Des articles

10 faits sur la princesse Margaret

10 faits sur la princesse Margaret


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Bien que n'étant certainement pas le seul membre de la famille royale à s'être retrouvé mêlé à un scandale, il est juste de dire que la princesse Margaret (1930-2002) a vécu une vie plus mouvementée que la plupart.

Plus jeune enfant du roi George VI et de la reine Elizabeth (la reine mère), on se souvient mieux de Margaret aujourd'hui pour son style de vie amoureux de la fête, son sens aigu de la mode et ses relations turbulentes.

En effet, malgré la relation étroite que les frères et sœurs entretenaient dans leur enfance, Margaret était souvent considérée par sa famille comme l'opposé de sa sœur aînée sensée, la princesse Elizabeth, qui allait être couronnée reine Elizabeth II.

Voici 10 faits clés sur la vie de la princesse Margaret.

1. La naissance de la princesse Margaret est entrée dans l'histoire écossaise

La princesse Margaret est née le 21 août 1930 au château de Glamis en Écosse, faisant d'elle le premier membre senior de la famille royale à être né au nord de la frontière depuis le roi Charles Ier en 1600.

Situé à Angus, le vaste domaine de campagne était la maison ancestrale de sa mère, la duchesse d'York (plus tard la reine mère).

Au moment de sa naissance, Margaret était quatrième sur le trône, juste derrière sa sœur, la princesse Elizabeth, qui avait quatre ans son aînée.

Château de Glamis à Angus, en Écosse - le lieu de naissance de la princesse Margaret (Crédit image: Spike / CC).

2. Elle a inopinément gravi les échelons de la succession

L'une des premières grandes apparitions publiques de Margaret a eu lieu en 1935 lors des célébrations du jubilé d'argent de son grand-père, le roi George V.

Lorsque le monarque mourut l'année suivante, l'oncle de Margaret monta brièvement sur le trône en tant que roi Édouard VIII, jusqu'à sa célèbre abdication en décembre 1936.

Son père ayant proclamé à contrecœur le roi George VI, la princesse a rapidement gravi les échelons de la succession et a assumé un rôle bien plus important sous les projecteurs nationaux que la plupart des gens ne l'avaient imaginé au départ.

Anne Glenconner est au centre du cercle royal depuis son enfance, lorsqu'elle a rencontré et s'est liée d'amitié avec la future reine Elizabeth II et sa sœur, la princesse Margaret. Anne m'a parlé depuis le salon resplendissant de Holkham Hall pour discuter de sa vie vraiment remarquable - une histoire de drame, de tragédie et de secrets royaux. Une histoire sur laquelle elle réfléchit avec un charmant sens de l'humour et un véritable esprit britannique.

Écoute maintenant

3. Elle était une amoureuse de la musique depuis toujours

Avant l'accession de son père au trône, la princesse Margaret a passé une grande partie de sa petite enfance dans la maison de ses parents au 145 Piccadilly à Londres (détruite plus tard pendant le Blitz), ainsi qu'au château de Windsor.

N'ayant jamais peur d'être le centre d'attention, la princesse a démontré très tôt une aptitude pour la musique, apprenant à jouer du piano à l'âge de quatre ans.

Elle aimait chanter et jouer, et discutera plus tard de sa passion de toujours pour la musique dans une édition 1981 du programme radio de longue date de la BBC. Disques de l'île déserte.

Interviewée par le présentateur Roy Plomley, Margaret a choisi une sélection particulièrement diversifiée de morceaux comprenant à la fois des airs de fanfares traditionnelles ainsi que la chanson des mines de charbon « Sixteen Tons », interprétée par Tennessee Ernie Ford.

4. Un livre sur son enfance a fait scandale

Comme sa sœur aînée, Margaret a été élevée par une gouvernante écossaise nommée Marion Crawford – affectueusement connue par la famille royale sous le nom de « Crawfie ».

D'origine modeste, Crawford considérait qu'il était de son devoir de s'assurer que les filles aient une éducation aussi normale que possible, en les emmenant régulièrement faire du shopping et visiter des piscines.

Après avoir pris sa retraite en 1948, Crawford a été comblée de privilèges royaux, notamment de pouvoir vivre sans loyer à Nottingham Cottage dans l'enceinte du palais de Kensington.

Cependant, sa relation avec la famille royale a été irrémédiablement endommagée en 1950 lorsqu'elle a publié un livre révélateur sur son temps en tant que gouvernante intitulé Les petites princesses. Crawford a décrit le comportement des filles avec des détails saisissants, rappelant la jeune Margaret comme "souvent méchante" mais avec "une manière gaie et rebondissante à son sujet qui la rendait difficile à discipliner".

La publication du livre a été considérée comme une trahison et «Crawfie» a rapidement quitté Nottingham Cottage, pour ne plus jamais parler avec la famille royale. Elle est décédée en 1988, à l'âge de 78 ans.

5. La princesse célébrée parmi la foule le jour de la victoire

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la princesse Margaret et la princesse Elizabeth ont toutes deux été renvoyées du palais de Buckingham pour rester au château de Windsor, où elles pourraient échapper aux bombes allemandes.

Cependant, après des années de vie dans un isolement relatif, les jeunes sœurs sont devenues incognito parmi le public britannique le jour de la victoire (8 mai 1945).

Après être apparues sur le balcon du palais de Buckingham avec leurs parents et le Premier ministre Winston Churchill, Margaret et Elizabeth ont ensuite disparu dans la foule en adoration pour scander : « Nous voulons le roi !

Après avoir supplié leurs parents, les adolescents se sont ensuite aventurés dans la capitale et ont continué à faire la fête après minuit – une histoire dramatisée dans le film de 2015, Une soirée royale.

Le capitaine de groupe Peter Townsend photographié en 1940 (Crédit image: Daventry B J (Mr), photographe officiel de la Royal Air Force / domaine public).

Mais malheureusement pour Margaret, Townsend était divorcée, et donc expressément interdit de pouvoir épouser la princesse selon les règles de l'Église d'Angleterre.

Malgré cela, la relation clandestine du couple a été révélée lorsque Margaret a été photographiée en train de retirer des peluches de la veste de Townsend lors de la cérémonie de couronnement de sa sœur en 1953 (apparemment un Bien sur signe d'une plus grande intimité entre eux).

Lorsqu'on a appris plus tard que Townsend avait proposé à la princesse de 22 ans, cela a déclenché une crise constitutionnelle, rendue d'autant plus compliquée par le fait que sa sœur – la reine – était désormais à la tête de l'Église.

Bien que le couple ait eu la possibilité de se marier civilement lorsque Margaret a eu 25 ans (ce qui aurait impliqué la perte de ses privilèges royaux), la princesse a publié une déclaration annonçant qu'ils s'étaient séparés.

7. Son mariage a été regardé par 300 millions de personnes

Malgré la crise prolongée entourant sa relation avec Peter Townsend, Margaret semblait avoir mis les événements derrière elle en 1959, lorsqu'elle s'est fiancée au photographe Antony Armstrong-Jones.

Un vieil Etonian qui avait abandonné Cambridge après avoir échoué à ses examens, Armstrong-Jones a apparemment rencontré Margaret lors d'un dîner organisé par l'une de ses dames d'honneur, Elizabeth Cavendish.

Lorsque le couple s'est marié à l'abbaye de Westminster le 6 mai 1960, il est devenu le premier mariage royal à être diffusé en direct à la télévision, regardé par 300 millions de personnes à travers le monde.

La princesse Margaret et son nouveau mari, Antony Armstrong Jones, saluent les acclamations de la foule sur le balcon du palais de Buckingham, le 5 mai 1960 (Crédit d'image : Alamy Image ID : E0RRAF / Keystone Pictures USA/ZUMAPRESS).

Le mariage a d'abord été heureux, produisant deux enfants : David (né en 1961) et Sarah (née en 1964). Peu de temps après le mariage du couple, Armstrong-Jones reçut le titre de comte de Snowdon et la princesse Margaret devint comtesse de Snowdon.

Comme cadeau de mariage, Margaret a également reçu un lopin de terre sur l'île caribéenne de Mustique, où elle a construit une villa nommée Les Jolies Eaux (« Belles Eaux »). Elle y prendrait des vacances pour le reste de sa vie.

8. Elle a été la première royale à divorcer depuis Henri VIII

Au cours des années 1960, le comte et la comtesse de Snowdon ont évolué dans des cercles sociaux étincelants qui comprenaient certains des acteurs, musiciens et autres célébrités les plus célèbres de l'époque.

Margaret, par exemple, a forgé des associations avec des personnalités comme la créatrice de mode Mary Quant, bien que sa relation avec le gangster londonien devenu acteur John Bindon aurait été plus intime.

En effet, Margaret et son mari se sont tous deux livrés à des relations extraconjugales au cours de leur mariage.

En plus d'être en liaison avec le pianiste de jazz Robin Douglas-Home (le neveu de l'ancien premier ministre Sir Alec Douglas-Home), Margaret se lancera dans une liaison très médiatisée avec le paysagiste Roddy Llewellyn dans les années 1970.

De dix-sept ans sa cadette, la relation de Margaret avec Llewellyn a été rendue publique lorsque des photographies du couple en maillot de bain – prises au domicile de Margaret à Mustique – ont été imprimées dans le Nouvelles du monde en février 1976.

Les Snowdon ont publié une déclaration quelques semaines plus tard annonçant officiellement leur séparation, suivie d'un divorce officiel en juillet 1978. En conséquence, ils sont devenus le premier couple royal à divorcer depuis Henri VIII et Anne de Clèves en 1540 (bien que cela ait techniquement été une annulation).

Le Dr Suzannah Lipscomb est animatrice et chef de faculté et maître de conférences en histoire ancienne moderne au New College of the Humanities.

Écoute maintenant

9. L'IRA aurait comploté pour l'assassiner

Lors d'une tournée royale aux États-Unis en 1979, la princesse Margaret aurait décrit les Irlandais comme des « cochons » lors d'un dîner-conversation avec Jane Byrne, la maire de Chicago. Quelques semaines plus tôt, le cousin de Margaret – Lord Mountbatten – avait été tué par une bombe de l'IRA lors d'un voyage de pêche dans le comté de Sligo, provoquant un tollé dans le monde entier.

Bien que le porte-parole de Margaret ait nié avoir fait cette remarque, l'histoire a profondément bouleversé les membres de la communauté irlando-américaine, qui ont organisé des manifestations pour le reste de sa tournée.

Selon un livre de Christopher Warwick, le FBI a également découvert les détails d'un complot de l'IRA visant à assassiner la princesse à Los Angeles, mais l'attaque ne s'est jamais matérialisée.

10. Ses dernières années ont été gâchées par une mauvaise santé

Comme son défunt père, le roi George VI, la princesse Margaret était une grosse fumeuse, une habitude qui a fini par peser lourdement sur sa santé.

En 1985, à la suite d'un cas suspect de cancer du poumon (la même maladie qui avait conduit à la mort de son père), Margaret a subi une intervention chirurgicale pour faire enlever une petite partie de son poumon, bien qu'il s'est avéré être bénin.

Margaret a fini par arrêter de fumer, mais elle a continué à souffrir de nombreux maux – et sa mobilité a été grandement affectée après s'être accidentellement ébouillanté les pieds avec l'eau du bain en 1999.

Après avoir subi une série d'accidents vasculaires cérébraux, ainsi que des problèmes cardiaques, elle est décédée à l'hôpital le 9 février 2002, à l'âge de 71 ans. La reine mère est décédée quelques semaines plus tard, le 30 mars, à l'âge de 101 ans.

Contrairement à la plupart des membres de la famille royale, Margaret a été incinérée et ses cendres ont été inhumées dans la chapelle commémorative du roi George VI à Windsor.


La Couronne : 10 choses les plus tristes à propos de la princesse Margaret

De ne pas pouvoir épouser l'homme qu'elle aime à vivre dans l'ombre de sa sœur, la princesse Margaret de The Crown est l'un des personnages les plus tragiques.

de Netflix La Couronne nous offre un aperçu de la vie des membres de la famille royale britannique. Splendeurs et costumes luxueux mis à part, les personnages semi-fictionnels ne semblent pas vivre leur meilleure vie. Être un représentant de la famille royale signifie suivre un ensemble de règles rigides et placer les intérêts de la Couronne au-dessus de tout intérêt personnel.

L'un des personnages les plus tragiques de la série est la princesse Margaret. La jeune sœur à la mode a toujours vécu dans l'ombre de sa sœur, malgré le fait qu'elle avait beaucoup à offrir : c'était un caméléon social intelligent qui n'a malheureusement jamais été autorisé à atteindre son potentiel.


Mariage et scandale

La princesse Margaret a finalement noué une relation avec le photographe Antony Armstrong-Jones, qui a été nommé 1er comte de Snowdon à la suite de leur mariage en mai 1960. Leur fils, David Albert Charles, est né en novembre 1961, et sa fille, Lady Sarah Frances Elizabeth, a suivi en mai 1964.

À la fin des années 1960, la rumeur disait que l'union de haut niveau de Margaret et Lord Snowdon était sur les rochers. Bien qu'ils soient restés mariés, Margaret a développé une relation avec un jeune paysagiste nommé Roddy Llewellyn, qui est devenu connu du public lorsque les deux ont été photographiés ensemble en vacances au début de 1976.

La presse, qui se plaignait déjà de la diminution des apparitions publiques de la princesse, s'est précipitée sur l'affaire. Margaret et Lord Snowdon se sont séparés peu de temps après que le scandale a fait la une des journaux, et en mai 1978, ils ont terminé leur divorce, le premier par un couple royal britannique en 400 ans.


Diana et Charles ont tous deux exprimé des doutes sur leur relation avant le mariage.

Selon le compte de Junor, Charles n'a proposé à Diana qu'après avoir reçu une note de son père, le prince Philip. Dans la missive, Philip a demandé à son fils rebelle d'épouser Diana ou de passer à autre chose. "Se retirer, comme vous pouvez l'imaginer, aurait été cataclysmique", aurait déclaré Charles à un ami. “J'étais donc en permanence entre le diable et la mer d'un bleu profond.”

Des signes de problèmes sont apparus dès l'annonce télévisée des fiançailles du couple. Lorsque l'intervieweur a demandé si les deux étaient amoureux, Diana a répondu : « Bien sûr. » Charles a simplement dit : « Tout ce que l'amour signifie. la première fois que Charles a exprimé des sentiments aussi ternes à son épouse : en parlant avec Fox News en 2017, Morton a révélé que lorsque Charles a demandé si Diana l'épouserait, il a répondu à sa confession d'amour avec les mêmes mots décevants.

« Le prince Charles, même dans l'intimité de ce moment, a déclaré : « Quelle que soit la signification de l'amour », a ajouté Morton. « Donc, vous devez vous demander s'il avait vraiment un sentiment sincère pour Diana ou était-elle, comme elle se sentait, un agneau sacrificiel produisant un héritier et une pièce de rechange avant d'être mis au rebut ?

La semaine du mariage, Diana a appris que son futur mari avait offert un cadeau à Camilla. Incertaine de l'étendue de la dynamique non résolue du couple, Diana aurait dit à ses sœurs qu'elle voulait annuler le mariage. Ils ont, à leur tour, dit qu'il était trop tard pour reculer.

Charles était également en conflit, a noté l'experte royale Ingrid Seward dans un documentaire de 2019. Quelques heures avant le mariage, le prince a dit à ses amis qu'il était dans un "état d'esprit confus et anxieux". Selon Seward, "le prince Charles n'arrêtait pas de dire" Je veux faire ce qui est juste pour mon pays. Je veux faire ce qu'il faut pour ma famille.’ [Mais] dans son cœur, je pense qu'il savait qu'ils n'avaient rien en commun.”


Partager Toutes les options de partage pour : 13 faits étonnants sur la princesse Margaret tirés de la nouvelle biographie de Craig Brown

La princesse Margaret, la sœur cadette de la reine Elizabeth II, est à certains égards la royale britannique idéale pour faire l'objet d'une biographie. Si tu regardes La Couronne, où le personnage d'enfant sauvage de Margaret fait d'elle l'alternative facile à aimer à la plus posée Elizabeth, vous le savez déjà. Elle était glamour, belle et dure à vivre, avec un soupçon intéressant de tragédie dans son histoire (cette romance vouée à l'échec avec le capitaine de groupe Peter Townsend!) Et une forte tendance à camper dans sa présentation d'elle-même. Margaret était importante d'une manière à la fois absurde et pathétique : elle était, d'une manière parfaite et très 20e siècle, une pure royauté.

Dans le nouveau livre Quatre-vingt-dix-neuf aperçus de la princesse Margaret, le journaliste Craig Brown examine la princesse Margaret par fragments. Un chapitre retrace sa vie à travers ses annonces de naissance, de mariage, de divorce et de décès, un autre répertorie les mots qui ont été ajoutés au dictionnaire l'année de sa naissance et l'année de sa mort. Tout au long, Brown feuillette les journaux intimes des personnes les plus célèbres du milieu du siècle pour le moment inévitable où Margaret cygne pour dire quelque chose de désinvolte scandaleux, cocktail et cigarette fermement à la main – et pour les moments de pathétique tranquille, où quelque chose de monstrueux arrive à Margaret et elle ont la lèvre supérieure raide.

La biographie condamne Margaret pour son impolitesse constante et insensible, mais Brown épargne plus qu'un soupçon d'indignation pour les esprits bohèmes avec lesquels elle passait son temps, qui ont utilisé Margaret pour son glamour campy, ont écrit des choses cinglantes à son sujet dans leurs journaux intimes, puis ont publié eux. De plus, il suggère que Margaret, qui aurait été intelligente et drôle, a été piégée par sa naissance dans une vie vide : écoles et stations-service, tout en sachant qu'elle perdait son statut à la naissance de chaque bébé royal.

Le portrait de Margaret par Brown est tour à tour drôle et émouvant, et chaque page contient au moins un détail révélateur sur ce qui fait de Margaret un avatar de la royauté si convaincant. Voici les 13 faits les plus étonnants que nous avons appris de Craig Brown Quatre-vingt-dix-neuf aperçus de la princesse Margaret.

1) La princesse Margaret avait des sentiments forts sur les mots qui étaient acceptables et ceux qui ne l'étaient pas

Le « matériel » est le « truc » commun est préféré. La princesse Margaret n'a jamais mangé d'"œufs brouillés", seulement des "œufs au beurre". Lors de la création d'un plan de salle, elle jamais dites "placement" - "Le placement est ce que les bonnes ont quand elles sont engagées dans un ménage!" Margaret a insisté sur le français place à table au lieu.

2) N'allons pas trop loin : la princesse Margaret était une personne méchante

Je veux dire par là qu'elle s'est approchée un jour du mari d'un vieil ami, un homme handicapé depuis l'enfance, et lui a dit : « Vous êtes-vous déjà regardé dans le miroir et vu votre façon de marcher ? »

"Je pense qu'elle essayait d'être effrontée", a suggéré un ami à la défense de Margaret, mais Brown fait valoir de manière convaincante qu'un tel commentaire était normal pour le cours de Margaret.

3) Margaret elle-même n'a jamais édulcoré les choses non plus

Lorsqu'elle a fait une apparition en tant qu'elle-même dans une émission de radio scénarisée, le producteur lui a demandé si elle pouvait peut-être essayer de donner l'impression qu'elle s'amusait davantage au défilé de mode fictif auquel elle était censée assister.

« Eh bien, je ne le serais pas, n'est-ce pas ? » dit Marguerite.

4) L'adolescente Margaret a fait l'objet de nombreuses descriptions méprisantes de la part de vieux hommes sales. Margaret a fait l'objet de nombreuses descriptions dégoûtées de vieillards sales

Quand Margaret avait 19 ans, le Picture Post l'a déclarée "la fille la plus recherchée d'Angleterre". Ralph Ellison l'a décrite comme une « jolie fille sexy ». Picasso voulait l'épouser. Le romancier John Fowles a écrit dans son journal un fantasme de l'emprisonner dans la clandestinité.

Le valet de pied de Margaret, David John Payne, a écrit un long mémoire de son temps avec elle, qui comprenait de longues descriptions haletantes de son corps, comme la fois où il l'a vue en bikini : « Sa silhouette souple a été mise en valeur à son meilleur dans… un bref bikini deux pièces jaune avec une bretelle licou autour du cou. … Son corps luisait et de petites gouttelettes d'eau coulaient de ses bras et de ses jambes. … J'étais trop étonné pour parler. Je me suis simplement levé et j'ai regardé, mes yeux l'observant de la tête aux pieds.

En 20 ans, le vent avait tourné. Le créateur de mode Cecil Beaton a croisé la route de Margaret à l'âge de 43 ans et a écrit avec une horreur condescendante : « Mon Dieu, le choc ! Elle est devenue un petit monstre de poche. … Pauvre brute, je la plains. … Son apparence est passée au pot. Ses yeux semblent avoir perdu de leur vigueur, son teint est maintenant d'un sale déshabillé de satin rose. Le genre de chose que l'on voit dans la vitrine d'un teinturier dissous.

« Vous ressemblez à une manucure juive », lui a dit son mari.

5) L'horaire quotidien de Margaret est vraiment ambitieux

Brown fournit un compte rendu détaillé de la façon dont Margaret passait ses journées au milieu des années 50, et vraiment, c'est idéal.

Elle se réveillait à 9 heures du matin pour prendre son petit-déjeuner au lit, puis restait au lit pendant deux heures en lisant le journal et en fumant à la chaîne avant que sa femme de chambre ne lui fasse prendre un bain. Elle se ferait coiffer et maquiller, s'habiller, puis boire un petit remontant de vodka avant de rejoindre sa mère pour un déjeuner élaboré à quatre plats avec une demi-bouteille de vin chacun.

Dans l'après-midi, elle écrivait dans son journal et se préparait à toutes les fonctions royales. Le thé était à 16h30, et à 17h30, elle commençait à s'habiller pour la soirée. Ensuite, ses amis venaient, et ils buvaient et allaient au théâtre et écoutaient de la musique jusqu'à 2 heures du matin.

La princesse Margaret savait vivre, voilà ce que nous disons.

6) Margaret a demandé une eau très spécifique avec son whisky

Mais il semble qu'elle s'en soucie plus parce qu'elle veut créer des problèmes qu'à cause du goût. Margaret a voyagé avec des caisses d'eau Malvern et n'accepterait rien d'autre une fois, lorsque son hôte lui a offert un whisky et de l'eau fait avec de l'eau du robinet, Margaret a déclaré : « Ce n'est pas de l'eau. Ce n'est que de l'eau du robinet. Elle a exigé que son valet de pied lui présente une bouteille scellée d'eau de Malvern avant de préparer sa boisson, afin qu'elle sache qu'elle n'obtenait que le meilleur.

Mais, le valet de pied a avoué dans ses mémoires – c'est à nouveau ce lorgnant David John Payne – parfois il s'est épuisé. Dans ce cas, il remplissait une bouteille d'eau Malvern vide avec de l'eau du robinet, la scellait et la présentait à Margaret avant de préparer sa boisson. Elle n'a jamais su faire la différence, dit-il.

7) Margaret préférait s'appeler "Madame" lors de soirées décontractées avec des amis

« Tout comme un prénom, expliquait-elle. Apparemment, cette préférence a conduit à une rencontre inconfortable avec l'actrice Rachel Roberts, qui s'est promenée en état d'ébriété jusqu'à Margaret avec son mari Rex Harrison et a répété encore et encore: "Je ne sais pas comment je vous appelle!"

« Vous l'appelez madame ! » Harrison a expliqué, mais Roberts a semblé ne pas entendre, répétant encore et encore : « Je ne sais pas comment je t'appelle ! Je ne sais pas comment je t'appelle !" tandis que Harrison et Margaret scandaient ensemble : « Vous l'appelez Madame ! Vous l'appelez madame !

8) Margaret a fait des cauchemars au sujet de décevoir sa sœur aînée

Un romancier a demandé un jour à Margaret si elle avait déjà rêvé de la reine, et elle a répondu que oui, elle avait un rêve récurrent à son sujet. "Elle rêvait qu'elle était désapprouvée", a écrit le romancier, "elle savait qu'elle avait fait quelque chose de vraiment horrible, quelque chose qui transgressait tout ce qu'on lui avait appris à croire, quelque chose qui avait mis la reine en colère."

Chaque fois qu'elle se réveillait d'un de ces rêves, Margaret a dit qu'elle devait appeler sa grande sœur, et ce n'est que lorsqu'elle a entendu la reine dire "bonjour" au téléphone qu'elle saurait que tout allait bien.

9) Margaret collait des pochettes d'allumettes sur le côté des gobelets pour pouvoir allumer une cigarette sans poser son verre

Elle voulait transformer cette pratique en mode afin qu'elle ait plus à faire avec ses journées, rapporte Brown, mais cela n'a jamais vraiment fait son chemin. Personne d'autre n'était au niveau de Margaret, nous ne pouvons que supposer.

10) Son mari aurait été un monstre

Selon Brown, le mari de Margaret, Antony Armstrong-Jones, était négligemment méchant avec sa femme tout au long des dernières années de leur mariage. Il lui laissait des notes éparpillées dans la maison qui disaient des choses comme « 24 raisons pour lesquelles je te déteste » ou simplement « Je te déteste ».

11) Margaret avait besoin d'un compagnon lorsqu'elle allait nager

Elle faisait la brasse et son compagnon nageait à côté d'elle en nageant de côté pour que Margaret puisse voir leur visage. Brown ne fournit pas de raison pour cette pratique, l'implication est que c'est exactement ainsi que Margaret a vécu sa vie.

12) Elle détestait la princesse Michael

Vous vous souvenez de cette princesse qui portait une broche raciste « blackamoor » pour rencontrer Meghan Markle ? Margaret l'aurait détestée, ou, peut-être plus gravement, ne se souciait pas d'apprendre à connaître suffisamment la princesse pour la haïr. Elle se vantait de n'avoir jamais rencontré la princesse Michael de Kent et n'en avait pas l'intention.

13) Margaret a apporté son œil caractéristique pour les détails fabuleux à ses arrangements funéraires

Elle a planifié et re-planifié ses funérailles plusieurs fois, disant une fois à un ami qu'elle pensait plutôt qu'elle aimerait être enterrée en mer.

« Avec un drapeau de l'Union enroulé autour de votre cercueil ? » demanda l'ami.

– Certainement pas, répondit Margaret. "J'ai ma propre norme."

Des millions de personnes se tournent vers Vox pour comprendre ce qui se passe dans l'actualité. Notre mission n'a jamais été aussi vitale qu'elle ne l'est en ce moment : donner du pouvoir par la compréhension. Les contributions financières de nos lecteurs sont essentielles pour soutenir notre travail gourmand en ressources et nous aident à garder notre journalisme gratuit pour tous. Veuillez envisager de contribuer à Vox dès aujourd'hui à partir de 3 $ seulement.


8 faits peu connus sur la princesse Margaret d'Elizabeth et Margaret : amour et fidélité

Elizabeth et Margaret : Amour et Loyauté, un documentaire de 2020 sur la véritable relation que la reine avait avec sa défunte sœur, a suscité beaucoup d'amour sur Netflix cette semaine, atterrissant dans le top 10 des films tendance du service de streaming. Que vous soyez fan de La Couronne ou cherchez simplement à en savoir plus sur ce qui se passe à huis clos au sein de la famille royale, voici huit faits peu connus que le documentaire révèle sur Margaret et Elizabeth.

Leur père devenu roi a été un choc pour eux quand ils étaient enfants

"George VI était très stressé par le travail de roi", a déclaré la professeure Kate Williams, historienne royale, dans le documentaire. “Il a trouvé ça difficile. Ainsi, leur père disponible et dévoué était maintenant changé en quelqu'un de plus colérique qui n'était plus là. C'était vraiment difficile pour eux.”

Les sœurs ont été confinées pendant cinq ans au château de Windsor pendant la Seconde Guerre mondiale

"Margaret et Elizabeth ont passé cinq ans incarcérés au château de Windsor", a déclaré le biographe royal et rédacteur en chef de Magazine Majesté Ingrid Seward. “Ils devaient quitter la pépinière et descendre dans les cachots s'il y avait un raid aérien… le château était un point de repère, il était ouvert à l'attaque.”

La princesse Margaret et la princesse Elizabeth d'alors représentées dans Elizabeth et Margaret : amour et fidélité sur Netflix

Les sœurs ont eu des éducations séparées et très différentes

Comme il est devenu plus clair qu'Elizabeth avait un devoir d'héritière du trône, elle et sa sœur ont commencé à être scolarisées séparément. Alors qu'Elizabeth étudiait l'histoire constitutionnelle et européenne, Margaret s'est concentrée sur des sujets plus légers comme le piano et le français.
"Le fait était que Margaret n'avait pas beaucoup d'éducation, et elle en avait de moins en moins au fil du temps parce que toutes les ressources étaient concentrées sur Elizabeth", a déclaré Williams.
« Je lui en parlais [Margaret] à une occasion, et elle a dit : « Ça ne me dérange pas de vous dire que c'était une pomme de discorde », a déclaré Christopher Warwick, le biographe autorisé de la princesse Margaret, dans le doc..

Margaret a montré l'amour des projecteurs dès son plus jeune âge et Elizabeth l'a laissée briller

"Margaret a toujours été la star parce qu'elle avait une telle personnalité, et Elizabeth était un peu plus raide", a déclaré Seward.
"Vous voyez vraiment Elizabeth prendre généralement le rôle de sauvegarde, et cela reflète vraiment qui était la meilleure actrice", a déclaré Williams. “Avouons-le, c'était Margaret.”
Lire aussi : La dernière croisière Le réalisateur met en lumière les premiers «boucliers humains» de la pandémie

Ils sont allés partout ensemble pendant leur jeunesse mais ont été obligés de suivre des chemins séparés à l'âge adulte

Margaret a accompagné Elizabeth lors de ses premières fréquentations avec le prince Philip, mais à mesure que la future relation de la reine devenait plus sérieuse, Margaret a commencé à être laissée pour compte.
«Le jour de son mariage, Margaret est allée dans la chambre de sa sœur aînée, a ouvert la porte et a jeté un coup d'œil et tout était vide. Elle se sentait triste - elle se sentait heureuse pour sa sœur, mais ils n'avaient pas beaucoup d'autres amis. Ils n'avaient vraiment que l'autre. Soudainement, son amie était partie, et je pense qu'elle se sentait manifestement seule et redoutait plutôt l'avenir », a déclaré Seward dans le doc.
"Le lien est resté, mais bien sûr, il y avait cette division maintenant", a ajouté Warwick.

La princesse Margaret, à gauche, représentée dans Elizabeth et Margaret : Amour et Loyauté sur Netflix

L'affaire de Margaret avec le capitaine de groupe Peter Townsend a presque éclipsé le couronnement d'Elizabeth

La liaison de Margaret avec le capitaine de groupe Peter Townsend, une personne divorcée, a fait la une des journaux le lendemain du couronnement d'Elizabeth.
Margaret a passé une main gantée sur son revers lors d'une sortie royale - un acte d'intimité si choquant qu'il a déclenché la presse sur la queue du couple secret. La relation était assez scandaleuse, étant donné que la reine était à la tête de l'Église d'Angleterre, qui à l'époque interdisait aux divorcés de se remarier.
Cela a mis les sœurs dans une position délicate de reine et de sujet, où Margaret avait besoin de la permission d'Elizabeth pour se marier alors qu'elle avait encore moins de 25 ans.
“Pour Elizabeth, la relation de fraternité avait été remplacée par la Couronne. Mais pour Margaret, la relation avec la fraternité était toujours primordiale, alors elle pensait toujours : « Mais Elizabeth, tu es ma sœur. J'ai tout fait pour toi, je t'ai toujours soutenu. Où es-tu maintenant? ", a déclaré Williams.
Lire aussi : Le secret de 17 ans du succès indépendant, d'Evan Glodell de Coatwolf
Si Margaret avait décidé d'aller à l'encontre des souhaits de sa famille et d'épouser Townsend de toute façon, leur seule option était le mariage civil. Elle aurait également perdu ses revenus, son statut de membre de la famille royale et sa place dans la ligne de succession.

C'était la décision de Margaret et Townsend de rompre, pas celle de la reine

En fin de compte, Margaret a choisi d'honorer son devoir envers la Couronne – et sa sœur – plutôt que sa relation avec Townsend.
"Elle a des doutes sur le fait que le sentiment n'est pas aussi fort qu'il l'était et c'était sans aucun doute des deux côtés", a déclaré Warwick à propos de Margaret et Townsend. "Vous pouvez imaginer la scène où ils disent tous les deux, écoutez, vous aimez beaucoup, mais ce n'est plus assez fort."

En fin de compte, l'affaire Townsend n'a pas causé de rupture entre les sœurs

"Elizabeth dit très clairement à tout le monde, malgré l'affaire Townsend, Margaret et ma relation sont exactement les mêmes", a déclaré Williams.
"Il y a toujours l'idée que la relation Townsend a causé une sorte de rupture", a déclaré Warwick. "Mais cela n'a pas causé de rupture, à ma connaissance, entre les deux sœurs."
Elizabeth et Margaret : Amour et Loyauté est maintenant en streaming sur Netflix. Image principale : la princesse Margaret représentée dans le document Netflix.


Le défunt prince Philip aurait utilisé la piscine pour ses exercices quotidiens lorsqu'il se trouvait à la résidence londonienne avec la reine.

Les fils de la princesse Diana et du prince Charles ont appris à nager au palais de Buckingham

Le prince Charles et la défunte princesse Diana aimaient également s'amuser dans l'eau avec leurs enfants. Le prince William et Harry ont tous deux appris à nager là-bas, tandis que Charles a également révélé comment il avait amené William à aimer l'eau.

"Je l'ai parfois jeté dans la piscine. Au lieu de le rebuter, ça l'a enthousiasmé", a-t-il admis lors d'un événement au British Sub-Aqua Club.


34. Marchez comme une princesse

La princesse Alexandra de Galles est née au Danemark avec une légère boiterie. En 1867, une fièvre grave fit encore plus raidir son genou royal.

Des personnes célèbres

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter royale

Entrez votre adresse e-mail maintenant pour recevoir des nouvelles, des fonctionnalités, des podcasts et plus encore

Thanks for signing up to receive our royal newsletter

Inscrivez-vous à HistoryExtra maintenant pour gérer vos préférences de newsletter

En entrant vos coordonnées, vous acceptez les termes et conditions d'HistoryExtra. Vous pouvez vous désabonner à tout moment

Margaret ended up marrying Antony Armstrong-Jones – and an estimated 300 million people watched…

In February 1960, Margaret announced her engagement to photographer Antony Armstrong-Jones. The revelation surprised the media, who speculated that Margaret accepted the proposal shortly after learning that her former flame Peter Townsend intended to marry a 19-year-old Belgian woman named Marie-Luce Jamagne.

Three months later, on 6 May 1960, Margaret and Armstrong-Jones exchanged vows in a spectacular ceremony at Westminster Abbey. It was the first British royal wedding to be broadcast on television, and an estimated 300 million people tuned in to watch the occasion. Some 2,000 guests were invited, including the former prime minister Winston Churchill, Queen Ingrid of Denmark, and the king and queen of Sweden.

… and their wedding cost a staggering £86,000

In comparison to the nuptials of Elizabeth II and Prince Philip, which took place during the post-war austerity of 1947, Margaret’s wedding was a lavish affair. Featuring 20 wedding cakes, a 60-foot floral arch and a dress made from more than 30-metres of fabric, the event reportedly cost £26,000 in total, with the honeymoon – a six-week jaunt on the royal yacht Britannia – adding an additional £60,000 to the bill. Following the honeymoon, the newlyweds moved into apartments at Apartment 1A, Kensington Palace. They went on to have two children: David, born on 3 November 1961, and Sarah, born on 1 May 1964.

Margaret paved the way for acceptance of royal divorce

Margaret’s and Antony Armstrong-Jones separated in 1976, around the same time that her affair with another man, Roddy Llewellyn, was made public (and Armstrong-Jones was engaging in affairs of his own). Biographer Christopher Warwick has since suggested that Margaret’s most enduring legacy was establishing public acceptance of royal divorce. Her relationship history was a sad one, he wrote, but it did help make the choices of her sister’s children – three of whom divorced (Prince Charles, who married Lady Diana Frances Spencer in 1981 and divorced her in 1996 Princess Anne, who married Captain Mark Phillips in 1973 and divorced him in 1992 and Prince Andrew, Duke of York, who married Sarah Ferguson in 1986 and divorced her in 1996) – easier than they otherwise might have been.

Although she paved the way for royal divorces to come, the breakdown of Margaret’s marriage was received rather poorly in the British press at the time. Although divorce rates were increasing around the country in the 1970s, the royal family was held to a different standard in the eyes of the people. This is according to Dominic Sandbook, who writes that “much of the monarchy’s popularity during Margaret’s lifetime had been based on its image as a happy, united churchgoing family, with the Queen and Prince Philip held up as exemplary parents.” Margaret’s divorce disrupted this ideal, and by April 1978, seven out of 10 people agreed that Margaret’s behaviour had damaged her standing as a member of the royal family.

Princess Margaret was aged 47 when her divorce to Armstrong-Jones was finalised in July 1978.

The real history behind La Couronne

Want to know even more about the real events from history that inspired the Netflix drama? Read more from the experts…

Margaret is rumoured to have been romantically involved with gangster, John Bindon

Princess Margaret did not remarry following her divorce, but she had a number of well-publicised relationships and affairs. “Some of her subsequent lovers were almost beyond parody,” says historian Dominic Sandbrook – perhaps referring to rumours regarding her friendship with notorious gangster John Bindon.

Margaret suffered a number of health problems in her later years

She may well be known as a party girl, but Princess Margaret could not afford to be carefree with her lifestyle as she approached old age. In January 1985, doctors removed part of Margaret’s lung – no doubt prompting fears that she was susceptible to the same cancer that her father, George VI, had suffered from. While Margaret’s section proved non-malignant, the health scare did prompt the princess to give up smoking. She was ultimately unsuccessful in this endeavour, but did succeed in cutting back her intake from 60 to 30 a day, according to one BBC report.

Another notable health incident took place in 1999 when Margaret was holidaying at her villa the Caribbean Island of Mustique, a venue known for her famously boozy parties. The now 68-year-old princess, who had suffered a stroke the previous year, was badly burned after climbing into a bathtub filled with extremely hot water. She was transported back to the UK and spent some time recuperating at Windsor. A palace spokesman later explained what happened: “Princess Margaret scalded her feet a few weeks ago […] She was seen by a local doctor in Mustique, and came back to London a week after the accident.”

Princess Margaret died on 9 February 2002 at the age of 71 at The King Edward VII Hospital after suffering a stroke and developing heart problems.

Love quizzes? Fascinated by the royal family and La Couronne?

We rounded up 24 history questions about the royal family so you can create your own home pub quiz during lockdown

Rachel Dinning is digital section editor at HistoryExtra

This article was first published on HistoryExtra in September 2018


Why Princess Margaret Sacrificed Love for the Crown

At Elizabeth II’s coronation at Westminster Abbey in 1953, all eyes should have been on the new monarch. But someone else stole the show that afternoon: Princess Margaret. At the televised event, the queen’s sister picked a piece of lint from the lapel of Peter Townsend, a war hero who now served the royal family𠅊nd the intimate gesture sparked a royal scandal.

It wouldn’t be her last. From her dramatic almost-marriage to her very public divorce, Margaret’s tempestuous love life dominated the royal spotlight for years. The princess’s star-crossed romantic entanglements were the stuff of rumor, tabloid speculation and scandal—yet they played a critical role in modernizing royal love along the way.

Margaret’s relationship with Townsend began in the early 1950s. Worldly, beautiful and charming, she was intensely attracted to the handsome veteran. But Townsend was not considered an appropriate royal match. Though their affair was conducted in secret, the world soon learned that Group Captain Townsend had divorced his wife and proposed to Margaret𠅊nd that she had accepted.

At the time, divorce was considered a major scandal, and it was unthinkable for a royal to marry both a commoner and a divorced man. Since the Church of England looked down on the dissolution of marriage, Margaret—whose sister, the Queen Elizabeth, was the head of the church as part of her duties as head of state� a considerable obstacle. If she married Townsend, it might give the appearance that the queen approved of divorce.

There was another problem: the Royal Marriages Act of 1772. The law—which had its roots in George III’s distaste for both of his brothers’ marriages to commoners—gave the monarch ultimate say over who married whom. Under the law, all descendants of George II needed royal permission to marry. If they did not receive it, they could marry after one year of waiting as long as both houses of Parliament approved.

Margaret needed her sister’s permission to marry Townsend. If she couldn’t get it, she could beg Parliament for the right to marry, but that would have caused a scandal even more dramatic than her affair with a divorced man.

Societal mores made the potential match distasteful. Family wounds𠅎lizabeth only ascended to the throne after her uncle abdicated to marry a divorced commoner—made the request seem outrageous. And these facts seemed to make it impossible for Margaret to marry Townsend. Elizabeth, about to tour the Commonwealth after her own coronation, asked her sister to wait. Meanwhile, Parliament and the public made it clear that they didn’t support the match.

But contrary to La Couronne, which portrays Elizabeth as ultimately blocking the marriage for the sake of the monarchy, the real-life Elizabeth did come around to the idea. She even drew up a plan that would allow Margaret to marry Townsend and stay part of the family. As the BBC਎xplains, the compromise would have amended the Royal Marriages Act and essentially made it unnecessary for the queen to give her permission at all.

There was a catch, though: To marry Townsend under this plan, Margaret would have had to give up her right of ever succeeding to the throne and those of her children, too. It’s not clear if this is why Margaret eventually broke off her relationship with Townsend, but the scandalous near-marriage never occurred.

Princess Margaret, shortly before announcing that she would not marry Peter Townsend.

𠇏rom the romantic point of view, the episode is a sad disappointment,” wrote the Nouvelles quotidiennes de New York of the incident. But Margaret’s next relationship—her 1960 marriage to the respected photographer Antony Armstrong-Jones—was just as romantic and, eventually, just as scandalous. The romance, kept secret until the engagement was announced, took the world by surprise. (According to friends, Margaret only decided to go through with the marriage when she learned that Townsend planned to remarry.)

On paper, Armstrong-Jones (named Lord Snowdon after the marriage) was a much more suitable match than Townsend. Though he was a commoner, he came from a family of respected artists and had never been divorced. But after their lavish wedding, the relationship turned disastrous. Though the princess and the commoner were seen as helping break down Britain’s strict class barriers, their private life soon became distant and troubled.

On the outside, the couple led a Swinging Sixties life filled with parties, glamorous friends and art. Inside, their relationship was crumbling. Adultery, arguments and overindulgence in alcohol and drugs strained their marriage. They were subject to overwhelming scrutiny from the public and the British press, which followed their every move.

Finally, things came to a head when photos of Margaret and Roddy Llewellyn, a man 17 years her junior, on vacation were published in a tabloid. Finally, Margaret admitted that her marriage had failed. It was what Snowdon’s biographer, Anne de Courcy,ꃊlled “the most serious marital drama in the royal family since the Abdication.”

Margaret couldn’t marry a divorced man, but she could become a divorced woman herself. In 1978 she became theਏirst senior member of the royal family to divorce in 77 years. But though she was mocked in the press and viciously tracked by reporters, Margaret’s divorce represented a more realistic take on love and marriage for the royal family. Since her marriage ended, other royals—most notably Charles and Diana—went their separate ways, too. As national divorce rates rose, Margaret showed the world that royal life is far from perfect.

Today, the Royal Marriages Act of 1772 is no more, and only the first six people in line to the throne need to ask the reigning monarch for permission to marry. Though it’s not certain to what extent Margaret’s own famous love life affected Parliament’s adoption of the new Succession to the Crown Act, it is clear that Margaret’s life reflected changing times𠅊nd that her turbulent romances helped change British minds about both marriage and divorce.


Voir la vidéo: Best of Helena Bonham Carter as Princess Margaret. The Crown (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Nyke

    Entre nous, à mon avis, cela est évident. Essayez de rechercher la réponse à votre question sur google.com

  2. Jurn

    Je confirme. Je m'abonne à tout ce qui précède. Discutons de cette question.

  3. Milosh

    Et sur ce que nous arrêterons?



Écrire un message