Des articles

Où ce drapeau a-t-il été hissé ?

Où ce drapeau a-t-il été hissé ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

J'ai un drapeau 48 étoiles que j'ai récemment acquis auprès d'un vendeur dans un cadre similaire à Craigslist. Il a dit qu'il l'avait trouvé dans un grenier et qu'il n'avait vraiment aucune autre information là-dessus. Parce que la taille est proche de 4 pi x 9 pi et qu'elle est vraiment en lambeaux, je pense qu'elle a été volée ailleurs que devant une maison moyenne. J'en suis venu à croire qu'il aurait pu voler sur un navire à partir des trous de montage (comme indiqué sur la photo), ce sont des œillets galvanisés très épais et robustes pour empêcher le métal de rouiller. Ces œillets sont très différents de ceux d'un tissu replié « drapeaux normaux » avec un œillet à l'intérieur. Est-il possible que ce drapeau ait pu être hissé sur un navire américain ? Ou est-ce juste un drapeau domestique surdimensionné ? En terminant, CE DRAPEAU EST MASSIF !


48 Star Flags ont été déployés du 4 juillet 1912 lorsque le Nouveau-Mexique (1911) et l'Arizona ont été ajoutés à l'Union jusqu'au 4 juillet 1960 lorsque l'Alaska (1959) et Hawaï sont devenus des États. Selon la loi, le drapeau change le 4 juillet suivant après l'ajout d'un État à l'Union.

Donc, étant donné les dates, cela signifie que votre drapeau aurait pu flotter lors de l'invasion américaine du Mexique en 1914, de la Première Guerre mondiale, de la Seconde Guerre mondiale ou de la Corée. Ou bien sûr sur le porche de quelqu'un pendant cette période.


Mi-mât

Mi-mât (anglais britannique, canadien et australien) ou demi-personnel (anglais américain) fait référence à un drapeau flottant sous le sommet d'un mât de navire, un poteau sur terre ou un poteau sur un bâtiment. Dans de nombreux pays, cela est considéré comme un symbole de respect, de deuil, de détresse ou, dans certains cas, un salut. [1] La plupart des pays anglophones utilisent le terme mi-mât dans tous les cas. Aux États-Unis, cela ne concerne officiellement que les pavillons des navires, avec demi-personnel utilisé sur terre. [2]

La tradition de faire flotter le drapeau en berne a commencé au 17ème siècle [ citation requise ] . Selon certaines sources, le drapeau est abaissé pour faire place à un "drapeau de la mort invisible" volant au-dessus. [3] Cependant, il y a un désaccord sur l'endroit où sur un mât un drapeau devrait être lorsqu'il est en berne. Il est souvent recommandé qu'un drapeau en berne ne soit abaissé que d'autant que le mât, ou la largeur, du drapeau. [4] [5] Le protocole du drapeau britannique stipule qu'un drapeau doit être hissé au moins aux deux tiers de la hauteur du mât, avec au moins la hauteur du drapeau entre le haut du drapeau et le haut du mât. [6] Il est courant que l'expression soit prise au pied de la lettre et qu'un drapeau ne flotte qu'à mi-hauteur d'un mât, [7] bien que certaines autorités désapprouvent cette pratique. [5]

Lors du hissage d'un drapeau qui doit être mis en berne, il doit être levé jusqu'au fleuron du mât pendant un instant, puis abaissé en berne. De même, lorsque le drapeau est abaissé à la fin de la journée, il doit être hissé jusqu'au fleuron pendant un instant, puis abaissé. [7]


Le premier drapeau américain à 45 étoiles survolé le Capitole des États-Unis en 1896 est revenu au gouvernement de l'Utah plus de 100 ans plus tard : rapport

Honorez les troupes américaines pour le Memorial Day en arborant le drapeau américain

Skip Bedell montre un moyen simple de faire flotter le drapeau américain ce Memorial Day avec Atlantic Flag & Pole

L'un des premiers drapeaux américains à porter une 45e étoile représentant l'Utah a été ramené dans la capitale de l'État après que la famille qui chérissait le morceau d'histoire depuis des décennies a décidé de le donner au gouvernement, selon un rapport.

Jan Benson et sa famille plus tôt ce mois-ci ont remis le drapeau vieux de 125 ans au Capitole de l'Utah, où il sera exposé au public, a rapporté Carter Williams de KSL.com news.

"J'ai toujours eu le sentiment que ce drapeau n'appartenait pas vraiment à ma famille. Même si nous en étions les gardiens, il appartient au public", a déclaré Jan Benson au site d'information. "Et nous avons essayé de trouver cette organisation qui serait capable de le faire et de la mettre à la disposition du public. Grâce à une série de personnes, bonne chance et prières, nous avons trouvé cette organisation."

L'Utah a été nommé 45e État américain le 4 janvier 1896. La relique aurait été le premier drapeau à 45 étoiles hissé au-dessus du Capitole des États-Unis lors de son érection, selon le rapport. C'était le drapeau officiel du pays du 4 juillet 1896 au 4 juillet 1908, lorsque l'Oklahoma est devenu le 46e État, selon le rapport.

Benson a déclaré plus tard au site d'information: "Je pense que ce trésor particulier de 45 étoiles est enfin rentré à la maison."

Le père de Benson, Serge Horton Benson, a reçu la relique en cadeau il y a 27 ans, lorsqu'il a pris sa retraite en tant que président de la société de lobbying Utah State Society à Washington, D.C., selon le média.

Les Bensons ont présenté le drapeau au lieutenant-gouverneur de l'Utah Deidre Henderson lors d'une cérémonie le 11 mai.

"Quel trésor que quiconque dans l'État de l'Utah souhaite voir, souhaite participer à cette partie de l'histoire de notre État, puisse le faire", a ajouté Henderson. "Je l'accepte volontiers en leur nom."


Drapeau d'appel au ciel – 1775

George Washington, avait fourni des fonds pour créer une flotte temporaire de batteries flottantes dans le port de Boston et six corsaires, connus sous le nom de « Washington » Cruisers » pour le service en haute mer. Un drapeau ou une enseigne était nécessaire pour distinguer ces « Cruisers » des navires pirates ou de la marine marchande.

En avril 1776, le Conseil du Massachusetts a adopté une série de résolutions pour la réglementation du service maritime, notamment les suivantes :

Résolu, Que l'uniforme des officiers soit vert et blanc, et qu'ils se fournissent en conséquence et, Que les couleurs soient un fond blanc avec un pin vert, et l'inscription " UN APPEL AU CIEL ".

Ce slogan était tiré du dernier paragraphe de la résolution envoyée par la colonie du Massachusetts à leurs frères en Grande-Bretagne, qui se terminait ainsi,

En faisant appel au ciel pour la justice de notre cause, nous décidons de mourir ou d'être libres.”

L'authenticité de ce drapeau de pin est en outre établie par une lettre du colonel George Reed, secrétaire, le 20 octobre 1776, au comité de la marine alors en session et actif dans la création d'une marine continentale, à savoir :

Veuillez fixer une couleur particulière pour un drapeau et un signal par lequel nos navires peuvent se connaître. Que pensez-vous d'un drapeau avec un fond blanc, un arbre au milieu et une devise « Un appel au ciel » ? C'est le drapeau de nos batteries flottantes.”

Deux des nouveaux navires de guerre avaient déjà pris la mer en vertu d'un accord pour utiliser le drapeau britannique du météore rouge comme enseigne, hissé sur un certain mât selon un système de signalisation préétabli. Il n'était donc pas possible de suivre la suggestion du colonel Reed. Par le système de signaux convenu, les navires anglais pouvaient être approchés sans éveiller leurs soupçons.

Les Un appel au drapeau du ciel était également le drapeau officiel des troupes du Connecticut et des troupes du Massachusetts et a été largement utilisé avec des variations de devise, de couleur, de position du pin, etc. Bien que le drapeau du pin n'ait pas été officiellement établi par la loi du Congrès continental, il est en fait devenu le drapeau officiel Enseigne navale pour le moment.

Une brève histoire du drapeau Un appel au ciel

À l'automne de l'année 1775, les colons ont créé une flotte de six navires connus sous le nom de "Washington" Cruisers. Ces braves petits navires ont navigué pour capturer des provisions et des munitions britanniques à destination des côtes américaines.

Les navires étaient le “Lynch, le “Franklin, le “Lee, le “Harrison, le “Warren” et le “Lady Washington.” 8221 Le Lee fut le seul de cette première flotte américaine à réussir en haute mer, capturant le brick britannique Nancy, emportant des armes, des munitions et des provisions pour l'armée britannique en Amérique.

Ces “Washington Cruisers” ont arboré le premier drapeau national connu sous le nom de “Un appel au paradis” également connu sous le nom de “drapeau de pin” et “drapeau de Washington Cruisers”. C'était un drapeau blanc portant un pin vert pâle avec la devise « Un appel au ciel ».

Appel au drapeau du ciel (1775-1776). Connu aussi sous le nom de drapeau de croiseur de Washington ou de drapeau de pin.

Au cours du mois de septembre 1775, deux puissantes batteries flottantes furent lancées sur la rivière Charles et ouvrirent un feu vers le dernier octobre sur Boston qui provoqua une grande alarme et endommagea plusieurs maisons. Ils semblent avoir été faits de solides planches percées près de la ligne de flottaison, pour les rames et le long des côtés, plus haut pour la lumière et la mousqueterie. Un canon lourd était placé à chaque extrémité, et sur le dessus se trouvaient quatre émerillons. Leur enseigne était un drapeau de pin,[1] les six goélettes commandées pour la première fois par Washington et les premiers navires commandés par les colonies unies ont navigué sous le drapeau de pin.[2] Le colonel Reed dans une lettre de Cambridge aux cols. Glover et Moylan, datés du 20 octobre 1775, déclarent :

Veuillez fixer une couleur particulière pour un drapeau, et un signal par lequel nos navires peuvent se connaître. Que pensez-vous d'un drapeau avec un fond blanc et un arbre au milieu, la devise "UN APPEL AU CIEL", c'est le drapeau de nos batteries flottantes.

American Floating Battery, utilisé au siège de Boston, à partir d'un manuscrit anglais.

[1] Le livre de terrain de la révolution des années perdantes.

[2] Le capitaine John Selman et Nicholas Broughton ont été commandés par le général Washington (selon la déclaration de Selman à Elbridge Gerry), à l'automne 1775, tous deux vivant à Marblehead.

Ce dernier comme commodore de deux petites goélettes, l'une le Lynch montant six quatre livres et dix émerillons, et habité par soixante-dix marins et l'autre le Franklin de moindre force ayant soixante-cinq. Le commodore hissa son large pendentif à bord du Lynch, et Selman commanda ce dernier.

Ces navires ont reçu l'ordre de se rendre sur le fleuve Saint-Laurent pour intercepter un navire de munitions à destination de Québec, mais le manquant, ils ont pris dix autres navires et le gouverneur Wright de St. Johns, qui ont tous été libérés, car nous avions mené une guerre ministérielle et pas un contre notre souverain le plus gracieux.” — Lettre de E. Gerry à John Adams, datée du 9 février 1813.

Le formulaire de commission délivré par le général Washington aux officiers des navires qu'il avait armés, sous l'autorité du congrès continental, et aux officiers ainsi commissionnés, était le suivant :

Par son excellence George Washington, Esq., commandant en chef de l'armée des colonies unies.

En vertu des pouvoirs et des autorités qui m'ont été conférés par l'honorable congrès continental, je vous constitue et vous nomme par la présente capitaine et commandant de la goélette Garenne maintenant couché à Beverly portuaire, au service de la colonies unies d'Amérique du Nord, d'avoir, de détenir, d'exercer et de jouir de ladite charge de capitaine et de commandant dudit navire, et d'accomplir et d'exécuter toutes les affaires et les choses qui à votre ladite charge font, ou peuvent de droit appartenir ou appartenir, jusqu'à nouvel ordre doit être donné par l'honorable congrès continental, moi-même, ou tout futur commandant en chef de ladite armée, désireux et commandant à tous les officiers, soldats et personnes de quelque manière que ce soit, d'être obéissants et de vous assister dans la bonne exécution de cette commission.

Donné sous mon seing et mon sceau, à Cambridge, ce 1er jour de Février , Annoque Domini, 1776.

GEORGE WASHINGTON

Par le commandement de son excellence.

Au capitaine William Burke, du Garenne.

Officiers des vaisseaux armés, armés par ordre du général Washington, le 1er février 1776.

Lady Liberty ‘aka’ Hancock,…. John Manley,…. Capitaine et Com…. 1er janvier 1776.

Richard Stiles,……………𔅽st Lieutenant,…. 1er janvier 1776.
Nicholas Ogilby, ………… lieutenant,…. 1er janvier 1776.

Franklin,…. Samuel Tucker,…. Capitaine, …….. 20 janvier 1776.

Edward Phittiplace,… 1er lieutenant,…. 20 janvier 1776.
Francis Salter,….. 2e lieutenant,…………. 20 janvier 1776.

Harrison,…. Charles Dyar, capitaine, le 20 janvier 1776.

Thomas Dote,…….. 1er lieutenant,…………#23 janvier 1776.
John Wigglesworth. Sous-lieutenant,…. 20 janvier 1776.

Garenne,….. William Burke,….. Capitaine,…….. 1er février 1776.

Archives américaines, 4e série, vol. iv, p. 909, 910.

…. Les colonels Moylan et Glover ont répondu le lendemain que comme Broughton et Selman qui ont navigué ce matin n'avaient que leurs anciennes couleurs (probablement l'ancien drapeau de l'Union anglaise), ils avaient désigné comme le signal par lequel ils pouvaient être connus de leurs amis l'enseigne au ascenseur principal de topping.

La suggestion du colonel Reed semble cependant avoir été bientôt adoptée. Les Chronique de Londres pour janvier 1776, décrivant le drapeau d'un croiseur capturé dit :

Il y a dans le bureau de l'amirauté le drapeau d'un corsaire de province. Le champ est bruant blanc. Au milieu se trouve un pin vert, et de l'autre côté se trouve la devise, ‘Un appel au ciel.‘”

Avril 1776, le conseil du Massachusetts a adopté une série de résolutions prévoyant la réglementation du service maritime, parmi lesquelles les suivantes :

Résolu, Que l'uniforme des officiers soit vert et blanc, et qu'ils se munissent en conséquence, et que les couleurs soient un drapeau blanc avec un pin vert et l'inscription « Un appel au ciel ».

Selon les journaux anglais, des corsaires tout au long de cette année portant un drapeau de cette description ont été capturés et sont arrivés dans les ports britanniques. “janv. Le 6 décembre 1776, le Tartar, Capt. Meadows, arriva à Portsmouth, en Angleterre, de Boston avec plus de soixante-dix hommes, l'équipage d'un corsaire américain qui équipait 10 canons pris par le navire de guerre Fowry. Le capitaine Meadows a également apporté ses couleurs, qui sont un palmier vert pâle sur un champ blanc avec cette devise : « Un appel au ciel. » Elle a été emmenée sur la côte du Massachusetts, en croisière pour les transports et a été envoyée par le conseil de cette province.

Le commodore Samuel Tucker, dans une lettre adressée à l'hon. John Holmes, daté du 6 mars 1818, [3] dit :

La première croisière que j'ai faite a eu lieu en janvier 1776, dans la goélette Franklin de 70 tonnes, équipée sur ordre du général Washington, et j'ai dû acheter les armes légères pour affronter l'ennemi, avec de l'argent de ma poche ou partir sans et ma femme a fait la bannière sous laquelle je me suis battu, dont le champ était blanc, et l'union verte faite à l'intérieur de la figure d'un pin, faite de tissu de son achat, à ses propres frais.

Sous ces couleurs, il captura le navire George et le brick Arabella, ayant à son bord environ deux cent quatre-vingts soldats des Highlands du corps du général Eraser.

Halifax, Nouvelle-Écosse, le 10 juin 1776, le dimanche, est arrivé de Boston, un brick de corsaire, appelé le Yankee Hero, Capt. Tracy. Elle a été prise par la frégate Milford 28 canons, le capitaine Burr, après un engagement obstiné, au cours duquel le capitaine du corsaire a reçu une balle dans la cuisse, peu de temps après laquelle elle a frappé. C'est un beau navire et il est équipé de douze canons d'affût et de six émerillons. Ses couleurs étaient un pin sur un champ blanc.

Les exemples d'utilisation de ce drapeau de pin d'octobre 1775 à juillet 1776 pourraient être multipliés.

[3] Shepard’s La vie du commodore Tucker.

Byron McCandless, Gilbert Hovey Grosvenor, Drapeaux du monde. Disponible en ligne.


Adoption officielle du Fleurdelisé

Plusieurs versions du fleur de lys Le drapeau existait jusque dans les années 1940, jusqu'à ce que le design officiel soit légiféré et adopté en 1948 sous le gouvernement provincial de Maurice Duplessis. La conception a été simplifiée et les motifs religieux ont été supprimés. Bien que le symbolisme derrière les éléments de conception ne soit pas officiellement reconnu, il est entendu que le drapeau reflète l'histoire et l'identité de la province en tant que nation francophone en Amérique du Nord.


Historique détaillé

1899 – 11 octobre
Les Boers de la République sud-africaine (Transvaal) et l'État libre d'Orange déclarent la guerre à l'Empire britannique à Natal et à la colonie du Cap en Afrique australe. Cela a commencé la deuxième guerre des Boers, qui a impliqué l'Australie.

1900 – 9 juillet
La loi constitutionnelle du Commonwealth d'Australie (Royaume-Uni) est adoptée le 5 juillet 1900 et reçoit la sanction royale de la reine Victoria le 9 juillet 1900. Après près de 40 ans de discussions, de débats et d'un référendum, il est officiel que l'Australie devienne une fédération.

1901 – 1er janvier
L'Australie devient une fédération. Lors d'une cérémonie publique tenue à Centennial Park, Sydney La Loi constitutionnelle du Commonwealth d'Australie est proclamée.

1901 – 29 avril
Le premier Premier ministre australien, Edmund Barton, annonce les détails du concours unique du gouvernement du Commonwealth pour la conception d'un drapeau australien « fédéral » (Commonwealth of Australia Gazette No 27). 32 823 entrées sont reçues par la suite.

1901 - 3 septembre (aujourd'hui Jour du drapeau national australien)
Le Premier ministre Barton a annoncé le design gagnant du concours de drapeaux du gouvernement lors d'une cérémonie publique. Le nouveau drapeau australien des "étoiles et croix" est hissé pour la première fois vers 14h30. Mettant en vedette la Croix du Sud, l'Union Jack et l'Étoile du Commonwealth sur un champ bleu foncé, le grand drapeau d'environ 11 mètres de long flotte magnifiquement du mât sur le dôme principal des bâtiments royaux des expositions, Melbourne - le site du premier Parlement fédéral.

Par conséquent, le drapeau national australien (Blue Ensign) devient le drapeau national officiel de l'Australie. Le Red Ensign du nouveau drapeau devient le drapeau de la marine marchande.

1901 – 16 septembre
Premier vice-royal (et formel) levant le drapeau australien par le gouverneur général, Lord Hopetoun à Townsville, Queensland.

1902 – février
Le drapeau australien couvre la tombe de « Breaker » Morant, Pretoria, République sud-africaine (Transvaal).

1902 – 31 mai
Les Boers se rendent en signant le traité de Vereeniging à Pretoria, en République sud-africaine, mettant fin à la Seconde Guerre des Boers.

1903 – 20 février
Le roi Édouard VII approuve la conception du drapeau australien officiel (fond bleu) et du Red Ensign australien pour les navires marchands et les bateaux de plaisance privés australiens (Commonwealth Government Gazette No 6). Les points sur les étoiles de la Croix du Sud sont ajustés de 9, 8, 7, 6 & 5 à un modèle plus simple de quatre étoiles de 7 points et une de 5.

1904 – 1 juillet au 23 novembre
Le drapeau australien flotte aux Jeux Olympiques, St Louis USA, où l'équipe australienne se compose d'un concurrent.

1908 – 19 décembre
Un 7ème point est ajouté à l'étoile du Commonwealth pour représenter collectivement tous les territoires fédéraux australiens. (Journal officiel du Commonwealth n° 65). Il n'y a pas eu d'alternance à notre drapeau depuis cet amendement.

1908 – 27 avril au 31 octobre
Le drapeau australien est hissé aux Jeux olympiques de Londres pour célébrer la première médaille remportée par l'Australie pour le football de rugby. Notre drapeau a été le drapeau hôte des Jeux Olympiques à deux grandes occasions, à Melbourne en 1956 et à Sydney en 2000.

1908 – décembre
L'ordonnance militaire de l'armée australienne, n° 58/08, ordonne à tous les établissements militaires (stations) d'arborer le drapeau bleu australien

1911
La formation de la Royal Australian Navy est marquée par l'adoption du drapeau australien comme enseigne à « porter » (voler) depuis le mât à la proue de tous les navires commandés par la RAN et également au grand mât comme « drapeau de bataille » lorsque un navire est au combat.

1912
Jour de Noël - Frank Wild, membre de l'expédition antarctique australasienne Sir Douglas Mawson 1911-14, hisse le drapeau australien et prend officiellement possession de Queen Mary Land (maintenant partie du territoire antarctique australien) au nom du roi George V et de l'Australien Commonwealth.

1914 – 4 août
Une escalade de la crise en Europe, déclenchée par l'assassinat à Sarajevo de l'archiduc autrichien François-Ferdinand par des Yougoslaves soutenus par les Serbes, culmine en Allemagne, alliée à l'Autriche-Hongrie, déclarant la guerre à la Russie, la France et la Belgique. Le 4 août 1914, l'Empire britannique, y compris l'Australie, déclare la guerre à l'Allemagne, et donc à l'Autriche-Hongrie. L'Empire britannique, et donc l'Australie, entre dans la Première Guerre mondiale en tant que membre des puissances alliées, s'opposant aux puissances centrales.

1914 – 6 août
La première utilisation du drapeau australien dans un acte de guerre se produit lorsqu'il survole le fort militaire de Queenscliff, Victoria, qui ouvre le feu pour empêcher le vapeur allemand Pfalz de quitter le port.

1914 – 29 octobre
L'Empire ottoman attaque la Russie et entre dans la Première Guerre mondiale, rejoignant les puissances centrales.

1914 – 9 novembre
Le HMAS Sydney arbore un grand drapeau australien comme enseigne de « bataille » lors de sa célèbre victoire sur le navire de guerre allemand SMS Emden. Le succès du HMAS Sydney est un événement d'actualité international et établit la réputation de combat de la Royal Australian Navy.

1917 – 20 septembre
Les forces australiennes sont victorieuses à la bataille de Polygon Wood, en Belgique, pendant la Première Guerre mondiale. Lt A.V.L. Hull, qui est plus tard tué au combat, plante le drapeau australien sur une casemate ennemie (poste de mitrailleuse). La scène est ensuite représentée sur une carte postale populaire qui est vendue pour collecter des fonds pour les soldats blessés.

1918 – 8 août
Le général Sir John Monash informe le gouverneur général que ses troupes en France ont percé les lignes allemandes et ont hissé le drapeau australien après avoir libéré Harbonnières.

1918 – 11 novembre
L'Allemagne devient la dernière puissance centrale à se rendre, signant l'armistace à Compiègne, en France, mettant ainsi fin à la Première Guerre mondiale.

1928
Sir Charles Kingsford-Smith transporte trois drapeaux australiens dans son avion, le Southern Cross, lors du premier vol pour traverser la mer de Tasman vers la Nouvelle-Zélande. Ces drapeaux ont ensuite été présentés à l'hôpital de Sydney.

1934 – 23 mars
Commonwealth Government Gazette No 18 présente un dessin au trait des spécifications exactes du drapeau australien bleu officiel et du drapeau de la marine marchande, l'Australian Red Ensign.

1939 – 3 septembre
Après l'invasion allemande de la Pologne, le Royaume-Uni, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et la France déclarent la guerre à l'Allemagne. C'est le début de la Seconde Guerre mondiale.

1940 – 10 juin
L'Italie envahit la France, déclarant la guerre à la France et au Royaume-Uni. L'Australie déclare la guerre à l'Italie le lendemain.

1940 – 19 juillet
Le deuxième HMAS Sydney, avec le drapeau australien flottant comme enseigne de « bataille », bat le croiseur de la marine italienne, Bartolomeo Colleoni.

1941 – 15 mars
Le Premier ministre Robert Menzies publie un communiqué de presse encourageant le public à arborer le drapeau bleu australien sur terre et le Red Ensign australien en mer.

1941 – 7 décembre
Le Japon attaque les États-Unis à Hawaï, ainsi que diverses positions américaines et britanniques dans le Pacifique. Les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Australie et la Chine déclarent la guerre au Japon et l'Allemagne déclare la guerre aux États-Unis. C'est le début de la Seconde Guerre mondiale dans le Pacifique.

1942 – 19 février
Le drapeau australien qui flotte devant la résidence de l'administrateur du Territoire du Nord est criblé de balles lors d'un raid aérien japonais. C'est le premier drapeau à subir une attaque ennemie sur le sol australien. Le même drapeau est utilisé à Darwin pour une cérémonie de la paix en 1946. Il est flanqué d'un côté du drapeau australien qui flottait à Villiers-Bretonneux en 1917 et de l'autre du drapeau australien arboré par le HMAS Sydney lorsqu'il détruisit le navire italien. croiseur Bartolomeo Colleoni en Méditerranée en 1940. Ce précieux drapeau de Darwin est maintenant exposé en permanence au Mémorial australien de la guerre.

1942
Le drapeau australien est hissé alors que les alliés reprennent Kokoda, en Nouvelle-Guinée.

1943 – 3 septembre
L'Italie capitule et signe un armistice en Sicile.

1943 – 25 novembre
Le Sgt Tom Derrick hisse le drapeau australien sur un arbre déchiré par un obus au mont Sattelberg, en Nouvelle-Guinée, après avoir détruit dix postes de mitrailleuses ennemis. Son exploit incroyable lui vaut le prix ultime de la bravoure, la Croix de Victoria.

1945 – 9 mai
L'Allemagne capitule à Berlin le 8 mai, puis dans les îles anglo-normandes le 9 mai 1945. C'est la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe.

1945 – 15 août
Le Japon capitule à Tokyo, mettant fin à la Seconde Guerre mondiale.

1945 – 12 septembre
Le premier drapeau à flotter sur Singapour libéré est un drapeau australien fabriqué secrètement dans un camp de prisonniers de guerre. Un autre drapeau australien hissé à la libération de Singapour est maintenant encadré et conservé au siège de la Returned and Services League, à Canberra, avec une plaque indiquant «Cet artefact important a été caché dans la prison de Changi par le capitaine Strawbridge MBE, de 1942 à 1945. Il a été élevé au-dessus des portes de la prison, le jour de la libération officielle en septembre 1945. »

Un certain nombre de drapeaux australiens ont été secrètement fabriqués à partir de morceaux de tissu récupérés par des prisonniers de guerre australiens dans divers camps ennemis. Certains de ces précieux drapeaux sont désormais déposés dans le Mémorial australien de la guerre.

1947 – 24 février
Le Premier ministre Ben Chifley publie une déclaration encourageant une utilisation plus générale et plus répandue du drapeau national.

1947 – juin
Lettre de Howard Beale MP aux fabricants de drapeaux pour leur demander de rediriger leur fabrication vers le drapeau national australien (Blue Ensign) plutôt que vers le Red Ensign (sauf pour son utilisation appropriée dans l'expédition).

1951
Le gouvernement du Commonwealth introduit la présentation du drapeau australien à toutes les écoles publiques. C'est devenu une tradition.

1953 – 2 décembre
Le Parlement adopte la loi sur les drapeaux de 1953. Le drapeau est confirmé par la législation en tant que principal symbole national par la loi, la coutume et la tradition et son titre officiel devient le « drapeau national australien ».

1954 – 14 février
Sa Majesté la reine Elizabeth II donne personnellement son assentiment en signant l'Australian Flags Act (Amended) No 1 of 1954.

1963
Le Premier ministre Sir Robert Menzies autorise le déploiement du drapeau national australien de nuit (sous éclairage) et de jour au-dessus de la capitale, Canberra. Le fait de faire flotter des drapeaux nationaux illuminés la nuit est désormais une pratique internationale.

1967 – 1er mars
Introduction de l'Australian White Ensign comme drapeau distinctif de la Royal Australian Navy. Il doit être « porté » (volé) en conjonction avec le drapeau national australien qui a été adopté par la marine lors de sa formation en 1911.

1981 – 24 mars
Flags Amendment Act 1981 décrit le drapeau national australien comme un drapeau bleu composé de la croix du Sud, de l'étoile du Commonwealth et de l'Union Jack - notre drapeau unique de "étoiles et croix".

1987 – 3 octobre
Cinq cents drapeaux nationaux australiens défilent lors de la marche « Welcome Home » de Sydney pour les vétérans australiens de la guerre du Vietnam. Les drapeaux commémorent les militaires australiens qui ont perdu la vie à la suite du conflit.

1996 – 28 août
Le gouverneur général du Commonwealth d'Australie, Sir William Deane, proclame le 3 septembre « Journée du drapeau national australien » pour commémorer le jour en 1901 où le drapeau national australien a été hissé pour la première fois.

1998 – 24 mars
Le projet de loi sur les modifications du drapeau modifie la loi sur les drapeaux de 1953 pour garantir que le drapeau national australien ne peut être modifié que si l'électorat australien l'approuve. L'effet de cet amendement est de confirmer que la propriété et le contrôle du drapeau national australien sont bien entre les mains du peuple australien qu'il représente.

2000 – 11 avril
M. Alec Campbell, le dernier vétéran de Gallipoli, présente son propre drapeau national australien à la nation. Son drapeau flottera chaque année lors de la cérémonie de l'ANZAC Day, ANZAC Cove, Gallipoli (Turquie), le 25 avril.

2001 – 3 septembre
Le centenaire du drapeau national australien est marqué par des cérémonies à travers l'Australie. Le premier ministre John Howard prononce un discours au Royal Exhibition Buildings, à Melbourne, où se déroule une reconstitution de la première levée du drapeau national australien. Le gouverneur général, Peter Hollingworth, organise une cérémonie de lever du drapeau à Government House, à Canberra, pour marquer l'occasion.

2001 – 20 septembre
Le gouverneur général, Peter Hollingworth, proclame le mandat du drapeau du centenaire. Le drapeau du centenaire est le drapeau présenté le 3 septembre 2001 au Premier ministre par l'Australian National Flag Association lors de la célébration du centenaire du drapeau - Royal Exhibition Buildings, Melbourne. Il s'agit d'un drapeau australien entièrement cousu en satin, portant un message spécial du centenaire du drapeau. Ce drapeau des «étoiles et croix» présente le fil rouge de la parenté, qui relie symboliquement les générations passées et actuelles aux futures générations d'Australiens. Il sera utilisé pour de futurs événements nationaux importants.


Le drapeau Culpeper Minutemen : l'histoire de la bannière arborée par une milice de patriotes

Comme le savent tous ceux qui ont assisté à un cours Brushbeater ici en Caroline du Nord, il y a quelques drapeaux qui flottent dans la salle de l'équipe. Parmi eux se trouve le drapeau Culpeper Minute Men que j'ai porté en Irak et en Afghanistan. Ce drapeau représente pour moi la même chose que pour eux : mettre le pied au cul pour la Liberté. Cet article, écrit par mes amis et le sponsor du site Ammo.com, détaille l'histoire du drapeau et son ajustement compte tenu de la situation en Virginie aujourd'hui. Montrez-leur un peu de soutien et prenez votre propre drapeau pendant que vous y êtes. – NCS

Le drapeau de Culpeper est souvent confondu avec une variante moderne de l'emblématique drapeau de Gadsden « Ne marchez pas sur moi » - et à juste titre. Ce que beaucoup ne savent pas, c'est que le drapeau Culpeper a été inspiré par son homologue de Gadsden, et les deux sont devenus des pierres de touche du mouvement du deuxième amendement.

Bien que remarquablement similaire à son parent de Gadsden, le drapeau des Culpeper Minutemen est sans doute plus froid – et nettement plus obscur. Bien qu'il ait le même serpent à sonnettes enroulé et la même légende « Ne marchez pas sur moi », le drapeau Culpeper est blanc, il porte la devise supplémentaire « Liberty or Death » et, lorsqu'il est historiquement correct, une bannière portant le nom des Culpeper Minutemen.

Le serpent à sonnette était un symbole du patriotisme américain depuis l'époque des guerres française et indienne. En 1751, Benjamin Franklin a écrit un éditorial satirique proposant qu'en échange de cargaisons de condamnés expédiées vers les colonies américaines, les colonies devraient rendre la pareille en renvoyant un bateau rempli de serpents à sonnettes à disperser. Trois ans plus tard, en 1754, Franklin publie sa célèbre bande dessinée « Join or Die ». Ce premier symbole de l'unité américaine a exhorté les colons d'Albany à se joindre à la défense collective des colonies américaines pendant les guerres française et indienne. Le symbole du serpent à sonnette est redevenu une mascotte populaire de l'unité américaine après le Stamp Act.

Les origines de la milice Culpeper

Les Culpeper Minutemen ont été formés le 17 juillet 1775, dans un district créé par la troisième convention de Virginie. Ce district comprenait les comtés d'Orange, de Fauquier et de Culpeper titulaires. En septembre de la même année, 200 hommes sont recrutés pour quatre compagnies de 50 hommes de Culpeper et Fauquier, avec 100 hommes supplémentaires pour deux compagnies d'Orange. Sur ordre du comité de sécurité du district, les Minutemen de Culpeper se sont réunis sous un grand chêne dans un grand champ faisant actuellement partie du parc Yowell Meadow à Culpeper, en Virginie.

Lorsque la guerre d'Indépendance a éclaté, les Culpeper Minutemen ont choisi le camp des Patriotes. C'est à cette époque qu'ils ont également adopté leur porte-étendard que l'on peut voir orner les camionnettes des patriotes des temps modernes d'une mer à l'autre. Their first action during the American Revolution was to defend Virginia capital Williamsburg after the Royal Governor, John Murray, Lord Dunmore, confiscated the gunpowder.

The Culpeper Boys Arrive in Williamsburg

They cut quite a sight arriving in the aristocratic capital, wearing heavy linen shirts dyed the color of the local foliage and carrying tomahawks and knives for scalping. Philip Slaughter, who served with the Culpeper boys as a 16 year old, said that the colonists looked at them much as they might the Indians themselves. The Culpeper Minutemen, however, were no roughnecks, but a disciplined and orderly squad who quickly earned the respect of their new charges.

During the Revolutionary War, the area where the Culpeper boys were organized was still the frontier. So they were often called to more populated and settled areas. For example, the Culpeper Minutemen fought in Hampton when the British tried to land troops there, at the request of the local authorities. The Culpeper Militia successfully mounted an attack on the arriving ships, shooting the men who were manning the cannons and guns on the ship, preventing the British from landing.

The Battle of Great Bridge

The Culpeper Minutemen were also involved in the December 1775 Battle of Great Bridge, which is one of the places where historians agree that their flag was carried in battle. Here they met the troops of their old enemy Dunmore. This was an American rout. It marked the final gasp of colonial power in Virginia.

While it doesn’t get as much attention in history books, the situation in Revolutionary Virginia was arguably as tense as it was in Revolutionary Massachusetts. Dunmore had dismissed the colonial assembly, the House of Burgesses, as well as the aforementioned confiscation of gunpowder. The gunpowder was confiscated without incident, but Dunmore feared for his life and fled the colonial capital, placing his family on a Royal Navy ship in the harbor.

In October, Dunmore had finally gained enough military support among Loyalists in the colony to begin military operations. This included attacks on the local civilian populations in an attempt to confiscate military materials that might be used by the rebels. On November 7, Dunmore declared martial law and even went so far as to offer emancipation to all slaves willing to fight in the British Army. Indeed, he was able to raise an entire regiment to that effect.

The local forces numbered a scant 400. However, reinforcements from neighboring areas, including the Culpeper boys, helped to balloon this number. Dunmore, however, had old intelligence that left the numbers at the original 400. The battle ended with the British forces spiking their guns to avoid capture by the Revolutionary forces.

When all was said and done, there were 62 British casualties by British count and 102 by the count of the rebels. The rebels had only a single casualty – a slight thumb wound. The Virginians considered this to be their Bunker Hill. The Patriots refused to allow the overcrowded ships (where the Tories sought refuge) to be resupplied, which resulted in the bombardment of Norfolk and its looting and destruction by rebels. Dunmore, considered the greatest threat to the Revolution by many senior rebel officers, was eventually forced out of Virginia entirely in August 1776.

Reports indicated that the British were highly intimidated by the reputation of the frontiersmen who would be arriving at the battle. This undoubtedly provided them with a psychological advantage in what was an important battle.

The Death and Resurrection of the Culpeper Minutemen

The Committee of Safety ordered the group to disband in January 1776, however, almost all of the Culpeper boys kept on fighting – either as Continental militiamen or underneath senior officers such as Daniel Morgan.

The fourth Chief Justice of the Supreme Court of the United States, John Marshall, was one of the first Culpeper boys.

When the War Between the States came, the Culpeper Minutemen were reconstituted under the old oak tree where they first organized generations prior. This was in 1860, and they once again carried the same flag as their forefathers. They were eventually integrated into the regular army of the Confederate States of America, as part of Company B of the 13th Virginia Infantry, where they served for the duration of the Civil War.

The Minutemen came together again during the Spanish-American War, but were never activated. During World War I, the Culpeper boys organized once again, this time under the auspices of the 116th Infantry. The modern-day Alpha Company Detachment, 2nd Regiment of the Virginia Defense Force, considers themselves to be a descendent of the Culpeper Minutemen, probably with their roots in the First World War.

While many of the Revolutionary War flags flown by Patriots today have dubious origins, the Culpeper Flag is one of the few banners that we know for certain was flown by Patriots during the Revolutionary period. It also offers a succinct statement of the values of the American nation: Liberty or Death – and a stern warning to those who would threaten our liberty.


Battle Flags

14. World War II D-Day Landing Flag

6 juin 1944

For the 75th anniversary of D-Day, we present this historic and important American flag.

This 48-star American flag flew aboard the control vessel Landing Craft, Control 60 (LCC 60), leading the way at the Normandy beach amphibious assault on June 6, 1944.

The flag is the most important privately-held relic from the D-Day landings. It sold at auction in 2016 for $420,000 (plus auction buyer’s premium) and now resides in the Smithsonian’s National Museum of American History.

15. Siege of Fort Stanwix Flag

3 août 1777

This flag is noted to be the first flag of the United States to ever fly in battle. It flew over Fort Schuyler (the old Fort Stanwix) in New York during the Revolutionary War on August 3, 1777. Colonial troops refused to surrender and eventually repelled British attackers, who fled to Canada.

BONUS VIDEO: The Evolution of the U.S. Flag

Interested in learning more about flags?

Vexillology is the scientific study and research of flags of all types, their forms, uses, and functions.

— Greg Johnson

Greg is a writer and co-founder of ListCaboodle.

Encore

You’re on the Old Glory: The American Flag’s 15 Greatest Moments in History page.


Appeal to Heaven - History

John Locke used the Appeal to Heaven phrase in his work, Two Treatises of Government.: "What is my Remedy against a Robber, that so broke into my House? Appeal to the Law for Justice. But perhaps Justice is denied, or I am crippled and cannot stir, robbed and have not the means to do it. If God has taken away all means of seeking remedy, there is nothing left but patience. But my Son, when able, may seek the Relief of the Law, which I am denied: He or his Son may renew his Appeal, till he recover his Right. But the Conquered, or their Children, have no Court, no Arbitrator on Earth to appeal to. Then they may appeal, as Jephtha did, to Heaven, and repeat their Appeal, till they have recovered the native Right of their Ancestors, which was to have such a Legislative over them, as the Majority should approve, and freely acquiesce in."

This inspirational phrase used by John Locke was emblazoned on George Washington’s Revolutionary War flag to remind those over whom it flew that after all other alternatives of seeking justice have been exhausted, only an "appeal to heaven" remains. Colonists who saw it were reminded to be wholly reliant upon heaven and the God Who reigns supreme. Their focus was Jesus Christ, and their concern was living by conviction without fear of a worldly cost.

Considering the warfare of our generation, it defies logic for a soldier to enter battle carrying a flag rather than a sword or a gun. When the man carrying the flag was wounded or killed in battle, another man dropped his weapon to pick up the flag. The flying of the flag established the identity not only of the soldiers, but of those they fought to defend. Leaving their identity on the ground was never an option.

Some flags are flown and emblems are worn to show what a person is — status symbols. The Appeal to Heaven flag is flown or worn to show who a person is — a man or woman who does not look to men or government for approval, but lives by the principle of their convictions and appeals to the Almighty for protection, provision, and justice.


Revolutionary War Flags 1777-1780

First Flag Resolution 1777

First Flag Resolution 1777

On June 14, 1777, the Continental Congress passed a resolution adopting an official flag for the Colonial forces. It contained no drawings or illustrations of what the flag should look like, just these words.

“Resolved, That the flag of the United States be thirteen stripes, alternate red and white that the union be thirteen stars, white in a blue field, representing a new Constellation.”

This led to a wide interpretation by those sewing flags although hundreds of flags were made, no two were exactly alike.

Betsy Ross Flag

Betsy Ross Flag – This is the flag design that legend says was created by Betsy Ross for George Washington.

According to tradition, in June of 1776, Betsy Ross, who was a widow struggling to run her own upholstery business sewed the first flag. Upholsterers in Colonial America not only worked on furniture, but did all manner of sewing work, which for some included making flags.

According to the legend, General Washington, Robert Morris, and John Ross showed her a rough design of the flag that included six-pointed stars. Betsy suggested a five-point star because it was easier to make, and demonstrated how to cut a five-pointed star in a single snip.

Impressed, the three entrusted Betsy with making our first flag.

George Washington’s Headquarters Flag (circa 1777)

George Washington’s Headquarters Flag – This unique flag was flown at the headquarters of General George Washington during most of the Revolutionary War.

This flag has been widely called the “personal” flag of George Washington and reportedly made as a headquarters flag in 1777.

According to this tradition he used this flag throughout the whole Revolutionary War. Unfortunately, there has been no proven connection that this flag ever belonged to, or was used by, General Washington.

Today, a modern reproduction of this “Washington” flag still flies at his Valley Forge Headquarters, but there is no period documentation or proof to support it ever being an actual flag used during the Revolutionary War.

Hopkinson Flag (circa 1777)

Many give credit for the design of the first Official “Stars and Stripes” to Francis Hopkinson, a Congressman from New Jersey, and signer of the Declaration of Independence. His reported design had the thirteen stars arranged in a “staggered” pattern.

Although there is no original example or drawing remaining of this flag, we do have the bill he gave Congress for its design. Congressman Hopkins asked Congress for a quarter-cast of public wine for his work. There is no record of Congress ever paying him.

Brandywine Flag 1777

An interesting bit of erroneous research done on this flag in 1931 resulted in it being mistakenly tied to the wrong Robert Wilson and to the 7th Pennsylvania Militia Regiment, although no actual connection between this flag and the Pennsylvania’s regiment existed.

Recent research by flag scholar John Hartvigsen indicates that this flag was actually the colors of the Chester County Militia, not the 7th Pennsylvania Militia Regiment.

According to Hartvigsen’s well-documented research, it was a “Robert Wilson” of Chester County, Pennsylvania, serving as a Lieutenant Colonel with the Chester County Militia, who was responsible for the militia’ equipment, and for this flag’s survival.

Several other members of the Wilson family also served with the Chester County Militia and were present at the Battle of Brandywine.

Bennington Flag 1777

According to tradition this flag flew over the military stores in Bennington, Vermont, on August 16, 1777. There, the American militia, led by Colonel John Stark, defeated a large British raiding force led by British General John Burgoyne in order to protect military supplies at Bennington.

The battle was won when Ethan Allen and Seth Warner, who led the Green Mountain Boys, arrived with cannon and supplies taken from Fort Ticonderoga. Colonel Stark was later promoted to general and after the war was given land in the Ohio River Valley, present day Stark County.

When General Stark died, he was the oldest (last) Revolutionary War general.

The traditional version of this story gives Colonial Stark’s wife, Molly Stark, credit for making the flag. She followed the accepted rules of heraldry and began and ended the stripes with white ones. Also according to the rules of heraldry, a star must have at least 6 points. Anything with five points or less was called a “spur.”

Green Mountain Boys Flag

Ethan Allen and his cousin Seth Warner came from a part of the New Hampshire land grant that eventual became the modern State of Vermont. They commanded a New Hampshire and Vermont militia brigade known as the “Green Mountain Boys.”

A notable victory of the Green Mountain Boys occurred on the morning of May 10, 1775, when they silently invaded the British held Fort Ticonderoga and demanded its surrender. The captured cannon and mortars were then transported across the snow covered mountains of New England. This surprise installation of some of these on the heights over Boston Harbor enabled George Washington to force the British to leave that important harbor.

On August 16, 1777, the Green Mountain Boys fought under General Stark at the Battle of Bennington. This flag’s green field made sense when you realized the Green Mountain Boys carried the flag in the forest. Bright red and white stripes were not very practical there. As in many American flags, the stars here were arranged in an arbitrary fashion. Nevertheless, they signified the unity of the Thirteen Colonies in their struggle for independence.

Fort Mercer Flag 1777

In 1777, two forts were constructed on the Delaware river. One was Fort Mercer on the New Jersey side, and the other was Fort Mifflin on the Pennsylvania side opposite Fort Mercer. So long as the Americans held both forts, the British army in Philadelphia could not communicate with the outside world or be resupplied.

General William Howe, the commanding British general in Philadelphia, sent General Charles Cornwallis with 5,000 men to attack Fort Mercer, landing them by ferry three miles south of the fort. Rather than let the garrison be captured by the overwhelming British forces, Colonel Christopher Greene decided to abandon the fort on November 20, leaving the British to occupy it the following day. The British then began an assault on the neighboring Fort Mifflin.

This unusual 13 star flag that was flown at Fort Mercer for some unknown reason reversed the normal red and blue colors.

Fort Mifflin Garrison Flag 1777

Fort Mifflin Garrison Flag 1777

The Fort Mifflin Flag was originally a Continental Navy Jack. The defenders of Fort Mifflin borrowed the flag because the navy was operating in the vicinity of the Delaware River forts and it was the only flag the soldiers of the fort could get.

During the 5-day siege of Fort Mifflin, the flag remained flying, despite the largest bombardment in North American history up to that point with over 10,000 cannonballs shot at the fort. At one point the flag was shot from the pole and two soldiers were killed raising it once more.

This was the only time the flag wasn’t flying throughout the constant barrage. Although the Fort did not surrender to the British, eventually it was evacuated because of the extensive damage and the defenders fled to safety in New Jersey. Today, this flag still flies over the restored fort.

Texel or Serapis Flag 1779

Texel or Serapis Flag 1779

On September 23, 1779, John Paul Jones lost his first ship, the USS Bon-Homme Richard, in battle with the British frigate HMS Serapis. Comme le Bon-Homme Richard sunk, he boarded and captured the Sérapis, then sailed the badly damaged prize ship into the Dutch harbor of Texel, where it eventually was turned over to the French.

The British Ambassador demanded the ships Sérapis et Alliance, and their crews, be seized as pirates “because they flew no recognized flags,” and turned over to them.

The story behind this flag was that our Ambassador to France, Ben Franklin, was then asked what the new country’s flag looked like. A flag based on Franklin’s faulty description was then painted for the French court, who officially recognized it.

Copies were then sent to various European ports including Texel, where the harbor master showed John Paul Jones the drawing of Franklin’s version of the American flag. Jones had one made and proudly raised this flag when he sailed back to the colonies on the Alliance.

George Rogers Clark Flag 1779

George Rogers Clark Flag 1779

This red and green striped flag was used by General George Rogers Clark during his attack on the British held Fort Sackville during the American Revolution in 1779.

Fort Sackville was a British outpost located in the frontier settlement of Vincennes.

His celebrated capture of Kaskaskia in 1778 and Vincennes in 1779 greatly weakened British influence in the Northwest Territory.

Since Clark was the highest ranking Continental officer to operate in the future Northwest Territory, he has often been hailed as the “Conqueror of the Old Northwest.”

Alliance Flag 1779

This was the flag of the 36-gun Continental Navy frigate, USS Alliance, one of finest warship built in America during the Revolution.

During the war, the Alliance flew an ensign with seven white stripes, six red stripes, and thirteen eight-pointed stars.

Under Captain John Barry, she captured three enemy privateers and three Royal Navy warships during 1781-1783. She carried American diplomats to France for the peace talks, and fired the last shots of the Revolution in an engagement with two Royal Navy warships in 1783.

Her final Revolutionary War service was carrying the Marquis de Lafayette back home to France.

Traditional First Continental Navy Jacks

Traditional First Continental Navy Jacks

The “Don’t Thread on Me!" and Rattlesnake Ensign has become a powerful American symbol which tradition tells us was used by the Continental Navy in 1775 and is now being used again by the U.S. Navy in the War on Terrorism.

Although there is widespread belief that ships of the Continental Navy flew this jack, there is no firm bases of historical evidence to support it. We have several fanciful contemporary pictures showing a very youthful Commodore Esek Hopkins, our First Navy Commander-in-Chief, that appeared in Europe during the Revolution that showed flags flying from both the bow and stern of his ships.

In some pictures the rattlesnake flag appears, and in others we only have stripes.

In short, there is strong reason to believe that the actual Continental Navy Jack, like the Colonial Merchant Ensign, was simply a red and white striped flag with no other adornment. It should also be noted that the so-called First Navy Jack was probably not a Jack at all, but an ensign.

First Official Navy Flag 1777-1795

First Official Naval Flag

The first official documented US flag had also a staggered star pattern and was used by the navy.

On April 24, 1778, Captain John Paul Jones, in command of the USS Ranger and flying this flag, became the first American officer to have the American flag recognized by a foreign power.

Although very similar to the original Hopkin’s flag, this flag replaced the six-pointed stars with the more traditional five-pointed “américain” stars.

Cowpens Flag 1781

At the Battle of Cowpens, General Daniel Morgan won a decisive victory against the British in South Carolina on January 17, 1781. This colonial victory forced Cornwallis to come to the aid of the defeated British forces and led to another costly battle for the British against Nathaniel Greene’s forces at Guilford Courthouse in North Carolina.

Les Cowpens Flag, according to legend, was carried at the Battle. In reality, the flag was the regimental flag of the Third Maryland Regiment, and this unit had been disbanded just prior to the battle.

Some historians claim that members of the disbanded regiment were reassigned to other units present at the battle, and it was these soldiers who carried their flag, although others claim the flag as one not used until the War of 1812, rather than a Revolutionary flag at all.

Guilford Courthouse Flag 1781

Guilford Courthouse Flag 1781

Tradition tells us that this flag was raised over the Guilford Courthouse in North Carolina on March 15, 1781. There, under the leadership of General Nathaniel Greene, the militiamen halted the British advance through the Carolinas and turned them back to the seaport towns.

This was one of the bloodiest battles of the Revolutionary War with the British losing over 25% of their troops.

This unique Flag has an elongated canton and blue and red stripes. However, since it was common practice for military units to carry flags that featured common American symbols (such as stripes and stars), but to make them uniquely identifiable for use as their regimental flags, this flag was probably never intended for use as a national flag.

South Carolina Naval Ensign 1778

South Carolina Naval Ensign 1778

According to an article appearing in National Geographic Magazine on historical flags (1917), this was the flag of the South Carolina Navy during the American Revolutionary War.

The flag is essentially the same as the Continental Naval Jack.

With this flag, the motto “DON’T TREAD ON ME” appearing on the third red stripe from the top, and using stripes with the colors of Scotland (blue) and England (red).

South Carolina Naval Ensign Flag

The provincial legislature of South Carolina did not intend for the rattlesnake on red and blue striped flag to become the symbol of its navy.

The flag described by Rawlin Lowndes, President of the South Carolina General Assembly, in a letter he sent to Commodore Alexander Gillon, Commander of the ship Caroline du Sud, dated 19 July 1778 noted:

The Flagg which you are to wear and which is the flagg by which the Navy of this State is in the future to be distinguished, is a rich Blue field, a Rice Sheaf Worked with Gold (or Yellow) in the Center, and 13 Stars Silver (or White) Scattered over the field.

Bauman Yorktown Flag 1781

Bauman Yorktown Flag 1781

Within days of the British surrender at Yorktown on on October 19, 1781, an American artillery officer named Major Sebastian Bauman (2nd New York Artillery Regiment) drew a map with this flag pictured on it. It was later engraved by Robert Scot of Philadelphia and published .

Bauman had carefully surveyed the terrain and battle positions at Yorktown, at the siege of Yorktown. Bauman had emigrated to America from Germany after service in the Austrian army.

During the Revolution, he served in the campaigns in New York, New Jersey, and Pennsylvania, and was in command of the artillery at West Point, before joining Washington at the siege of Yorktown.

Simcoe Yorktown Flag 1781

Simcoe Yorktown Flag 1781

During the battle of Yorktown in October, 1781, this flag flew on the right flank of the American troops. A 26 year-old British Lieutenant Colonel named John Graves Simcoe, in command of the Queen’s Rangers at Yorktown, painted this from his station across the river.

Many flag historians believe that the flag was between Simcoe and his position at Gloucester Point and the sun, thus resulting in the strange colors he perceived.

After the war, Simcoe went on to become Upper Canada’s first lieutenant-governor and probably the most effective of all British officials dispatched from London to preside over a Canadian province.

United States-French Alliance Flag 1781-82

United States French Alliance Flag 1781-82

In 1781 and 1782, in honor of the end of the American Revolutionary War and the help of France in that conflict, a special U.S. Flag appeared.

It consisted of 13 red and white stripes with a very long (11 stripes long) canton bearing either 12 or 13 white stars and a gold fleur-di-lis.

The stars are shown in contemporary illustrations either as 5 pointed or as 6 pointed in rows of three (with a single star below if there are 13) and the fleur at the top.


Voir la vidéo: YOUTUBER GOLF CUP 2 - DavidPlaysGolf u0026 Thomas Nuzzaci VERSUS TomTwoBrothers u0026 Les Golfiteurs (Mai 2022).