the Beatles around the world , if your parents are willing to share memories on The People History please do but if not at least they will have been passed on and not lost.

Columbus Day Storm United States

I had just moved to Winlock from Seattle and I was the first to wear bellbottoms and everyone thought i was weird. But when the storm came it changed me, I Iived in a farm house and i was about 14 at the time and when we were leaving to go to my friends house down the street we saw the roof of our barn fly off and almost kill my mom, sister, brother, dad and me. But when we went to my friends house i left something in my car and i went out to go get it and it was about 110mph winds and it shoved me into the car. And that was the worst thing that happened to me

Growing Up In Philly in the 60's United States

Memory Posted By: charlieklem

I remember my first weekend in my new neighbor hood. My Dad packed us up and moved to South Philly. It was 1966 and I just missed the Beatle concert at JFK stadium . by a week. I was and still am a Big Beatle fan.That concert was one of their last few. I guess my dad felt bad about it. So he got me some thrill show tickets. This thrill show was for the benefit of kids who lost a parent that was in the police or fire dept.if Iam not mistaking.

The show was also held at JFK .It so happened that a bunch of guys and girls I had just met in my new neighborhood had tickets to the show to.This was big big time for me. I didn't realize the four tops would be preforming at the show. I remember walking with my new friends up Pattison Ave to go to this show. man I was excited.It was a perfect late August night. I was Amazed how huge JFK stadium was. and also thinking the Beatles were just here a few days ago!

Change From 60s Growing Up United States

I can remember when my sisters and I were only about 10 years old and we use to ride our bikes around a country block which was at least 10 miles. There were very few cars that would pass us and they were people we knew and waved to. No one ever bothered anyone. Today we can't let our kids walk to the store alone in few that they will be abducted. How sad.

Growing up in the 60s by Donna United States

Memory Posted By: Donna

Growing up in the 60's was very different from today. No microwave ovens, no cable tv, no video games, we had three flavors of ice cream, vanilla chocolate and strawberry.

One thing that stands out, kids were outside a lot more, skating, riding bikes, boys were building something, usually forts as I recall and my girlfriends and I would play dress up if our mothers lent us some clothes,hats and shoes. We would sing and dance to the songs on our transistor radio. I was a bookworm and was constantly being told to get out in the fresh air and go "play" We were facinated by any creek or body of water and wanted to see what was in there. I remember dressing up our dogs in doll clothes and taking them for a ride in a wagon down the street.

It was an innocent time, in spite of everything else going on in the world,you could let your kids go outside and not constantly worry about someone hurting them. We would take coke bottles that were thrown away that we found and get as many as we could and take them to the store for the deposit,I think it was 2cents a bottle. I was always thinking of ways to make money, I even sold my mother a story I had written and she gave me 10 cents or something like that.

Spring Break and Mardi Gras in 1960s United States

Memory Posted By: "SIU" SKIP

SPRING BREAKS AND MARDI GRAS. THE LATE 60'S MEANT SPRING BREAK AT FT LAUDERDALE BEACH, AND MARDIS GRAS IN NEW ORLEANS. WILD PARTIES, SKINNY DIPPING AND FUN IN THE SUN FOR TWO WEEKS IN FT LAUDERDALE WITH 10 TO 15 KIDS PER ROOM. NEW ORLEANS MEANT NONSTOP THREE OR FOUR DAYS OF DRINKING AND PARTYING IN AND AROUND NEW ORLEANS. GOOD TIMES BEFORE A BAD WAR.

Philadelphia Sqeegies United States

Memory Posted By: Linnie

Maybe this is just a Philadelphia thing!! I'm not sure. i remember getting a small ice cup from the milkman. the cup was colored with hot pink and orange dots. the ice inside was either raspberry or orange. delish. i think they were called squeegies. does anyone remember.

Memory Triggered by Scent United States

Memory Posted By: Beckett

Many memories for me are triggered by scent. One of the strongest is the scent of hyacinths. The beautiful bright perfume takes me right back to my Polish grandmother's house, my babci, on Easter Sunday.

After doing the Easter bunny chocolate fest and church, we would pile into the car and drive the 50 miles to Babci's house in our new Easter outfits (my mother would take me on the train into Boston to Filene's Basement to get mine in the 60s, before she drove and malls came into the burbs). And as soon as we walked in the door you could smell the hyacinths. All the aunts and uncles and cousins would be there, the adults chattering in Polish. And the table would be spread with a traditional feast of different kielbasas, ham, salads, babka, prune bread, and of course the wonderful beet soup, which my non-Polish mother still makes.

And before dinner, Babci would go around with a plate of chopped hard boiled egg each person would take a piece and wish her Happy Easter. I loved that ritual. When I went to college I stopped going to Babci's for Easter. too busy at that time of year. And she died right after I graduated. more than 20 years now. But every year in April I buy a hyacinth, let the scent fill my house, and remember those special Easter Sundays at my grandmother's house.

Comment From catey I agree! scents can really bring you back. I love your story about your polish grandmother and the hyacinths. It's really wonderful that you remember her every year on April 1st. Marx
Price: $7.99
Description Boxing robots are hand controlled for hours of fun. Boxers move around, throw left and right punches. When socked on the chin, a spring mechanism pops the head up.

Old Fashioned Dial Telephone
Fabricant:
Prix:
Description Old Fashioned Dial Telephone, I included this not as much as a toy which it is but as a reminder that every Vintage telephone was designed like this, you dialed the number by turning the dial.

Lionel Train Sets
Manufacturer: Lionel
Price: From $18.66 to $22.66
Description Lionel Train Sets featuring choice of a 5 unit diesel freighter or a Steam Locomotive with 6 units, forward and reverse, headlights, complete with track and transformer.

Oh Those 60s United States

Memory Posted By: Anon

I remember when life was so much slower and everybody did not spend their whole life running and forgetting to take the time to watch the flowers grow ,

When time was found for family and not to use for carreers which provide bigger and better cars or houses or things we don't need

When time was found to help and care about others or to stand up and let an old lady sit in your seat

When time was found to enjoy the sound of childrens laughter

Is it just me or has life changed so much in the last 40 years

Ghosts and Portchester Castle United Kingdom

Memory Posted By: Steve

After reading the last strange but true from I thought I would add my own strange but true memory. I spent my teenage years living in a village in England called Portchester which has a castle dating back to the 12th century , a number of the old walls still exist together with the main courtyard . This was a favourite haunt for teenage boys to take girls to and try to scare the p. off them now many times this worked very well we would tell them all about the lady who walked the walls at night with no head. But one night it backfired big time as I was pointing out where she would appear and telling the ghostly tales when the ghost with a white glow walked across the top of the wall and even walked across the part of the wall that no longer existed , I do not know who was more scared ME or the girl I was with . I never did use that place to take girls again and was always slightly scared to go there at night The Webmaster

Memory of Grandma UK

Memory Posted By: Anon

Like many young children when we visited my grandparents we were told to be on our best behaviour as in those times my parents favourit quote was "Children Should Be Seen and Not Heard". My grandad died before I was born but my grandma was sweet and kind, as a young boy I couldn't understand how my grandma was so small and it wasn't till many years later in my life I understood that some older people got shorter as they got older. I do remember when we went to my grandmas she would make some of the most wonderful cakes I had ever tasted and she was always trying to fatten my brother and I up, we never complained.

I had two grandmas both who had both lost their husbands in the second world war, one of my grandmas owned an old fashioned sweet shop, it was the kind of sweet shop very rarely seen in today's world where every kind of sweet you could imagine was kept in glass jars and weighed out by the quarter pound ( 4 ounces ). The shop had rows and rows of jars on shelves all round the shop, when we went to see her she would let us pick the sweets we wanted and weigh them out and give us the bags, many of those sweets are long gone and not made any more, as sadly are both of my grandmas

Comment From Nick I had forgotten how short my own grandma was until I read this and it bought it flooding back , Also how kind and gentle she was and how much I miss her 20 years later

First Girlfriend UK

Memory Posted By: Colin

It's funny what you remember, I can still remember my first girlfriend and first kiss, her name was Wendy and I was 13 years old.

She told me I had to ask her dad if we could go out and I was petrified, anyway the day comes and after a few hours of building up the courage I knocked on her door and was invited in, her dad was sat in a chair and looked at me as if I was the devil which to him maybe I was and asked me questions about where we were going ?, what we were going to do ?, what time we would be home ?, by then I had gone the brightest shade of red and wished the floor would swallow me up. It seemed to take for ever before I got out of the house. And all my big ideas of what we were going to do were somewhat shattered but I did get my first kiss and it was worth all the grilling her dad had given me.

Remember When U.S.A.

Memory Posted By: Grady

The 60s I can remember when Coke was 10 cents a bottle. We used to walk to the corner store and with 25 cents we would buy cokes, bubblegum, candy, all kinds of stuff! I can remember when TV was just going color, and we used to walk anywhere we wanted in safety. I can remember leaving things outside like bikes (my dad would leave the keys in the car alot) and no one would mess with them. Anyone remember the commericials for "lock your car, take your keys"? That was the beginning of the end.

Stealing mom's car U.S.A.

Memory Posted By: Not Telling

I was 12 when I took my mother’s Ford Fairlane. There were 4 of us and we all piled in and laughed. Key was always in the ignition so started her up and she purred into life. I grinned, cradled the gear shift knob in my right hand, used both feet to tap the brakes and accelerator together and we lurched forward. “Here we go, !” We all squealed! and she stalled. “Do it again!” my friends screamed , so started up again once again feet on both brake and accelerator and shoved the gear shift into the PRNDL position. lots of Noise and Smoke. and going nowhere.

So I took both feet off accelerator and brake and we shot out of the drive panic set in so hit both pedals and stopped again with smoke and noise. 10 minutes later we are going along OK have turned a few corners mounting curb most times and then disaster struck when we were at an Intersection with Traffic

Now that's when some idea of what we are up to struck home and it was time to leave so turned car off left but left the keys and hiked home of course when mom got home in the morning she reported it stolen the cops found it still sitting at the stop sign with keys in the ignition and drove it home.

I am going to tell my mom about this and see if when she reads this if she works it out.

Helping the Milkman UK

Memory Posted By: Mick

As I was reading the memory on old fashioned vendors it reminded me of my childhood I Think I was about 12 at the time, on a Saturday and Sunday I would get up at 5.00 AM to help our local milkman delivering the milk , it was an electric milk float and in those days nearly everybody had milk delivered and it was all in Milk Bottles , I was trying to remember the different Types Gold Top, Ordinary, Something in a strange different shaped bottle ( I think it was Skimmed ) but unsure. How things change it would be highly unusual for people to drink Gold Top today as what it meant was had a very high cream content.

For those that have never heard of the old fashioned milkman the customer would put clean milk bottles out every night often with a note saying how many pints of milk they wanted , and at the end of the week they would leave milk checks out to pay for the weeks milk.

At the start of the milk round the float would be fully charged and fairly wizz along but by the end of the day the batteries would be all but flat and it would struggle up the least incline.

I cant remember how much he used to pay me but i think it was about a fiver , it is funny what you remember when reading some of these memories, If anyone can remember what sort of milk was in those tall strange looking bottles would be cool

Growing Up in The 60's and A Super Dad U.S.A.

Memory Posted By: Jewel

I was next to the youngest of five children and a twin. My twin is my brother Johnny. I was in the fourth grade when my mother had a nervous breakdown and was admitted to the state hospital. Our lives changed quite drastically because of this, but one constant in our lives was our dad.

He was self-employed, having his own plumbing business. He worked alone except when doing heavy work, when he would hire on a young for a few days. After mom was hospitalized, Dad continued to get us up in the morning, fix us a hot breakfast, make sure our hair was combed, teeth brushed and htat we were dressed appropriately for school. He would see us onto the school bus and then he would go to work. Our oldest brother, Bill, was in the ninth grade and our oldest sister, Bev, was in the eighth grade. Alot of responsibility for the home and us younger kids was put on Bev, but I never heard her complain. Back then, the laundry was done on Monday and the ironing was done ! on Tuesday.

The three dresses that I had had gathered skirts on them and when Bev ironed them, she pressed the gathers down like pleats. They looked so awful this way. When dad came home that evening, I showed them to him. I know that Bev had tried her best, but I just hated them the way they were. Dad comforted me the best he could. After supper that night, I heard him get the ironing board out. I went into the middle room and there he was, my 6'2" husky dad bent over the ironing board, ironing the gathers on my dresses.

I remember seeing his big, rough hands holding the iron, running it slowly over the gathers, not pleating a-one. I've never forgotten this kindness. It meant so much to me, especially in light of the fact that mom was gone and so much seem out of kilter. But dad took the time after working all day to iron my dresses. He tried so hard to make mom's absence more bearable for the five of us kids in so many small ways.

Growing up in Rural Canada in the 60s Canada

Memory Posted By: Gerald Hodgins

In rural Ontario, coal oil lamps where still in use because hydro wasn't available in some locals yet. The telephone party-line system was the norm. Many farmers still used horses for farm machinery. Milk was held in the cattle water trough before the bulk milk truck picked up the canned milk each day

Comment from steve said. It just blows me away I was a city kid and I thought the whole of the western world had full electricity just goes to show how different things were even in ( supposed civilised countries )

Coming of age in the 60's U.S.A.

Memory Posted By: Maria Guastella

Coming of age in the 60's, a time of innocense and naivety. Even the tv shows were silly and sweet - I Dream of Jeannie, Bewitched and Dick Van Dyke. The only thing to fear back then were the nuns that ran the Catholic schools. Apparently no one made them aware of proper disciplinary procedures! The bad girls back then were the ones who dared to wear their uniforms above the knee - such rebels! What could be better than listening to the Beatles on your transistor radio when your mom picked you up from school in her VW bug? It was most definitely the best of times.

The Innocence of the 60's U.S.A.

Memory Posted By: Thomas T. Bongiorno

It was a time of innocents and pure exhilaration, of first kisses, last dances, sidewalk struts and side ways glances. On any summer night kids and carsroamed State Street in perfect confusion. there was no fear and all things cool were there mixed in that wonderous night air. You need only to be there to embrace it. It was hard to explain that impetuous feeling that drew us like a moth to a flame. And, anyway we could figure all that out later. Right now there's cars to race, girls to chase and the Beach Boys to set the mood

Comment from Anonymous said. Loved your posting - you must be a writer. you express your prose so eloquently! Maria

The Death of Martin Luther King U.S.A.

Memory Posted By: Anon

I remember the day Martin Luther King got shot.It changed my life forever. Me being a little black boy at the time,and he fighting for my rights made me feel a little safe even though my life was in danger everyday.Then he died and I thought it was over,but thank god he had such an amazing influence on so many people that we was ok after all.It was a good thing he had a dream because without it we wouldnt be where we are today

Sophomore at a Dallas high school when President Kennedy was assassinated United States

Memory Posted By: dave

I was a sophomore at a Dallas high school when President Kennedy was assassinated. Many people in Dallas were conservative and hated Kennedy. I remember hearing about a news advertisement in one of the Dallas newspapers, stating Kennedy was "wanted," like a common criminal. I liked Kennedy. As my mother drove me to school, we listened on the radio as reporters discussed how the Dallas police were covering bridges and over passes in case of any attempts on Kennedy's life. I remarked to my mother how terrible it would be if Kennedy were killed in Dallas. Some of my friends skipped school to go downtown to see the parade.

At one change of class, I saw two classmates listening to a transistor radio. They seemed shocked, very concerned. I asked what had happened and they said Kennedy had been killed. I chastised them for making such a horrible joke. When I got to class, my teacher had her head down on her desk, crying. The principal came on the intercom and informed us what had happened. There were no school lessons that day. We sat in stunned silence as the principal played radio news reports until we were dismissed. Some students said they were glad Kennedy had been killed, but other students shouted them down.

We watched news reports for what seemed like the next several days about nothing else. I remember seeing Ruby kill Oswald, live. What a shock! We kept saying none of this could happen in Dallas. But it did. I have often wondered if Oswald acted alone or if he had others involved in a conspiracy. I now believe he was the shooter alone, but perhaps others were involved in setting him up for the act.

Stones Concert 1966 Canada

Memory Posted By: Stones Fan

I was 16 years old and visiting a friend in Toronto, when his mother announced that she'd bought two tickets for us to see the Rolling Stones in concert at the fabled Maple Leaf Gardens. We could hardly believe our good Fortune. Sure, the Beatles were everyone's favourite, but the Stones were bluesier and dirtier, and had been arrested for urinating on the wall of a British gas station. That had to mean something.

The concert itself was a matinee, and set up differently than what we'd expected. The first half of the programme was devoted entirely to local Toronto bands, none of which I'd heard of. After a lengthy intermission, the house lights came right up and a man in a suit warned us all to stay in our seats and behave, then all was dark again and the curtains opened to reveal our heroes who sang, I believe "Nineteenth Nervous Breakdown", barely beginning to rock before pandemonium broke out in the audience. We had been sitting at centre ice, but, in the excitement that the Stones ignited, we managed to push our way up to the blue line.

At that point, the house lights went up again and the same man issued a second warning. He called us "boys and girls", which did not help. The Stones, with Brian Jones and an almost absent Bill Wyman, who chose to play his bass far off to the side of stage, gave us all of 35 minutes of music. Jagger wore a brightly patterned sports jacket, which he eventually removed to cheers from the crowd. I remember "Lady Jane", which I'd never heard before.

My friend and I were having difficulty believing that it was actually them up on stage, until someone lent us their field glasses. Yup. That's them. The Rolling Stones! Eventually we boys and girls got too rambunctious for the man in the suit, and the concert was shut down. Still, we figured it was worth every penny that my friend's mother had spent!

Remembering College Years in the 60s U.S.A.

When I look back to my years in college and think of how I looked ( Long Hair Beatnik Style ) and the time spent on anti war demos, I wonder how I finished my degree.

As I am typing this up so many things come flooding back , Everyone was wearing Smiley Face Tee shirts, Every Dorm had the Rolling Stones Playing ( old fashioned singles or LP's ) , my life and my parents lives were dominated with the possible draft to Vietnam, the only real news that jumps to my mind was the Vietnam War, The Death of Marilyn Monroe and the Cuban Missile Crisis where we all thought a bigger world war was about to start.

Only now when I look back many years later do I realise how great my parents were to me in those times ( sadly gone now ) they provided support in every way possible and when I finished my degree they paid for a deposit on my apartment, bought me a used 2 yr old Ford Falcon to get to work , I think it cost about $900. I never really thanked them when they were around and I now regret that deeply.

Things were so much cheaper then my first apartment cost $7500 and a gallon of gas was just over a quarter, food was very cheap but things like TV's were very expensive compared with other things , I think my TV for my flat was over $300 which seems silly compared with the price for my apartment can you imagine paying nearly 5% of your houses value for a TV today.

They were worrying times for many and many good young men died through the stupidity of our politicians.

I would like to dedicate this memory to my parents and my friends who never came back from Vietnam.

The Beatles Get MBE UK

Memory Posted By: Kieth

I was reading about the Queen giving the Members Of The Beatles the "Members of the Order of the British Empire" medal in 1965 which reminded me of my parents comments at the time . I was 15 so The Beatles and their music was everything to me . When my parents saw The Beatles being given the MBE their comment was " What Is The World Coming To" when 4 scruffy idiots are given the MBE by the Queen Of England. I of course thought they deserved it and still do today but I suppose that is the Generation Gap


Growing up in the 60s - HISTORY

The role of women in American society changed dramatically in the 1960s. At the beginning of the decade, women were portrayed on television and in advertisements as happy homemakers, secretaries, teachers, and nurses. Women who did not get married were depicted as unattractive, unfortunate spinsters, and those who asserted themselves were dismissed as nagging shrews. Women were to strive for beauty, elegance, marriage, children, and a well-run home. Meanwhile, popular culture ignored the fact that all women did not fit the mold that tradition had proscribed for them.

One of the major events that contributed to the change in women's roles in society was the introduction of Enovid, the first birth control pill, in 1960. With the increasingly widespread use of birth control, women gained greater control over when and if they would have children, allowing many women to enter the workforce who would have otherwise been busy rearing children. Many were challenged by Betty Friedan's 1963 book, The Feminine Mystique , which described the frustration of many women who were unfulfilled by their efforts to conform to society's ideal of femininity, living for their husbands and children, and neglecting their own ambitions and dreams. According to Friedan, "the feminine mystique has succeeded in burying millions of American women alive." In a call to action, she urged women to "break out of the household trap and truly find fulfillment as wives and mothers—by fulfilling their own unique possibilities as separate human beings."

In 1963, the President's Commission on the Status of Women issued a report entitled American Women, which recommended that women be granted equality in employment and educational opportunities, as well as wages. The report suggested that special support be given for working mothers, including government-assisted day-care centers and government-required maternity leave. In the same year, Congress passed the Equal Pay Act, the first federal law against gender discrimination. Women's legal rights were further promoted by the Civil Rights Act of 1964, which banned employment discrimination on the basis on gender, as well as race, color, religion, and national origin. The law also established the Equal Employment Opportunity Commission, which would enforce the law, as well other later anti-discriminatory legislation.
Women took an active role in politics in greater numbers. Many individuals, such as Fanny Lou Hamer and Joan Baez, made tremendous efforts as individuals and as part of larger civil rights groups. In addition, organizations like Women Strike for Peace, founded in 1960 by Bella Abzug and Dagmar Wilson, and the National Organization for Women, NOW, founded in 1966 by Betty Friedan, brought women together to influence political and social policy. In addition to protests for equal rights for black Americans and anti-war demonstrations, women worked toward gains in women's rights. One major issue was the Equal Rights Amendment, or the ERA. Beginning in 1967, NOW members worked hard to help get the ERA passed, but they were ultimately unsuccessful in their efforts to get the amendment ratified.
As the role of women in American society evolved during the 1960s, the images of women in the media and popular culture began to reflect those changes. Television shows still largely featured stereotyped female characters, but movies began to portray women who did not fit into the traditional molds. Fashions among young women changed from neat, well-pressed outfits to casual tie-dyed shirts and jeans. Women growing up in the 1960s saw a number of women playing important roles outside the home, in business, politics, the media, and other influential sectors. The achievements of women in the arts, sciences, and humanities were also increasingly apparent. Although popular culture had yet to embrace the idea of the "modern liberated woman," America became more open to a broader view of women's roles in society.


The Birth of South Central

The roots of South Central Los Angeles trace back to the beginning of the 20 th Century. The neighborhood that is now known as "Historic South Central" includes the area between the Harbor Freeway on the west, Central Avenue on the east, Washington Boulevard on the north and Vernon Avenue on the south. Though this pocket is about 40 square miles, the name South Central became an umbrella term for Black Los Angeles, a much larger area, stretching all the way to Watts and Compton on the south and west across the 110 freeway into Inglewood and the Crenshaw District. Technically the term South Central was only geographically accurate for the rectangular parcel of the Central Avenue corridor, but as history has shown, neighborhood names in popular culture are not always historically or geographically accurate. A similar misnomer applies to Boyle Heights and pockets of East Los Angeles like Maravilla, Belvedere and City Terrace.

Historian Steve Isoardi writes about how the term South Central came to be in his book "The Dark Tree." "Lured by an expanding economy and the prospect of jobs, the relatively low cost of real estate, a mild climate, and a seemingly less-overt racism," Isoardi states, "African Americans began moving to Los Angeles in large numbers after 1900. For the next forty years their numbers doubled every decade and by 1940 represented slightly more than 4 percent of the total population."

Right from the beginning of this period, the city was already segregated because of racially restrictive housing covenants written into property deeds. These covenants were not only enforced through the property deeds. The banks and insurance companies also indirectly enforced them through the practice of denying loans, insurance policies and other financial services for African Americans that attempted to sidestep covenants. This practice is better known as "redlining," and it continued well after the covenants were declared unconstitutional in 1948.

One of the only areas not covered in these restrictive covenants extended south from Downtown Los Angeles along Central Avenue all the way to Slauson. As Isoardi states, "By 1940, approximately 70 percent of the black population of Los Angeles was confined to the Central Avenue corridor and relied upon the Avenue to meet all of its social needs." Because this stretch was along the southern section of Central Avenue, the term "South Central Los Angeles” gradually entered the local vernacular by the 1920s. "South Central" became a blanket term for all of Black Los Angeles from Central Avenue to Watts to the Crenshaw District.

The African American population doubled because of the Second World War. The need for workers in the aerospace industry and other wartime jobs caused the United States government to make it illegal for government contractors to discriminate in hiring. The opening of these jobs lured thousands of African Americans to Los Angeles in the 1940s. Lonnie G. Bunch, a longtime historian with the Smithsonian Institute, writes, "Between 1942-1945, some 340,000 Blacks settled in California, 200,000 of whom migrated to Los Angeles." Nonetheless, because of the restrictive covenants, there were very few places where they could live.

As Professor Paul Robinson writes, "In the wake of Executive Order 8802, hundreds of thousands of blacks migrated to Los Angeles to work in the newly opened defense industries. Subsequent overcrowding in Los Angeles' 'Black Belts' caused the housing crisis to become the number-one issue facing Los Angeles' black community during this time." Bunch explains further that, "The greater the Black population grew, the more tightly enforced were the restrictive housing covenants. Though the Black community doubled in the 1940s, it remained confined to pre-war boundaries."


Voir la vidéo: YOMI DENZEL - LE PLUS GRAND CONCOURS INSTAGRAM ENCORE (Mai 2022).